Navigation – Plan du site
Littératures finno-ougriennes

La relation des poètes oudmourtes à la ville au xxe siècle

The relation of the Udmurt poets to the city within the 20th century
Az udmurt költők városhoz való viszonya a XX. század folyamán
Удмурт кылбурчиослэн кар шоры учкемзы XX даурлэн кутсконысеныз пумозяз
Elena Rodionova
Traduction de Martin Carayol

Résumés

Les anciens Oudmourtes vivaient en grandes familles dans des villages plus ou moins grands. Ce mode de vie a trempé leurs caractères et donné naissance à une vision du monde, un système de vie et une philosophie. Le mode de vie urbain était pour eux bizarre, incompréhensible. Pourtant, ville et village ne peuvent évoluer en vase clos, ils sont étroitement liés et se développent de concert. Depuis les toutes premières œuvres, la littérature oudmourte reflète le point de vue des Oudmourtes sur leur lieu de naissance et sur la ville. Celui-ci a changé progressivement : dans la poésie, les premiers poèmes sont romantiques, la ville y est représentée comme une grande machine. Au milieu du xxe siècle, la ville est vue en poésie comme un grand jardin qui grandit, s’épanouit et montre le chemin. Dans les années 1970, les couleurs s’assombrissent : les poètes oudmourtes commencent à sentir les côtés sinistres de la ville, qui nie l’individu. Dans les années 1990, le héros poétique montre comment il arrive à fuir, à s’échapper : dans cette période, les poèmes expriment la nostalgie du village, de la langue maternelle, d’une enfance heureuse au sein de la nature.

Haut de page

Notes de l’auteur

Traduit du hongrois.

Texte intégral

1La culture oudmourte a toujours représenté la vie rurale, car les Oudmourtes, traditionnellement, vivaient de façon fermée dans de petits villages, en communautés. Pour cette raison, la littérature, dont les fondements peuvent être trouvés dans le folklore, présente les différentes époques historiques de la paysannerie oudmourte (révolte de Pugačëv, vie quotidienne lors de la collectivisation et des kolkhozes, destins villageois lors des première et deuxième guerres mondiales, etc.). Quel que soit le sujet évoqué par une œuvre littéraire, devant les lecteurs apparaît clairement la relation des héros à la nature, le respect envers les traditions et les croyances populaires, le sentiment d’appartenance qui unit la communauté villageoise telle une grande famille.

2Au fil des siècles, tout comme les autres peuples de Russie, les Oudmourtes ont dû traverser de nombreux changements. Aussi loin que les Oudmourtes se soient trouvés des processus de la modernisation, ce mode de vie fermé au monde extérieur ne pouvait pas durer longtemps. Sur le territoire oudmourte, l’urbanisation est apparue dans les années 1760 avec la fondation de l’usine d’Iževsk. Iževsk, jusqu’en 1918, a été appelée l’agglomération de l’usine d’Iževsk, mais les gens ordinaires appelaient cette zone industrielle l’Usine. Ainsi, le concept de ville était avant tout lié à l’usine. Naturellement, nombre d’Oudmourtes travaillaient à l’usine, surtout ceux qui habitaient dans les villages appartenant à la région de Zavjalovo, près d’Iževsk. Les thèmes urbains, dans la première moitié du xxe siècle, apparurent également dans la littérature. Ce sont ces œuvres que j’aimerais analyser dans le présent article.

3On a coutume de faire remonter la naissance de la littérature oudmourte à la fin du xixe siècle. Il n’est toujours pas possible de dire aujourd’hui de façon définitive si les premières œuvres, dues à la plume de Grigorij Vereščagin, appartiennent à la poésie populaire ou constituent déjà des œuvres littéraires. Les poèmes et courtes œuvres en prose écrits au tournant du siècle étaient souvent de nature autobiographique, ils parlaient de la pression du pouvoir exercé par le tsar russe ou par l’Église orthodoxe, évoquaient le travail difficile au village, ou encore étaient écrits à destination des enfants. Les œuvres représentant des thèmes classiques – l’amour, les relations homme-femme, l’amour du foyer, la beauté de la nature – paraissent un peu plus tard. Dans les années 1920 en revanche, ce ne sont pas que des œuvres ayant trait à la vie rurale qui voient le jour, puisqu’à cette époque apparaissent des poèmes et récits qui montrent une familiarité avec la ville, l’usine. En 1921, Kuzebaj Gerd (1898-1937) fit paraître un poème narratif, « L’usine », qu’il conviendrait de classer dans le courant romantique. L’usine, dans cette œuvre, constitue un mécanisme vivant, une machine géante, qui respire, dans les veines de laquelle coule du sang, alors qu’à l’inverse le village est un lieu abandonné, sombre, où seul vit le passé, et d’où l’avenir est à une distance inatteignable. Le héros lyrique abandonne son village natal et fait route avec joie vers l’usine :

