Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Simonato (Elena) (sous la direction de) : L’édification linguistique en URSS : thèmes et mythes

Cahiers de l’ILSL n35, Genève, Université de Lausanne, 2013, 157 pages.
Eva Toulouze

Texte intégral

1Le recueil d’articles dirigé par Elena Simonato attire l’attention, en langue française, sur un phénomène particulièrement intéressant de l’histoire de l’URSS, phénomène politique, linguistique, anthropologique, philosophique : l’histoire de l’édification linguistique en Union soviétique est un chapitre de l’histoire comme construction de l’utopie, chapitre bien vite clos, dès le milieu des années 1930. En même temps, la politique linguistique lancée dans les années 1920 a des conséquences encore sensibles de nos jours. Si la tendance à l’assimilation des langues et des peuples par la nation russe dominante s’était poursuivie au même rythme, la Russie serait-elle encore aujourd’hui la mosaïque de langues et de cultures que nous connaissons ? Il était donc important de se pencher sur cette période, d’autant plus gratifiante à étudier qu’elle est encore tournée vers une période respectueuse de la différence. Ce recueil, tout en se penchant sur les premières décennies après la révolution d’octobre, comporte quelques études qui établissent la continuité jusqu’à nos jours (études sur l’école kalmouke, sur la communauté albanaise d’Ukraine).

  • 1 Sur la question de l’alphabet, cf. Eva Toulouze, « Les alphabets des langues finno-ougriennes de R (...)

2Comme le souligne Elena Simonato elle-même dans l’introduction, une partie des travaux tourne autour des questions d’alphabet1. Il s’agit là d’un domaine d’une richesse inattendue. Il était pertinent de se pencher tout d’abord sur l’alphabet abkhaze proposé par l’académicien Nikolaj Marr. Patrick Sériot, l’auteur de l’article (p. 9-28), propose une sorte de réhabilitation de N. Marr, considéré souvent comme « un linguiste fou ». Il démontre que Marr a fait avant tout œuvre de philosophe, et que, pour avoir tenté de codifier une utopie, il n’en est pas moins une personnalité à la pensée originale. J’ai cependant senti le manque d’une présentation systématique de l’ensemble de la pensée de Marr, d’une explication de la « japhétologie », notion qui intervient à plusieurs reprises avant d’être explicitée. Plusieurs idées, diversement développées, suscitent la réflexion. Par exemple la logique du ressentiment (p. 22). On voudrait en savoir davantage. Est-ce uniquement le fait de s’appuyer sur des langues marginales, de les opposer aux « grandes » langues dominantes qui appelle l’emploi de cette expression ? Ou bien Marr a-t-il développé ailleurs cette idée du ressentiment ? On voudrait également en savoir davantage sur l’idée de l’unité du langage. Marr affirme : « La voie du langage humain va du multilinguisme à l’unité de la langue » (p. 24). C’est un postulat prétendument universel. Sur quoi Marr s’appuie-t-il pour poser un principe aussi général ? Cet article est en tout cas stimulant et amène à poser bien des questions sur la linguistique du premier tiers du xxe siècle.

3Un autre article de portée générale suit cette introduction à la linguistique marriste : celui d’E. Simonato et I. Thomières sur la notion de minorités (p. 29-44). Cet article aurait gagné à être plus développé : les auteurs passent rapidement sur la périodisation de l’évolution du statut des minorités, sans pour autant la discuter ; il aurait été sans doute opportun de mettre en question la notion de « peuple » et de montrer à quel point les dispositions de la politique soviétique ont abouti à la fixation de communautés ethniques. C’est ainsi que la conclusion d’Alpatov sur le caractère favorable aux minorités de la politique soviétique des années 1920 tombe quelque peu à plat. Non point que les idées exprimées ici soient erronées ou inintéressantes, au contraire : elles sont un peu trop rapides, schématiques, incomplètes et on sent que derrière l’expression rapide, les auteurs ont certainement une réflexion plus riche et nuancée.

  • 2 Sur Lytkin et son intervention dans la question des alphabets, cf. Eva Toulouze, “Vasili Lytkin an (...)

