Navigation – Plan du site
Éditorial

Introduction

Eva Toulouze
p. 7-10

Texte intégral

1Il y a plus d’une décennie, un projet avait vu le jour sous la direc­tion du professeur Jean Perrot : il s’agissait d’écrire collégialement un ouvrage traitant des langues finno-ougriennes et destiné à combler une lacune dans la documentation en langue française. Cela aurait dé­bouché sur un numéro spécial de Faits de langue. Ce projet n’a­boutit pas. Il avait des ambitions considérables : il était censé apporter en même temps des informations sur l’usage des langues écrites et orales, sur les dialectes et sur leur structure interne, avec des gram­maires condensées.

2C’est sans doute le souvenir de ce projet inabouti qui nous a donné l’idée de consacrer aux langues finno-ougriennes aujourd’hui un nu­méro spécial des Études finno-ougriennes. Mais en tirant les leçons du passé.

  • 1 Daniel Abondolo, The Uralic Languages, London, Routledge 1998.

3Nous ne sommes plus aussi ambitieux. Nous ne prétendons pas re­faire ce qui a été réalisé depuis par Daniel Abondolo avec son ouvrage de référence1, qui présente les structures des diverses langues oura­liennes. Celui-ci est en anglais, donc dans une langue de grande diffusion et accessible aux personnes intéressées en France. En revanche, nous nous penchons sur une des questions qui se posent en aval : com­ment ces structures grammaticales vivent-elles dans la réalité du début du xxie siècle ? Comment leurs locuteurs se positionnent-ils par rapport à elles ? Nous avons donc délimité le sujet de manière précise : réalité sociale de la langue aujourd’hui.

4Il s’agit d’un sujet réellement d’actualité. Il s’est passé trois ans de­puis le dernier recensement en Russie, et un an à peu près depuis la publication des résultats. En même temps que nous disposons de don­nées relativement fraîches sur la maîtrise des langues finno-ougriennes par les populations qui s’identifient aux peuples en question (non sans être conscients qu’il faut prendre les données du recensement avec précaution), nous assistons dans les différentes régions à des tentatives de revitali­sation des langues vernaculaires qui prennent des formes différentes. Il nous a donc paru important et intéressant de solliciter des spécia­listes et des usagers éclairés de ces diverses langues, pour leur de­mander de faire le point sur la situation actuelle.

5Deuxièmement, il nous faut reconnaître qu’on ne dispose d’aucune information récente en français, ou du moins dans une langue de grande diffusion largement accessible à un public français. On trou­vera des informations dans les principales langues finno-ougriennes (hongrois, finnois, estonien) ainsi qu’en russe. Encore sont-elles dispersées. Dans la perspective d’un développement des études finno-ougriennes en France, il nous a semblé essentiel de mettre à jour les informations accessibles au public intéressé. Certains des articles publiés ici le sont en anglais : ils ont été rédigés sous cette forme par leurs auteurs, Konstantin Zamjatin et Valts Ernštreits, et nous avons estimé, suivant les traditions de notre revue, qu’il n’était pas pertinent de les traduire.

6Bien sûr, les spécialistes français ont été sollicités. C’est ainsi qu’on trouvera dans ce volume des articles de Sébastien Cagnoli et de Jean Léo Léonard. Mais nous n’avons pas, dans l’espace francophone, suffisamment de chercheurs bien armés, faisant du terrain, pour cou­vrir l’ensemble des aires finno-ougriennes. Nous nous sommes donc adres­sés à des spécialistes dans le monde de la recherche finno-ougrienne et dans les régions concernées. La traduction de leurs études en français en permettra la diffusion auprès d’un plus large public.

7Nous avons aussi voulu couvrir autant que possible le champ des langues ouraliennes. Il ne nous a pas été possible d’obtenir des études sur toutes les langues. Mais l’ensemble des aires géographiques a néanmoins été représenté, à tel point que les articles recueil­lis occupent une place largement supérieure à celle dont nous disposons dans un volume de la revue. Ce numéro spécial s’est ainsi transformé en deux numéros spéciaux.

8Le premier, que vous avez entre les mains, traite de quelques ques­tions générales et des langues finno-ougriennes les plus occiden­tales, hongrois, estonien et autres langues fenniques, ainsi que du same. Ce n’est pas un hasard si le premier article, celui de Sébastien Cag­noli, est consacré à la présence des langues finno-ougriennes sur le Web. Il nous semble en effet que c’est là l’un des nouveaux outils de revita­lisation les plus efficaces, alors qu’il est en même temps compli­qué à saisir par les outils de recherche traditionnels. Mais il est important de ne pas l’oublier : même si beaucoup d’auteurs de ces deux numéros s’en tiendront à d’autres paramètres, il nous semble qu’il sera bon d’éclairer leurs études par cette nouvelle perspective. Konstantin Za­mjatin nous présente une étude détaillée, qui conclut ce volume, sur l’enseignement des langues finno-ougriennes des répu­bliques de Rus­sie centrale. Son article, extrêmement complet, est une excellente in­troduction au deuxième volume, qui sera consacré aux langues parlées en Russie d’Europe et en Russie du Nord.