Сьöд дуннеез, Cousant dans mon sac
Курадӟонэз Le monde obscur,
Пуйые вурӟыса, La souffrance,
Со пуйыез тыбырам ошыса, Jetant ce sac sur mon dos,
Бусыетӥ, Par les labours
Ӟегъёс пушкытӥ, et par les champs de seigle,
Туж пасткытэсь сюресъёстӥ, Baignant dans la rosée matinale,
Ӵукна бусэн пыласькыса, D’humeur légère,
Капчи мылкыдо, Doté d’un courage neuf,
Выль батыр кужымо, Riant, chantant,
Серекъяса, кырӟаса Je m’en vais
Чагыр, пиштӥсь шундыё дуннеосы Мон мынӥсько… Vers des mondes bleu clair, au soleil lumineux...
[Герд 1963: 58]

4L’âme du héros, comme nous le voyons, veut se rendre dans les mondes futurs, elle ne peut plus vivre dans le village sombre, et aspire donc à la lumière. L’usine, quant à elle, est l’avenir même, le bonheur, c’est une machine qui fait tourner le monde :

Мон эрико!.. Je suis libre !..
Душес кадь бурдо, кужмо!.. Ailé, fort comme l’aigle !..
Та пиштӥсь шундыез, J’aime,
Выль эрико музъемез J’honore
Мон яратско, Ce soleil brillant,
Гажасько… Cette nouvelle terre libre...
Та паськыт возьёс, Ces vastes prairies,
Быронтэм бусыос Ces labours infinis
Монэ курадӟыто… Me tourmentent.
Тани – мон кудӟи!.. Et voilà, je suis saoul !
Озьы но, Et c’est ainsi,
Берам вашкала гуртъёсыз, Laissant derrière moi
Бусыосыз, Les anciens villages,
Улон сямъёсыз кельтыса, Les champs, les modes de vie,
Пиштӥсь дуннеосы Que je m’avance
Азьлань мынӥсько. Vers des mondes lumineux.
[Герд 1963: 59]

5Les vers ci-dessus nous donnent l’impression que Kuzebaj Gerd a définitivement renoncé à la vie rurale, ce qui n’est pas vrai, car le poète a voué toute sa vie à « l’éveil » des Oudmourtes. Nombre de poèmes de Gerd écrits avant la révolution dégagent une atmosphère de désespoir (par exemple « Ой, тырос » – « Oh, bien trop nombreux », « Укное туж улын » – « Ma fenêtre est très basse », « Э, куанер калыке » – « Ô, mon pauvre peuple », etc.), car à l’époque il n’y avait guère d’individus qui eussent pu l’aider, et le poète a souvent considéré sa lutte comme inutile : seul, il n’était qu’un intellectuel isolé face aux innombrables Oudmourtes ne sachant ni lire ni écrire et humiliés par le pouvoir russe. À la même époque, la plupart des œuvres de Kuzebaj Gerd révèlent son affection pour son peuple. Ainsi, même dans le poème « L’usine », écrit quelques années plus tard, on rencontre soudain certains vers dans lesquels le poète nous avoue que la forêt l’apaise, « berce son cœur », le protège du monde extérieur, mais la forêt s’oppose à la ville, l’usine, et l’on peut même dire qu’elle aussi symbolise la campagne.

