Navigation – Plan du site
Chroniques

Nécrologie : Valerij Alikov (1960‑2016)

Julia Kuprina
Traduction de Aleksi Moine

Texte intégral

Valerij Alikov à Paris lors des Journées maries en novembre 2010

© Photo Eva Toulouze

1Valerij Alikov, figure marquante de la culture et de la littérature maries des collines, est décédé d’un cancer du poumon le 11 septembre 2016 à Helsinki. Il était né le 1er janvier 1960, au pays mari des collines, dans le village d’Äväsir, dans la République du Mari El en Russie.

2Valerij Alikov a fait ses études en Russie et en Estonie et a par la suite vécu plus de vingt ans à Helsinki.

3Son départ prématuré est une grande perte pour le peuple peu nombreux des Maris des collines. Des 600 000 Maris, à peine un dixième sont des Maris des collines, habitants des méandres de la Volga.

  • 1  Titre en mari des collines : Цикмӓ – сӹлнӹшая дӓ культура журнал.

4Valerij Alikov a œuvré comme traducteur, comme rédacteur en chef de la revue culturelle et littéraire Tsikmä (Цикмӓ1), comme poète postmoderniste, comme critique littéraire et militant de la communauté finno‑ougrienne, ainsi que comme participant actif à la société civile.

Son travail de traducteur et de rédacteur de la revue « Tsikmä »

5Valerij Alikov a publié un total d’environ une vingtaine de traductions d’œuvres littéraires finnoises et estoniennes. De l’estonien, il a notamment traduit en mari des collines des œuvres d’AntonHansen Tammsaare, Kuningas ja ööbik: Miniatuurid, jutustused, novellid, de Viivi Luik, Seitsmes rahukevad, ainsi que le manuel de littérature estonienne Eesti kirjandus. Traducteur prolifique, il a traduit en mari des œuvres finnoises fondamentales, comme les Sept Frères d’Aleksis Kivi, Sinouhé l’Égyptien de Mika Waltari, ou encore le Soldat inconnu de Väinö Linna ; mais aussi de la littérature pour enfants, comme Fifi Brindacier et Emil i Lönneberga d’Astrid Lindgren, ainsi que les Moomins de Tove Jansson. Bien que ses activités de traducteur et de rédacteur en chef de la revue Tsikmä n’aient été qu’un passe-temps secondaire (pour gagner sa vie, il enseignait le russe aux Finlandais), il s’est pleinement consacré à la traduction, et son rythme de travail était impressionnant. Je me rappelle l’avoir entendu dire : même lors des journées ordinaires, « si je me suis installé pour faire de la traduction littéraire, je ne me lève pas de ma chaise avant d’avoir traduit au moins cinq pages ».

6La revue marie des collines Tsikmä a été publiée de façon annuelle à partir de 1995, pour un total de cinq numéros. Son utilité a été parfois mise en question, et le rédacteur en chef avait coutume d’expliquer aux détracteurs la nécessité d’une revue pour un lectorat si peu nombreux :

Ce genre de discussions, on les tenait aussi il y a cent ou cent cinquante ans en Finlande et en Estonie, mais on a développé, malgré leur sous-estimation, les petites langues littéraires en publiant des journaux, des recueils, des livres, en diffusant des écrits de toutes les façons possibles. C’est pourquoi nous aussi, en particulier aujourd’hui, à l’époque de la mondialisation, où les langues minoritaires restent marginales, nous nous devons de faire tout notre possible pour tenter de conserver notre langue maternelle et essayer d’en développer la diversité.

7Pour élargir les sujets littéraires et pour donner un caractère contemporain à la langue marie (la moderniser), Valerij Alikov a traduit, outre des classiques de la littérature finnoise et estonienne, John Steinbeck, William Somerset‑Maugham, Günter Grass et Valentin Rasputin, parmi d’autres. À partir de 2010 il a transformé la revue Tsikmä en une version en ligne (tsikma.wordpress.com), où il a également publié des œuvres, notamment poétiques, d’auteurs contemporains maris des collines, à l’instar de la poétesse Evgenia Saveljeva‑Ita et des auteurs de prose Vitali Petuhov, Ondrin Vajka et Elizaveta Egorkina.