9Entre ces deux articles, plusieurs études éclairent la situation des langues finno-ougriennes les plus occidentales. L’état actuel de l’esto­nien nous est présenté par la présidente du Conseil de la langue esto­nienne, Birute Klaas. Nous avons là un exemple de politique linguis­tique menée par un État pour la défense de sa propre langue. Le hon­grois, en revanche, nous sera présenté selon une perspective de langue minoritaire, puisque l’article de Hajnal Katona étudie sa position lé­gale dans la Roumanie actuelle.

10Les autres langues présentées dans ce volume sont des langues beau­coup plus clairement minoritaires, en danger ou pratiquement éteintes. C’est le cas des langues fenniques collatérales en Estonie, se­lon le terme choisi par Jean Léo Léonard. Son article nous rappelle qu’il y a sur le territoire de l’Estonie actuelle d’autres formes de langues fenniques, le võro, le seto, le mulgi et le kihnu, qui aspirent à la recon­naissance. N’oublions pas que les langues fenniques repré­sentent un continuum dialectal, dont certaines formes ont acquis un statut de langues à part entière, alors que d’autres s’efforcent toujours de l’obtenir et que d’autres encore n’ont pas cette aspiration.

  • 2 Cf. le film de Vahur Laiapea Les Lives du professeur Viitso, 2011, 33 mn. Grizelda Kristin est décé (...)

11Le live est une langue dont les locuteurs natifs ont pratiquement disparu : en 2010, on a appris l’existence, au Canada, de Grizelda Kristin, une centenaire qui maîtrise toujours sa langue maternelle. Aus­sitôt, les chercheurs l’ont enregistrée, filmée, « sauvegardée »2. Mais nous avons avec le live l’exemple d’une langue qui continue à vivre, même si les personnes l’ayant apprise de leurs parents ont prati­que­ment disparu : elle suscite l’intérêt et elle a des locuteurs, plus ou moins compétents. C’est l’un des plus chevronnés, Valts Ernštreits, qui nous présente dans ce numéro la situation actuelle. J’ai connu Valts en 1993, quand il était encore étudiant et que les écrivains ras­semblés à Eger pour le troisième congrès des écrivains finno-ougriens apprenaient avec stu­péfaction qu’il y avait parmi eux « un garçon live ». Récemment, il a soutenu sa thèse de doctorat sur le live à Tartu, sym­boliquement en live ! Il était donc la personne la mieux armée pour faire le point de la situation.

12Le vote est presque éteint : le nombre de locuteurs n’est que de quelques dizaines de personnes, qui ne sont plus très jeunes. Heinike Heinsoo, qui leur rend visite régulièrement, fait le point avec précision et nous montre que malgré l’essoufflement de la langue, les porteurs de l’identité vote font entendre leur voix et se montrent de plus en plus actifs.

13Enfin, la dernière des langues présentées dans ce numéro est le same, représenté par le same du Nord. Zsuzsa Duray, qui a fait des travaux de terrain dans les régions d’Enontekiö et de Sodankylä, pré­sente une ana­lyse sociologique en profondeur, qui étudie les modalités du passage du same au finnois comme langue d’usage des Sames de ces régions.

14Comme on le voit, ces études n’ont pas d’aspiration à être ex­haustives. Elles peuvent l’être dans le cas de communautés de quelques dizaines de personnes, mais pas dans les autres cas. Toute­fois, des études en profondeur sur des groupes de personnes déter­minés peuvent être tout aussi éclairantes sur la nature des processus qui affectent les langues finno-ougriennes.

15Finalement, une observation importante. J’ai parlé plus haut des lecteurs « qui ont ce premier volume entre les mains ». C’est en fait, dorénavant, une réalité, mais aussi une métaphore. En effet, ce numéro des Études finno-ougriennes est le premier à paraître sous deux formes : la revue traditionnelle sur papier, mais aussi une édition en ligne. Dans le cadre de Revues.org, et sous l’égide de l’INALCO, notre revue paraîtra désormais régulièrement en ligne, accroissant ainsi con­sidérablement sa visibilité. Merci à Huguette Rigot, responsable pour l’INALCO de ce programme (qui nous permettra également, au fur et à mesure, de rendre accessibles les anciens numéros).

Haut de page

Notes

1 Daniel Abondolo, The Uralic Languages, London, Routledge 1998.

2 Cf. le film de Vahur Laiapea Les Lives du professeur Viitso, 2011, 33 mn. Grizelda Kristin est décédée le 2 juin 2013, alors que ce numéro était en relecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Toulouze, « Introduction », Études finno-ougriennes, 44 | 2012, 7-10.

Référence électronique

Eva Toulouze, « Introduction », Études finno-ougriennes [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 22 janvier 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://efo.revues.org/404

Haut de page

Auteur

Eva Toulouze

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org