Туж шулдыр, Mon usine très joyeuse,
Дугдылытэк дыбыртӥсь заводэ, Constamment tonnante,
Тынад пушкад улыса, ужаса, En vivant et travaillant en toi,
Пичи пинал кадь, тонэ Comme un enfant,
Мон табере яратско! Je t’aime désormais !
Куддыр, Parfois,
Кема тонэ адӟытэк Quand longtemps je ne te vois plus,
Люкиськыса улыкум, Quand je vis séparé de toi,
Гуртэ, ӵужектыса тулкымъяськись, Quand je retourne Au village, dans les champs
Лыз сяськаё бусыосы, Bleus, fleuris, aux vagues jaunes,
Возь вылъёсы Бертыкум, Et dans les prés,
Мон тынэсьтыд мöзмисько! Tu me manques !
Тынэсьтыд Désireux d’entendre
Сюлэмез куалектытӥсь, Ta voix effrayante
Выль кужмо карись куарадэ Кылэм потыса, Qui me rajeunit, me raffermit,
Аслым инты шедьтытэк, Ne trouvant pas de place pour moi,
Тэльёстӥ ветлӥсько, Je marche dans les bois,
Тэльлэсь куашетэмзэ кылзӥсько… J’écoute le bruissement de la forêt…
Тэль огназ куашетэ, La forêt bruisse toute seule,
Ӵашетэ, Fait un vacarme,
Сюлэмез со умме уськытэ… Oh, elle berce le cœur…
[Герд 1963: 61-62]

6Ce poème montre donc que les premières œuvres qui évoquent la relation des Oudmourtes à l’urbanisation étaient de caractère romantique. Ici, l’usine est comme une idole devant laquelle Kuzebaj Gerd se prosterne. L’usine, la ville, dans le poème, signifie pour les gens du village une vie de meilleure qualité, de nouvelles possibilités, une sorte d’échappatoire. Kuzebaj Gerd ne dit pas un mot de la difficulté du travail à l’usine, des dommages que cause à la nature le bâtiment, du sort qui attend ceux qui ont abandonné leur village natal pour pouvoir travailler à l’usine. Ces thèmes n’apparaîtront que dans les années 1980 et 1990, quand toute la conception de la vie urbaine changera radicalement.

  • 1 En oudmourte : Вурысо бам. 

7Il est utile de dire ici quelques mots des œuvres en prose qui sont parues à cette époque également. Les romans évoquant des héros en quête d’eux-mêmes dans la ville sont nés dans les années 1930. Mihail Konovalov (1905-1938) fait paraître un roman, « Visage contusionné »1 (1933), dans lequel, sans doute pour la première fois dans la littérature oudmourte, il montre un héros qui se cherche entre deux mondes – le monde rural et le monde citadin. Ces héros sont qualifiés par la sociologie moderne de marginaux. Konovalov décrit avec humour le personnage principal, Gondyr, qui est venu à Iževsk dans le but de travailler à l’usine. Comme il ne connaît pas les habitudes citadines, Gondyr se retrouve souvent dans des situations amusantes ; tout en travaillant, il jette sur toutes choses un regard de propriétaire, il trouverait sans problème chez lui une utilité aux pièces détachées qui traînent par terre, car au village le bien-être de la famille dépendait avant tout du travail des parents et des enfants, le soin que l’homme consacre à son foyer fait désormais partie de lui.

8Les œuvres nées vers le milieu du xxe siècle étaient parfaitement fidèles au courant du réalisme socialiste. Parmi les poètes qui ont à cette époque créé des textes en rapport avec la ville, les poèmes de Gaj Sabitov (1915-1993) étaient peut-être les plus populaires, car ses œuvres étaient très musicales, faciles à lire et à chanter. Sabitov a consacré ses poèmes à l'Oudmourtie, à l’heureuse vie soviétique, aux étudiants, à la jeunesse, à l’amour, il n’est donc pas étonnant que beaucoup de ces œuvres aient donné lieu à des chansons (par exemple « Шулдыр љыт » – « Soirée joyeuse », « Тупаса улон понна » – « Pour la paix », « Ӟеч лу, институт! » -- « Au revoir l’université ! », etc.). Le poème ci-dessous parle d’Iževsk, du printemps et de l’amour. Comme il y avait à l’époque de nombreux chantiers dans les villes, le travail était en littérature un thème inévitable, et ainsi ce sont les lumières de l’usine, reflétées dans l’eau, qui dans ce poème donnent l’image d’un soir printanier (il est manifestement question ici du lac d’Iževsk).

