Navigation – Plan du site

Préface

Eva Toulouze

Texte intégral

1Les articles qui forment le numéro 47 des Études Finno-ougriennes présentent une grande diversité et couvrent presque toutes les aires finno-ougriennes, à l’exception du monde same. Il couvre également un bon nombre des disciplines de sciences humaines concernées par la revue.

2Ce numéro comporte les rubriques traditionnelles des articles scientifiques, des chroniques et des comptes rendus. Nous avions introduit dans le numéro 46 une rubrique « terrain » : elle vise à encourager, ceux de nos chercheurs qui font des terrains, à rapidement partager leurs expériences. Cette année, nous avons ajouté une rubrique « aperçus », qui permet d’introduire des textes présentant un intérêt, mais ne relevant pas des rubriques traditionnelles.

3Quant aux disciplines représentées dans l’ensemble du numéro, nous avons la linguistique (avec différentes sous-branches, phonologie, étude de discours, langues en danger, histoire de la langue), l’anthropologie/ethnologie, la sociologie (surtout concentrée sur la langue), la musicologie, les études littéraires, l’histoire, l’oralité.

4Le volume est introduit par un article général, sur les langues finno-ougriennes dans les recensements de Russie et plus précisément dans le dernier recensement, celui de 2010. Les peuples du Nord sont présents par une étude de musicologie samoyède et un article qui amorce une réflexion sur une question extrêmement importante, celle du silence dans le mode de communication des populations arctiques. Elle est ici abordée sous un angle juridique et on peut espérer que d’autres études suivront, qui développeront ce sujet sous de nouvelles dimensions. Est aussi intégré dans ce numéro, mais dans une rubrique différente, puisqu’il ne s’agit pas d’un article scientifique à proprement parler, un témoignage d’un jeune militant selkoupe. Il vient curieusement illustrer un point qui aura été développé précédemment dans un article qui souligne le rôle des grands-mères dans la transmission de la langue oudmourte.

5Les aires permienne et volgaïque sont elles aussi couvertes, de manière relativement exhaustive, puisque nous avons un article sur la pénétration protestante en pays komi et sa réception ; un article de sociologie sur les liens entre politique familiale et préservation de la langue en Oudmourtie, sans compter des réflexions sur un terrain datant de 2015. Le domaine volgaïque – si tant est qu’il soit pertinent – est aussi bien couvert, avec un article d’histoire sur une révolte de paysans mordves au xixsiècle et une étude descriptive des pratiques nuptiales chez les Maris d’aujourd’hui.

6Enfin, le domaine fennique, particulièrement large est représenté par deux études linguistiques sur la phonologie du live et la construction du discours en estonien. Nous avons de plus un aperçu sur l’utilisation des céréales dans le régime alimentaire des peuples fenniques.

7Les terrains couvrent l’Oudmourtie et le monde mari. Les chroniques présentent deux congrès concernant de près les recherches des finno-ougristes et une soutenance de thèse en France dans le domaine. Il y en a eu trois autres récemment, dont nous espérons pouvoir rendre compte dans un prochain numéro.

8La caractéristique distinctive de ce volume est l’abondance exceptionnelle des comptes rendus, douze au total qui, eux aussi, couvrent plusieurs aires, dont l’aire hongroise et finnoise, absentes des autres rubriques. Je mettrai l’accent sur deux pôles de ces comptes rendus : les questions mordves et le poème kalévaléen d’autre part. Les questions mordves sont présentes sous plusieurs aspects : linguistique, histoire de la langue, mythologie. Par ailleurs, il est rare d’avoir des ouvrages publiés en français sur le Kalevala. Il faut donc saluer la parution de l’étude de Juliette Mornin-Honnung sur le Kalevala, et nous le faisons à notre manière, en lui consacrant deux comptes rendus.

9Quant aux auteurs, ils sont d’origines diverses : certains articles ont été conçus en français (la moitié des articles scientifiques), même si on trouve parmi les auteurs ou co-auteurs deux chercheurs estoniens. Un article a été écrit en anglais par une chercheuse estonienne. Les autres ont été traduits du russe. La situation est la même pour les terrains et les aperçus, dont la moitié ont été écrits en français et l’autre moitié est traduite du russe. En revanche, les comptes rendus (à l’exception de celui de Niina Hämäläinen, qui nous vient de Finlande), ont tous été réalisés par des auteurs français.

10Nous avons donc là un numéro exceptionnellement équilibré, qui couvre la très grande majorité des aires et des disciplines et qui associe des finno-ougristes français, dont la revue est un cadre d’expression privilégié, et des spécialistes étrangers, puisque l’une de ses missions est aussi de faire connaître dans le monde francophone les recherches les plus intéressantes qui se font ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Toulouze, « Préface », Études finno-ougriennes [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 26 mai 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://efo.revues.org/4905

Haut de page

Auteur

Eva Toulouze

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org