Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Валентина Александровна Лимерова (сост.) : Зыряне и зырян­ский край в литературных документах XIX века [Valen­tina Aleksandrovna Limerova (dir.) : Les Zyriènes et le pays zyriène dans les documents littéraires du xixe siècle]

Sébastien Cagnoli
Référence(s) :

Валентина Александровна Лимерова (сост.) : Зыряне и зырян­ский край в литературных документах XIX века [Valen­tina Aleksandrovna Limerova (dir.) : Les Zyriènes et le pays zyriène dans les documents littéraires du xixe siècle], Syktyv­kar: Kola, 2010. 520 p.

Texte intégral

1Ce volume est le fruit de longues années de recherches dans les biblio­thèques et archives de Saint-Pétersbourg et de Moscou, entre­prises par Valentina Limerova, chercheur au centre komi de l’Acadé­mie des sciences de Russie. Il s’agit d’un recueil d’essais écrits au xixe siècle par des auteurs de la région : des Zyriènes natifs, ainsi que des intellectuels russes. Publiés dans des revues ou en volumes séparés, ces textes n’avaient jamais été réédités depuis.

2Il faut rappeler que le peuple zyriène, dans l’organisation adminis­trative de la Russie impériale, n’est pas associé à un territoire particu­lier : il est constitué par un ensemble un peu hétérogène de groupes ethniques dispersés dans des villes et villages de trois gouvernements. Certes, la plupart sont concentrés dans deux uezdy du gouvernement de Vologda : ceux d’Ust’-Sysol’sk (cours moyen et supérieur de la Vyčegda, y compris la Sysola et la haute Pečora) et de Jarensk (basse Vyčegda, y compris le Vym’ ; Udora). Mais les Zyriènes du cours moyen de la Pečora (y com­pris l’Ižma) sont rattachés au gouverne­ment d’Arhangel’sk. Enfin, quel­ques-uns résident aussi sur les bords de la Letka ; très isolés (la Letka est un affluent de la Vjatka, dans le bassin Volga-Kama), ils sont ratta­chés au gouvernement de Vjatka. Par conséquent, la littérature de l’époque n’aborde jamais la notion de « peuple zyriène » d’une façon globale ; il est toujours question des « Zyriènes de tel ou tel périmètre ». Valentina Limerova constitue ici une somme de la littérature de l’époque sur « les Zyriènes et le pays zyriène » (aujourd’hui, dans un contexte administratif différent, on dirait « les Komis et le pays komi ») en réunissant des docu­ments relatifs aux trois gouvernements.

  • 1  R.P. Alexandre Krassoff, La vie, les mœurs et l’état économique du peuple zyriane du nord-est de l (...)

3Après une introduction sur « la formation de la littérature natio­nale : le thème zyriène dans les documents littéraires du xixe siècle » (p. 3-12), l’ouvrage est divisé en cinq sections thématiques. La première est consa­crée au « pays zyriène » d’un point de vue géographique. La seconde est dédiée au « peuple zyriène » (langue, folklore) ; elle inclut un fragment d’Ivan Kuratov sur la langue. La troisième partie recueille des témoi­gnages (journaux, notes, relations de voyages). La quatrième aborde des questions ethnographiques. La dernière section concerne le domaine spiri­tuel : on y retrouve, entre autres, des documents relatifs à saint Étienne de Perm, des textes liturgiques traduits en komi par Georgij Stepanovič Lytkin, et une prière bilingue komi-russe éditée par Aleksandr Vasil’evič Krasov – ce dernier ayant contribué à faire connaître en France la culture et le pays des Zyriènes à l’occasion de l’exposition universelle de 19001. Enfin, huit pages fournissent de précieuses informations biographiques sur les 36 auteurs des textes de l’ouvrage.

  • 2  Зоя Яковлевна НЕШИМЛОВА, Коми народ в русской литературе XVIII-XIX веков [Le peuple komi dans la l (...)
  • 3  L’Adéfo a publié un article de Nikolaj Ivanovič Nadeždin (« La poésie populaire des zyriènes (1839 (...)

4Ce recueil vient compléter des travaux antérieurs, comme ceux de Zoja Jakovlevna Nešilova2, qui explorent les écrits d’auteurs russes de la même époque (I.I. Lepehin, N.I. Nadeždin3, S.V. Maksimov). Cette fois, le regard est porté de l’intérieur : par les habitants, sur leur propre pays – un pays sans frontières.

5Des très nombreux matériaux collectés Valentina Limerova n’a pu retenir qu’une petite quantité pour composer ce recueil de cinq cents pages. Naturellement se pose la question des critères de choix. La sélec­tion se veut représentative de la diversité des thèmes et des points de vue. Les Komis de l’Ižma sont à peine évoqués, alors que les géographes du xixe siècle en parlaient déjà assez précisément (même en France). Mais c’est sans doute parce que les auteurs qui écrivaient sur les Komis du Nord et leur mode de vie nomade étaient surtout des explora­teurs exté­rieurs, tandis que les Komis du Sud, sédentaires, étaient plus urbanisés, plus russifiés, et donc plus à même d’écrire et de publier spon­ta­né­ment : ils ont pu ainsi se servir de la langue de l’éducation et du pou­voir comme d’un outil pour faire entendre la voix de leur peuple par l’intermédiaire des « médias » des métropoles russes – ce qui est compa­rable à l’usage de la langue sué­doise pour les pionniers de la « nation finlandaise », à la même époque. De fait, au fil des pages, on assiste à la « naissance d’une nation », à la prise de conscience d’une identité zyriène.

6Après le travail de collecte et de sélection, Valentina Limerova a pro­cédé à un formidable travail d’édition, le russe et le komi étant inté­gra­le­ment et soigneusement retranscrits selon les normes d’aujour­d’hui. Quelques reproductions de pages des documents originaux donnent une idée des matériaux utilisés et du travail effectué.

  • 4  Ce recueil de 592 pages est intitulé Ńija [Le mélèze] : Ԋіја sous la plume de l’auteur, Ния sous l (...)

7Signalons que l’on doit aussi à Valentina Limerova une magnifique édition critique des œuvres composées par T’ima Ven’ (Veniamin Timo­feevič Čistalëv) entre 1908 et 1929, également parue aux éditions Kola en 20104.

Haut de page

Notes

1  R.P. Alexandre Krassoff, La vie, les mœurs et l’état économique du peuple zyriane du nord-est de la Russie, avec l’exposé de son culte païen et de sa conversion au christianisme, Paris : Impr. Paul Lemaire, 1900, 163 p.

2  Зоя Яковлевна НЕШИМЛОВА, Коми народ в русской литературе XVIII-XIX веков [Le peuple komi dans la littérature russe des xviiie et xixe siècles], Сыктывкар: Коми книжное издательство, 1968.

3  L’Adéfo a publié un article de Nikolaj Ivanovič Nadeždin (« La poésie populaire des zyriènes (1839) », traduit par Yves Avril) dans l’ouvrage Les Komis, vol. 18 de la « Bibliothèque finno-ougrienne », 2010, p. 107-121.

4  Ce recueil de 592 pages est intitulé Ńija [Le mélèze] : Ԋіја sous la plume de l’auteur, Ния sous les presses d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Cagnoli, « Валентина Александровна Лимерова (сост.) : Зыряне и зырян­ский край в литературных документах XIX века [Valen­tina Aleksandrovna Limerova (dir.) : Les Zyriènes et le pays zyriène dans les documents littéraires du xixe siècle] », Études finno-ougriennes [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 24 mars 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://efo.revues.org/1533

Haut de page

Auteur

Sébastien Cagnoli

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org