Вордӥськем палъёс, Terre natale,
Вунонтэм Ижевск, Inoubliable Iževsk,
Чебересь нылъёс, Jolies filles,
Яратон эше! Amie chère !
Нош вуиз тулыс – Voici revenir le printemps –
Льöмпуос пурӟо, La fleur du merisier s’envole,
Садъёсын, ӵук ӟардытозь ик, Les rossignols chantent
Уӵыос чирдо. Jusqu’à l’aube dans les jardins.
Ву вылэ пазьгем L’usine répand
Тылъёссэ завод, Dans l’eau ses lumières,
Тодӥсько, ӝоген Je sais que bientôt
Тон ужысь потод! Tu reviendras du travail !
Ярдурысь парке Nous irons nous promener
Юмшаны мыном: Dans le parc sur la berge :
Тонэныд артэ À tes côtés
Туж умой мыным! Je vais très bien !
Егит дыр шудмес En vantant le bonheur
Данъяса, эше, De notre jeune âge, mon amie,
Адӟиськод, кыӵе Regarde comme
Сяськая Ижевск! Iževsk fleurit !
[Сабитов: 31-32]

9L’aliénation, l’éloignement de la ville apparut d’abord dans les années 1970. Ici, il convient particulièrement de mentionner l’œuvre de Flor Vasil’ev (1934-1978), qui consacra beaucoup de poèmes à son village natal et à la vie à la campagne. Iževsk ne faisait pas partie des lieux de prédilection du poète : parmi les immeubles innombrables, il se sentait comme un orphelin. Dans un quotidien plein de créations, d’inspirations, de pensées, Vasil’ev ressentait l’absence du silence, de la tranquillité, des parfums, du ciel, de la lumière du jour et, plus important encore – du sentiment d’être chez soi. Son poème le plus célèbre, qui exprime la relation du poète à la ville, est le suivant :

Уг яратскы џышкем писпуосты. Je n’aime pas les arbres taillés.
Мыным потэ: бöрдо кадь писпуос. J’ai l’impression que les arbres pleurent.
Тырттэм йырвизьёслы кельшо соос. Ils ressemblent à des cerveaux vides. Pourquoi se donne-t-on du mal pour
Малы тыршо одӥг кадь карыны Ульчаосын будӥсь писпуосты? Rendre tous semblables les arbres dans les rues ?
Кызьы кизы пыре вандылыны Comment la main de l’homme ose-t-elle couper
Выль, вордскыны кутскем вай йылъёсты? Le bout de branches qui commencent à naître ?
Малы писпуослэсь сайкыт малпанъёссэс Pourquoi jettent-ils sur l’asphalte, sous les pieds,
Чик жалятэк кушто Les claires pensées des arbres,
Асфальт вылэ, пыдъёс улэ? Sans même un regret ?

[Азвесь лодка: 200]

10Naturellement, ce poème ne parle pas seulement d’arbres taillés, mais plutôt de tout le régime soviétique, où les gens étaient foulés aux pieds, étaient rendus tous semblables.

11Plus tard, à partir des années 1980, la relation à la ville, pour les écrivains, changea du tout au tout. En général, c’est parce qu’ils y sont forcés que les héros vivent en ville, ils sont pour diverses raisons (possibilité de travailler, espoir d’une vie meilleure, etc.) obligés de faire un compromis avec eux-mêmes pour choisir la ville au lieu du village. À cette époque, parmi les réformes réalisées à la campagne, il y en eut une qui contraignit les personnes vivant dans de petits villages formés de quelques rues à déménager dans des villages plus grands et centraux. En conséquence, nombre de petits villages et fermes disparurent, mais les gens qui y vivaient, au lieu d’aller dans un autre village, choisirent plutôt de s’installer en ville. Ce thème se manifesta également en littérature (par exemple la nouvelle de Nikvlad Samsonov « Лыз наличникъёс » – « Les fenêtres bleues », le récit d’Oleg Četkarëv « Чагыр но дыдык » – « La colombe bleue », le poème de Mihail Fedotov « Пичи гуртын дыс кык гинэ корка… » – « Douze maisons seulement dans le petit village… », le poème de Zoja Truhina « Син азям – куашкам гурт… » – « Devant mes yeux un village effondré… »).