4Le passage dédié à Lytkin, p. 36-37, était de nature à nous intéresser tout particulièrement. Il est malheureusement confus. On passe sans transition de l’analyse de la pensée de Lytkin aux théories de Jakovlev. Il est indiscutable que Jakovlev est un acteur central de ces processus, mais il aurait mérité d’être présenté de manière plus circonstanciée. Je suis par ailleurs troublée par l’objet d’études de Lytkin : le komi de Perm’ (p. 36, 37). Lytkin2 s’est penché sur le komi zyriène et le komi permiak ainsi que sur l’ancien komi, mais la notion « komi de Perm’ » est incompréhensible… S’agirait-il d’une confusion avec le komi, langue permienne, c’est-à-dire appartenant au groupe linguistique formé des deux langues komies et de l’oudmourte ? Ou bien est-ce une manière peu canonique de parler du permiak ? Un autre point sur lequel on voudrait en savoir davantage concerne le choix du dialecte destiné à servir de base à la langue littéraire (p. 39). Il y a eu à ce sujet des débats passionnants, et les critères énumérés par les auteurs de cet article n’ont pas toujours été vus comme allant de soi… Espérons qu’Elena Simonato et Irina Thomières nous proposeront bientôt des textes plus développés.

5Pour en rester aux articles généraux, l’un d’entre eux aborde le développement de la linguistique contrastive en Union soviétique (p. 101-110). En fait, cet article nous présente de manière plus globale que les précédents la personnalité et l’œuvre de Jakovlev, qui, non content d’être le théoricien de la latinisation, devient le premier promoteur des études contrastives. Cette étude d’Irène Thomières met l’accent sur deux tendances inscrites dans la chronologie. Tout d’abord, dans la période de construction linguistique, la linguistique contrastive a été utilisée pour mettre en évidence des traits particuliers des langues étudiées, pour mieux les connaître. C’était une tâche prioritaire : pour pouvoir faire des langues des minorités des langues d’enseignement, il fallait pouvoir les normaliser, donc les connaître, leur établir une orthographe, formaliser des règles de grammaire, etc. On comprend bien l’utilité de la démarche contrastive dans cet objectif. L’œuvre de Jakovlev sur les langues caucasiennes illustre ce propos. Il faut cependant ajouter que les études contrastives n’ont pas été fondamentales pour l’ensemble des langues de l’Union. Pour les langues finno-ougriennes, on peut mentionner des études dialectologiques, qui ont pour objectif de décrire les différents dialectes pour pouvoir effectuer le choix du dialecte central, mais nous ne trouvons guère, à l’époque traitée, d’études transversales, comparant diverses langues finno-ougriennes entre elles ou avec le russe. La deuxième tendance dans les études contrastives est plus récente, puisqu’elle remonte aux années 1960. Les enjeux ne sont plus les mêmes. C’est de recherche plus théorique qu’il est question désormais. En fait, on pourrait qualifier ces études de typologiques plutôt que contrastives. L’exemple illustrant cette nouvelle tendance, représentée par les linguistes de Leningrad, est celui de la résultativité, qui est étudiée à travers diverses langues européennes (finnois, norvégien, allemand), l’indonésien, l’arabe et le grec ancien, sans parler des dialectes russes. Si les informations contenues dans cet article sont intéressantes en soi, on distingue mal les points communs entre les deux expériences présentées.

6Un article comporte aussi bien une dimension générale qu’une étude de cas (I. Znaeševa, p. 111-122) : il s’agit d’une étude sur la psychotechnique, qui se concentre d’abord sur les théories mises en œuvre en Union soviétique, notamment celle de Špil’rejn (p.115-116), et illustre son propos avec une grande enquête menée en 1928 ayant pour objet les soldats de l’Armée rouge et l’impact sur eux du discours politique par l’étude de leur lexique actif et passif. C’est un sujet original, qui transmet des informations intéressantes et en général peu accessibles.

