Navigation – Plan du site
Chroniques

Nécrologie : Anna‑Leena Siikala (1943‑2016)

Karina Lukin
Traduction de Eva Toulouze et Aleksi Moine

Texte intégral

Anna‑Leena Siikala en décembre 2008 à Helsinki, lors de la réunion du groupe international de recherche Newrel

© Photo Eva Toulouze

1Née le 1er janvier 1943, Anna‑Leena Siikala est décédée le 27 février 2016. Au cours de sa carrière, l’académicienne, qui a soutenu sa thèse en 1978 à l’université d’Helsinki, a été professeur à l’université de Turku, ainsi qu’à celle de Joensuu et à celle d’Helsinki, où elle a été professeur de l’académie entre 1999 et 2004. En 2009, elle a été nommée à l’Académie des sciences.

2Les recherches d’Anna‑Leena se concentraient avant tout sur la tradition orale et la religion populaire. Dès le début de sa carrière de chercheuse, elle s’est intéressée au chamanisme, tout particulièrement à celui des peuples autochtones de Sibérie : sa thèse proposait une étude comparée de leurs représentations. La thématique centrale de sa thèse – l’influence réciproque des textes des rites chamaniques et de la technique de l’extase ainsi que leurs variations – l’aura fascinée tout au long de sa carrière : elle est revenue en effet sur ces questions entre autres dans sa cartographie de l’institution du tietäjä finno‑carélien, ainsi que dans ses cours qui, dans les années 1990, faisaient salle comble.

3Par le truchement de ses professeurs, Anna‑Leena s’est inscrite dans la lignée des chercheurs spécialistes de la mythologie des peuples finno‑ougriens et de la religion des peuples autochtones. Ayant fait très tôt, avec Jukka Siikala, des travaux de terrain dans l’île Cook, Anna‑Leena a dû longtemps se contenter de matériaux d’archives sur les peuples finno‑ougriens, jusqu’à ce que, dans les années 1990, la désagrégation de l’Union soviétique permette le travail de terrain en Russie. Sur le terrain, chez les Finno‑Ougriens orientaux, Anna‑Leena a trouvé une nouvelle inspiration. Bientôt, les bosquets sacrés et les festivals des peuples de la Volga, les traits caractéristiques de la culture orale, en soi et dans ses rapports avec la culture écrite chez les Komis, les rituels individuels et publics chez les Khantys ont reçu une interprétation dans ses textes. Les terrains en Russie lui ont fait découvrir un mode de vie qui a marqué ses dernières années à l’université mais lui ont permis aussi de faire de nombreuses rencontres significatives et de développer un désir conscient de défendre les minorités de Russie, de même que d’importantes initiatives scientifiques, comme l’Encyclopédie des mythologies ouraliennes (Encyclopaedia of Uralic Mythologies).

4C’est ainsi que la mythologie, les mythes et les incantations y afférents représentent l’un des centres d’intérêt caractéristiques de l’œuvre d’Anna‑Leena. Ses interprétations des poèmes kalévaléens introduisent dans le champ scientifique, non seulement finlandais mais aussi international, de nouveaux points de vue, de nouveaux concepts et de nouvelles approches, qui font éclater les anciennes représentations sur l’univers du poème, sur les pratiques de son utilisation et sur la vie de la pensée autochtone. Plus tard, Anna‑Leena s’est révélée capable d’associer une approche comparative aux points de vue soulignant la pratique poétique et sa performance. Cette approche a inspiré de nouvelles interprétations, qui, à leur tour, ont ouvert de nouvelles portes.

5L’ouverture aux idées nouvelles et le courage d’explorer des théories non utilisées auparavant, comme les approches cognitives dans l’étude de la narration, se sont développés dans l’œuvre d’Anna‑Leena. Dans son enseignement et dans sa pratique, elle insistait sur l’importance des débats scientifiques globaux et des continuités sur le long terme. Les anciens matériaux d’archives et la longue histoire des débats académiques s’accompagnent toujours de nouvelles données et de nouveaux regards nés sur le terrain, et le chercheur se doit de se rattacher consciemment aux lignées textuelles et sociales de la recherche. Chez Anna‑Leena, ce rattachement était loin d’être purement académique : il s’agissait aussi d’un choix éthique ainsi que d’une aspiration à un savoir et à des interprétations inspirés par la compréhension.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Anna‑Leena Siikala en décembre 2008 à Helsinki, lors de la réunion du groupe international de recherche Newrel
Crédits © Photo Eva Toulouze
URL http://efo.revues.org/docannexe/image/6795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karina Lukin, « Nécrologie : Anna‑Leena Siikala (1943‑2016) », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 13 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://efo.revues.org/6795

Haut de page

Auteur

Karina Lukin

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org