12À la fin du xxe siècle, les relations citadines changèrent également. Tandis que, dans les années 1960-1970, les travailleurs ruraux venus en ville obtenaient un logement après quelques années, ceux qui choisirent plus tard le même destin furent enfermés dans de petites « cages » – des chambres de dortoir de quelques mètres carrés, sans aucune chance de voir leurs conditions s’améliorer. C’était une sorte d’impasse, car il n’était plus si simple de retourner au village et de reprendre une existence rurale, mais il était aussi difficile de rester en ville et de lutter pour sa survie. Restait donc une vie entre deux mondes – le rural et le citadin – dont Mihail Fedotov (1958-1995) parle dans les termes suivants :

Кар вадьсы ошиськиз њичы быж, Au-dessus de la ville flotte une queue de renard,
Синъёсы адњизы лыз но вож. Mes yeux en ont vu de toutes les couleurs,
Мон ноку но, ноку но уг дыш Jamais, jamais je ne m’habituerai
Улыны вылыны таџе пож. À vivre aussi salement.
Турнано вал жалем турынэз, Il faudrait faucher l’herbe odorante,
Ужаса пöсяно вал жульыр. Il faudrait dégouliner d’eau à force de travail,
Нош марлы на, марлы жалянэз, Mais pourquoi, pourquoi se plaindre,
Пыдъёстэ ке кортназ ни жильы. Si tes jambes sont enchaînées.
Кошконо вал гуртэ, шур дуре, Il faudrait aller au village, au bord du fleuve,
Мед данэд но отын вунысал. Laisse-moi oublier là-bas la fierté,
Буш ыбем кадь ортчись дауре Ma vie, comme une balle vide,
Шунытгес, дыр, соку потысал. Me semblerait alors peut-être plus douce.

[Федотов 1991: 68]

13Quand quelqu’un s’installe en ville, il reçoit toutes sortes de choses, mais en même temps il perd toutes sortes de choses, il est contraint de renoncer à beaucoup de choses à cause d’autres valeurs. Il reçoit des ressources financières plus stables pour subsister, plus de possibilités de développement professionnel et intellectuel, plus d’amis et de connaissances. Mais, dans le même temps, il perd complètement ou partiellement ses anciens amis et ses proches, et en s’installant en ville, presque toujours, il abandonne un milieu écologiquement plus favorable. Dans les villages – grâce à leur dimension et au nombre d’habitants – les relations restent plus humaines que dans les villes. On se sent plus à l’aise, psychologiquement, au village. La situation d’un Oudmourte qui s’installe en ville, en revanche, est particulièrement difficile, car en quittant la communauté culturelle oudmourte il se retrouve dans une société étrangère – russe. Les Oudmourtes qui ont déménagé en ville dans les années 1980-1990 furent relégués aux marges de la société (car ils vivaient dans des dortoirs, arrivaient très rarement à des positions dominantes, ils travaillaient plutôt comme simples travailleurs, pendant des décennies) ; en même temps ils faisaient la navette entre les mondes rural et citadin, entre les communautés oudmourte et russe, on peut donc les qualifier de marginaux de trois points de vue. Dans les œuvres d’écrivains inadaptés aux conditions urbaines apparaît le motif de l’éloignement : les héros des poètes et écrivains oudmourtes, dans leurs rêves, reviennent sans cesse dans leur village natal (par exemple les récits d’Oleg Četkarëv « Чагыр но дыдык » – « La colombe bleue » et « Кыџес » – « Le nœud »). Le héros lyrique de Mihail Fedotov quitte la ville à minuit, ce qui signifie qu’il ne se situe pas seulement sur une frontière spatiale (ville-village), mais qu’il traverse également une frontière temporelle (soir-nuit) :

Мон городысь кошко уйшор уин. Je quitterai la ville à minuit.
Со сюрс тылын шорам ворекъялоз. Elle m’éclairera de mille feux.
Малы татысь асме уллясь луи, Pourquoi a-t-il fallu que je me bannisse d’ici,
Пересь вокзал гинэ шат валалоз. Seule la vieille gare le comprendra sans doute.
Соку кошко, огпол йыбырттытэк, Donc je partirai, sans jamais me pencher,
Тырмоз ини, уно губырскылӥ. C’en est assez, j’ai assez ployé.
Эрикелэсь шöмзэ но веръятэк, Sans même goûter la saveur de ma liberté,
Тöлпуз шудэн кöня мон кудӟылӥ. Combien de fois me suis-je saoulé d’un bonheur sans substance.
Мон чус кошко арам лудъёс кузя, J’irai en silence parmi les champs moissonnés,
Кымин выдо, небыт потоз ӝыжы. Je m’allongerai sur le ventre, doux me sera le champ.
Соку гинэ, соку гинэ, лэся, C’est alors, alors seulement sans doute,
Монэ шöдоз, кутоз вирсэр выжы. Que la racine de la veine me sentira, me recueillera.
[Федотов: 66]