7Le reste du recueil est consacré à des études de cas, qui se focalisent sur une région ou sur un peuple : les Allemands de la Volga, les Kalmouks (avec même deux articles), les Albanais et les Caréliens. L’échantillon est intéressant. On a des cas particuliers, comme celui des Allemands de la Volga, dont la culture était vivace avant que la communauté soit dispersée et exterminée au cours de la Deuxième Guerre mondiale. L’article (E. Alexeeva, p. 45-57) montre de manière fort intéressante comment l’influence des Russes et du russe s’est affirmée dès le début de la période soviétique.

8Deux articles traitent de l’expérience kalmouke (V. Reznik, p.59-73, et V. Baranova p. 75-99). La tâche que se fixait le pouvoir soviétique avec les Kalmouks était considérable : malgré une longue tradition littéraire, les Kalmouks étaient, à la veille de la révolution, largement analphabètes, l’alphabet, particulièrement élitiste, devait être totalement repensé. Cela a conduit à une situation que les Kalmouks partagent avec un certain nombre d’autres cultures de l’URSS : en dix ans, ils ont dû s’adapter à trois alphabets. Rappelons en passant que c’est le cas du tatar (qui est passé de l’alphabet arabe à l’alphabet latin en 1929 et au cyrillique en 1936-37) ou encore du komi : l’alphabet de Molodcov a été adopté en 1920, une latinisation timide a été tentée au début des années 1930, pour retourner ensuite au Molodcov et passer, comme tout le monde, à la fin des années 1930, au cyrillique. L’expérience historique des Kalmouks méritait d’être présentée, et c’est le grand intérêt de ces deux articles. Celui de Baranova a le mérite de nous faire entendre la voix de Kalmouks qui sont passés par le système scolaire. Cela rend l’article vivant et nous rapproche des sujets de l’étude. Deux remarques ponctuelles, cependant, sur les articles « kalmouks ». L’article de V. Reznik est en anglais. Pour traduire korenizacija, le nom de la politique en faveur des peuples autochtones au début des années 1920, elle choisit le terme « rootinisation ». La formation de ce mot est transparente : koren’, en russe, signifie « racine », comme root en anglais. Or, à mon sens, le mot korenizacija ne vient pas directement du radical « racine », mais de l’adjectif korennoj, qui veut dire « autochtone ». Ainsi, la traduction pertinente de ce mot serait en français « indigénisation », en anglais « indigenisation ». Ma deuxième remarque est encore plus ponctuelle : page 62, l’auteur écrit : « les Kalmouks ont rejoint l’Empire russe volontairement en 1609 ». J’aurais attendu un développement et une explication. En effet, cette phrase sent la propagande : les adhésions volontaires de populations diverses à l’Empire se sont multipliées ces dernières années. Outre le fait que cette affirmation semble anachronique (l’expression volontaire d’un peuple est discutable avant une période où la démocratie est considérée comme le mode de gouvernement politiquement correct), des précisions sont requises. Il est fort possible qu’une dimension de choix des tribus kalmoukes ait été réellement en jeu, mais l’us et l’abus de cette expression dans la propagande politique en obscurcissent l’interprétation.

9L’article d’E. Simonato sur le cas du carélien est particulièrement opportun dans ce recueil, pas seulement pour l’intérêt qu’il présente pour nous, mais aussi pour sa situation particulière, pour son statut difficile à cerner. L’auteur montre bien la complexité de l’identité carélienne, qui présente plusieurs facettes, dont certaines prennent plus de relief que d’autres suivant les périodes historiques. Langue ou dialecte ? Cette question n’a cessé de se poser. Nous avons parfois l’impression que l’auteure considère elle-même cette question comme une vraie question scientifique. Tel n’est pas mon avis : la fluctuation entre langue et dialecte est une question politique qui s’actualise dans les périodes de crise. Qu’est-ce que le finnois, d’ailleurs ? Le finnois est une langue littéraire, sous-tendue par une infinité de parlers locaux, qui sont dominants dans la langue orale. La bibliographie de cet article révèle une fragilité de son argumentation qui tient à l’origine des sources. Celles-ci sont pour l’essentiel en russe. Certaines sont des études faites par des Caréliens (Vihavainen, Takala), mais aucune n’est réalisée en Finlande. Or la recherche sur les langues fenniques est particulièrement développée dans deux universités, en plus de Petrozavodsk : Helsinki et Tartu. Intégrer ces recherches dans cette étude n’aurait pu qu’être profitable.