14Il faut remarquer ici que le retour au village natal est beaucoup plus fort chez les hommes ; dans les poèmes, nouvelles, récits écrits par des femmes, ce motif est plus rare. Parmi les femmes, c’est surtout la génération âgée qui aspire au village, cf. le poème d’Alla Kuznecova (1940-2003) « Öте музъем » – « La terre appelle » : « Уз быгаты ноку удмурт калык/Мулэсь люкиськыны… » – « Le peuple oudmourte ne pourra jamais se séparer de la terre » [Kuznecova, p. 33]. Les jeunes poétesses oudmourtes avouent sincèrement aux lecteurs qu’elles ont renoncé à leur désir, et, fermant les yeux sur la boue et le bruit environnants, elles font comme si elles ne voyaient pas dans quelles conditions elles vivent en ville. Zinaida Rjabinina, dans son poème consacré au village de Kejlud, écrit à ce sujet :

…Али луи ни мон укыр азьтэм. ...Je suis déjà trop paresseuse.
Назьыльскисько кöснуналэ Ижын. Je m’étire le samedi à Iževsk.
Но шуг дыръя сыӵе потэ бертэм! Mais je voudrais tant rentrer, quoi qu’il en coûte !
Гуртэ, шат тон öд мöзмы мынэсьтым? Village natal, ne t’ai-je donc pas manqué ?

[Рябинина: 14]

15Au tournant du siècle, nous devons évoquer particulièrement les poèmes de Pëtr Zaharov (1961-). D’un côté, Iževsk ressemble dans sa poésie à un grand marché où tout se vend et s’achète (par exemple son poème « Recherche »), d’un autre côté, c’est un espace où aux Oudmourtes se sont également mêlés leurs dieux, qui, en compagnie de leurs protégés et de leurs victimes, se cherchent dans l’espace urbanisé :

  • 2 Géant de la mythologie oudmourte.
Город шорын пуке вал Кылдысин, Kyldys’in était assis au milieu de la ville,
Секенхендысь дӥськут вал со вылын. Il portait des vêtements de seconde main.
Лыдӟе вал бомжъёслэсь газетъёссэс – Il lisait les journaux des sans-abri –
Кытын луэ куртчын, кытын кöлын. Où l’on peut manger un morceau, où dormir.
Мон йыбырттӥ вал черк жингыртэмлы, Je me suis incliné quand les cloches ont sonné,
Куинь пол пуктӥ кирос аслам азям, Je me suis signé trois fois,
Дас манетме куштӥ Кылдысинлы, J’ai jeté mes dix roubles à Kyldys’in,
Потэ вал, дыр, кисыосме сузям. Je voulais peut-être faire le ménage dans mes poches.
Но кытысь ке вуиз сьöд Керемет, Mais le noir Keremet surgit alors,
Ыгыосын, зарни жильыосын. Avec ses boucles d’oreilles, ses chaînes en or.
– Марлы тыныд, – шуиз, – таӵе «чермет», – À quoi bon, dit-il, ces morceaux de métal,
Тынад ведь интыед зоопаркъёсын?.. Ta place est-elle dans les zoos ?...
Албастыез, налим кадь тэкито, Le démon, goudronneux comme une lotte,
Ӵыжиз Кылдысинлэн ангес улаз. Donna un coup de pied sous le menton de Kyldysin.
Но Кылдысин пальпотылэ шудо, Mais celui-ci sourit, heureux,
Вирзэ виятыса газет вылаз. Essuyant le sang sur son journal.
Ульча-бакча – котыр лыз экранъёс Dans la rue, dans les jardins – partout les écrans bleus
Кисьто боевико сюжетъёсты. Déversent des trailers de films d’action.
Отын вормон, отын фейерверкъёс, Là est la victoire, là sont les feux d’artifice.
Отын öвöл ю тысь усён инты. Aucun endroit où une graine puisse prendre.
Нош Кылдысин шузи кадь пальыша. Mais Kyldys’in sourit comme un idiot.
Сое ини жуго урмем ментъёс. Des policiers furieux le battent déjà.
Лыз инбамлэн зэрпал кадь гольышаз Sur le corps nu du ciel bleu, corps de Zerpal2,
Льöльмыт-льöльмыт жуго черк гырлыос. Sonnent, bleu clair, les cloches de l’église.
[Захаров: 98]

16Comme nous le voyons, le Kyldys’in, dans le poème de Zaharov, subit des métamorphoses : tout comme les Oudmourtes nés dans un village, le dieu de la nature essaie de s’adapter aux conditions citadines. Apparaissant sous la forme d’un sans-abri, il montre aux Oudmourtes la place qu’ils ont reçue en ville : ils y sont superflus, ils n’arrivent pas à se trouver, ils sont soumis aux brimades et incapables de se défendre. La patience du Kyldys’in décrit dans le présent poème symbolise assurément le niveau de tolérance exceptionnellement haut dont font preuve les Oudmourtes.

17Dans le poème suivant, Zaharov veut à nouveau prouver que même dans le chaos de la ville il est possible de créer de l’harmonie : la nature et l’usine, les machines, ici, se joignent et travaillent de concert. C’est sans doute ainsi que le poète se figure l’avenir, c’est-à-dire que la solution n’est pas seulement dans l’éloignement et la fuite loin des fatigues du milieu urbain, mais également dans l’amitié naissant entre la mûre et l’asphalte, les débris de verre et les fourmis, les vers et la cellophane.

  • 3 Dieu de la mythologie oudmourte.
Узы-боры кисьма вал городын, Les baies sont mûres dans la ville,
Асфальт вылын ӵыжак будӥз намер. La plaquebière a poussé, rouge, sur l’asphalte.
Кузьылиос пырдэм пиялаосын Des fourmis ont construit en débris de verre
Ӝутылӥзы искусственной пужмер. Un frimas artificiel.
Нош нумыръёс сисьмем салафанлэсь Et les fourmis, avec de la cellophane pourrie,
Куо вал асьсэлы буртчин сӥньыс. Se sont tissé un fil de soie.
Котькуд ӵындӥсь пильыс улын ужаз Sous chaque soie fumante, la langue
Тямыс бурдо бубылилэн кылыз. Du papillon à huit ailes a travaillé.
Куаръёс улысь така-бака сьöрысь Un tramway est sorti, telle une coccinelle,
Потӥз зор папалы укшась трамвай. De sous la feuille, derrière un escargot.
Инбам ултӥ гылӟиз со кырӟаса, Il a glissé sous le ciel en chantant,
Со ярдуре, кытын вал Уругвай. Vers la rive où se trouvait l’Uruguay.
Нош трамвайын пиштӥсь кылбуръёсын Et dans le tramway, avec des poèmes lumineux,
Мынӥз Инмар, удмурт кадь, куное. Inmar3 allait en visite, comme un Oudmourte.
Кизилиос мында ик тылъёсын Avec une foule de lumières, comme les étoiles,
Салам нуиз со кыдёкысь уе. Il portait un présent dans la nuit lointaine.
[Zaharov: 124]