10À juste titre, l’auteur souligne l’absence de continuité territoriale entre la Carélie et la région de Tver’, toutes deux habitées par des Caréliens. Elle y voit l’une des explications de la position fragile du carélien (p. 128). Je me permettrai de souligner que ce n’est pas, dans le domaine finno-ougrien, le seul exemple de discontinuité territoriale. Le Mari El et le Bachkortostan sont fort éloignés : dans les deux se trouvent des communautés maries. L’Oudmourtie, certes, est plus proche du Bachkortostan. Mais entre les deux il y a quand même le Tatarstan… Or, une diaspora oudmourte y vit encore aujourd’hui. Nous constatons pourtant que loin d’affaiblir la vitalité des cultures minoritaires, cet éloignement leur a été favorable. Langues et cultures subsistent. On peut se demander si leur vitalité ne s’explique pas par leur intégration dans un environnement turcique, musulman, minoritaire lui aussi à plus large échelle, mais localement dominant, qui n’a pas tenté d’assimiler les cultures différentes. C’est là une possible hypothèse. En tout cas, le cas des Caréliens de Tver’, noyés en milieu russophone, nous offre un excellent contrepoint pour étudier l’effet de l’éloignement et de l’environnement sur les communautés. Le développement sur l’apport de Bubrih à la réflexion sur le carélien de Tver’ et de Carélie est passionnant (p. 129-131).

11Le dernier article de ce recueil, même s’il aborde le cas d’une toute petite communauté, la communauté albanaise en Ukraine, en est peut-être le plus éclairant. L’auteur, N. Bichurina, s’appuie sur une expédition de terrain et a recueilli des entretiens avec de nombreux habitants. Les évolutions qui caractérisent les Albanais sont largement représentatives de celles qu’ont connues la plupart des communautés ethniques de petite taille ou de taille moyenne, avec peu de soutien institutionnel : les classes d’âge nées dans les années 1950-1960 ont changé d’attitude par rapport à la langue et ont procédé à une « substi­tution linguistique », passant au russe dans la vie familiale et dans la communication intergénérationnelle. Je reconnais, dans les extraits d’entretiens, des propos que j’ai entendus aussi bien dans le Grand Nord qu’en Oudmourtie. Ce qui, en revanche, est particulièrement intéressant et bien mis en évidence dans cet article, est l’incidence de l’étiquetage ethnique. Le fait d’avoir donné un nom à cette communauté qui ne s’autodéfinissait auparavant que par rapport à elle-même, c’est-à-dire de l’avoir étiquetée comme albanaise, a débouché sur un rapport nouveau à la langue en introduisant une langue de référence, l’albanais d’Albanie, considéré comme « pur » en comparaison avec « leur » langue, qui a ainsi perdu en prestige.

12En résumé : un recueil passionnant sur une question qui n’a que trop peu attiré l’attention des chercheurs, et un recueil, il faut le noter, francophone. Les quelques remarques critiques présentées ici ont comme objectif essentiel d’entrer en dialogue avec les auteurs et non point de rabaisser l’intérêt de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Sur la question de l’alphabet, cf. Eva Toulouze, « Les alphabets des langues finno-ougriennes de Russie et l’expérience de la latinisation », Études finno-ougriennes xxix, 1997, p. 47-83.

2 Sur Lytkin et son intervention dans la question des alphabets, cf. Eva Toulouze, “Vasili Lytkin and the latinization of Komi”, В.И. Лыткин: грани наследия: 'В.И. Лыткин: грани наследия' конференция; Сыктывкар; 25-26 ноября 2010. (Ред.) Остапова, Е.В.; Федина, М.С.; Пунегова Г.В. Сыктывкар: СГУ, 2010, p. 9-12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Toulouze, « Simonato (Elena) (sous la direction de) : L’édification linguistique en URSS : thèmes et mythes », Études finno-ougriennes [En ligne], 45 | 2013, mis en ligne le 12 février 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://efo.revues.org/2584

Haut de page

Auteur

Eva Toulouze

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org