18En conclusion, on peut dire qu’au cours du xxe siècle, la relation des poètes oudmourtes à la ville a progressivement changé. Comme Iževsk est la capitale de l’Oudmourtie, c’est là que se trouvent les plus vieilles universités, que se déroule une vie culturelle active, qu’ont été construites le plus d’usines qui ont donné du travail aux gens arrivant de la campagne ; c’est là que la plupart des poètes oudmourtes ont vécu et créé, et continuent de le faire. Sur la base des poèmes consacrés aux villes, quand le nom de la ville n’est pas mentionné, il est facile de comprendre qu’il s’agit en général d’Iževsk. Dans les premiers poèmes, il n’est question que de l’usine grâce à laquelle s’est formée la zone industrielle qui est plus tard devenue Iževsk. Dans ces poèmes, l’usine signifie l’avenir. La poésie narrative écrite par Kuzebaj Gerd montre que, malgré son considérable intérêt et son enthousiasme vis-à-vis de l’usine, c’est tout de même à la campagne que le poète trouve la paix de l’âme. Dans le même temps, Gerd a beaucoup souffert pour « réveiller de son profond sommeil » le peuple des petits villages, et il voulut à nouveau fuir vers l’usine et ses grondements. Nous voyons donc que l’instabilité entre deux espaces – le rural et l’urbain – se trouve déjà dans la littérature oudmourte au début du xxe siècle. Dans les années 1950, il n’était possible de parler des villes, où se trouvaient les grands chantiers, que sur un ton grandiose. Les poèmes nés à cette époque parlaient de grandes et hautes maisons, de lacs artificiels, de centrales, d’usines et d’ouvriers modèles qui y travaillaient. Dans les années 1970, pour la première fois, quelques poètes oudmourtes parlent de ce qui ne leur plaît pas dans la ville, de ce qui ne les laisse pas en paix. Ce thème s’épanouit plus largement à partir des années 1980, jusqu’à aujourd’hui. Les écrivains et poètes contemporains étalent devant nous l’état spirituel des Oudmourtes qui, pleins d’espoir, se sont installés en ville et, après de nombreuses désillusions, ont été forcés de conclure un compromis avec eux-mêmes et avec l’environnement étranger. Les héros d’aujourd’hui qui, du fait de leur situation, se sont mués en marginaux, ressentent profondément les événements qui se déroulent autour d’eux, les relations humaines nouvelles, inaccoutumées, mais, dans le même temps, ils savent qu’ils sont incapables de changer quoi que ce soit dans le monde urbain. Il est facile, sur la base d’un poème de Mihail Fedotov, de soupçonner ce qu’une telle vie peut avoir comme résultats :

Ог-огмылэсь ялан кыдёкегес, Nous sommes clairsemés, comme dans une forêt détruite,
Корам тэльын кадь, шер-шер сылӥськом. De plus en plus loin les uns des autres.
Ум валаське, озьы ведь шонергес, Nous ne comprenons pas que la fusillade se fait
Сюлэмегес луэ ыбылӥськон. De plus en plus précise, les tirs visant au cœur.
[…] […]
Корам тэльын кадь, буш но лӥяло, Comme dans la forêt détruite, vide et pleine de souches,
Сьöд сюй вылын вайёс но ӵуж пу пызь. Sur le sol noir les branches et la sciure jaune.
Огназ кылем кызъёс шонаськыло, Les sapins restés seuls se balancent,
Возьдаськыса усе отысь кöс тысь. Honteusement tombe la graine sèche.
[Федотов: 60]

19Qu’ils le veuillent ou non, dans l’environnement urbain les hommes s’éloignent les uns des autres, le système des relations humaines qui prévalait à la campagne est complètement changé. Nous savons pourtant tous qu’une société (et plus généralement un peuple) fermement soudée est bien plus forte, le sol est plus ferme sous ses pieds, un tel peuple a plus de chances de survivre. La graine vide germera-t-elle, et où poussera son germe : c’est la question de l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Azves’ 2005 = Азвесь лодка: Удмурт кылбур антология = Hõbepaat: Udmurdi luule antoloogia, Таллин, 2005.

Fedotov1991 = Федотов М. И., Вöсь: Выль кылбуръёс, Ижевск: Удмуртия, 1991.

Gerd 1963 = Герд К., Кылбуръёс но поэмаос, Ижевск: Удмуртской книжной издательство, 1963.

Kuznecova 2000 = Кузнецова А. А., Улонысь но… Уйвo:тысь но… Кылбуръёс, Ижевск: Удмуртия, 2000.

Rjabinina 2006 = Рябинина З. К., Синмаськем тöлъёс: Кылбуръёс, Ижевск: Удмуртия, 2006.

Sabitov 1962 = Сабитов Г., Кырӟанъёсы тыныд, Ижевск: Удмуртской книжной издательство, 1962.

Zaharov 2010 = Захаров П. М., Карас (Песни удмуртского шамана): Кылбуръёс. Стихи, Ижевск: Инвожо, 2010.

Haut de page

Notes

1 En oudmourte : Вурысо бам. 

2 Géant de la mythologie oudmourte.

3 Dieu de la mythologie oudmourte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Rodionova, « La relation des poètes oudmourtes à la ville au xxe siècle », Études finno-ougriennes [En ligne], 46 | 2014, mis en ligne le 25 novembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://efo.revues.org/3534 ; DOI : 10.4000/efo.3534

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org