8Le Wikipédia en mari des collines (mrj.wikipedia.org) est parmi les derniers grands projets de Valerij Alikov. Il a lui-même composé la plus grande part des matériaux de l’encyclopédie libre (aujourd’hui il y a plus de 10 000 articles en mari des collines). Grâce à Valerij Alikov, la version bêta a été acceptée en octobre 2010, et le contenu a été déplacé de l’incubateur au serveur, pour rejoindre les 290 autres langues du monde. Valerij Alikov a précisé sur la page d’accueil de la ressource que chaque Mari des collines peut, selon ses intérêts et ses envies, écrire de nouveaux articles ou, si nécessaire, modifier les matériaux déjà existants.

9La création de relations entre les peuples finno‑ougriens était une activité importante pour Valerij Alikov. Il a participé à des séminaires à propos des langues et cultures minoritaires, à des événements culturels finno‑ougriens, et nous exhortait, nous aussi, les étudiants plus jeunes (студентвлӓм), à parler des Maris et à organiser des interventions, par exemple lors des fêtes des héros maris, que l’on célèbre en Estonie fin avril.

10Le club mari des collines était le nom que nous donnions à nos réunions à Helsinki, qui avaient lieu en moyenne une fois par mois, et pendant lesquelles nous échangions des nouvelles du pays mari et participions à divers événements ; et parfois nous invitions au club des gens intéressés par nos activités.

11En tant que Maris des collines de Finlande, nous avons participé entre autres au séminaire organisé à Paris en 2010 autour des langues et cultures maries, événement unique dans la mesure où nos exposés en mari ont été traduits directement en français (ce qui a été rendu possible par l’organisation, grâce à Eva Toulouze, de l’Inalco).

12Un événement intéressant s’est produit il y a environ cinq ans au festival de théâtre de Mikkeli en Finlande, auquel a participé un théâtre mari, avec la pièce de Florid Buljakov, Comment les bonnes femmes se sont mariées, que Valerij Alikov a traduite en finnois pour le surtitrage. Arrivés sur place avec le club mari, nous avons aidé l’équipe technique à reproduire les textes dans l’appareil de surtitrage. Pour la représentation du soir, nous étions déjà plus familiarisés avec l’appareil, et la synchronisation de la pièce a donc fonctionné sans problème. Après la représentation, la présidente de la république de Finlande de l’époque, Tarja Halonen, a remercié avec un bouquet de fleurs les comédiens maris des collines, qui en ont été très surpris : « Vraiment, la présidente elle-même a vu notre spectacle ? » Ils n’avaient pas été au courant de la visite de cette personnalité politique.

Des principes et des attentions de Valerij Alikov

13Valerij était d’un naturel joyeux, c’était une personne lumineuse, dont l’enthousiasme et l’optimisme rayonnaient autour de lui et étaient contagieux. C’était un ami attentionné, un soutien psychologique dans les moments difficiles, qui toujours attirait vers l’humour. Il était parfois provocateur et défiait ses compagnons dans des discussions à propos des principes et des valeurs de la vie, mais lorsque la situation devenait conflictuelle, il essayait d’éviter les tensions par des blagues, pour terminer la discussion sur une note positive. L’été, Valerij avait coutume d’organiser des séminaires dans lesquels il parlait de la situation de notre langue maternelle, des possibilités et des visées de développement de notre littérature, il faisait des interventions entre autres à propos de l’ethnofuturisme, ou des directions théoriques dans la littérature et l’art. Mais à l’égard du gouvernement local ou régional mari des collines, il exprimait souvent des opinions tranchées et des critiques, c’est pourquoi il était en proie, lors de ses voyages en pays mari, à la sévérité des officiels. Mais il tenait bon sur ses principes : « Si nous sommes polis au point d’être sophistiqués, nous resterons sur place et notre langue disparaîtra ; sans critique constructive il n’y a pas de développement possible. » Valerij ne pensait jamais à mal avec ses commentaires, mais voulait nous remuer, et tout d’abord les décideurs maris des collines, nous exhorter à réfléchir à l’avenir de notre peuple et à créer des programmes de développement de notre langue. Il considérait son peuple et son pays comme un enfant chéri. Il a écrit à ce propos un poème philosophique (publié en 1999 dans son recueil poétique, Salutations au pays du tigre) :

Toi, on peut t’aimer,
et te gronder,
Sur toi, on peut écrire
des poèmes et des chants,
Toi, on peut t’oublier
ou te garder dans le cœur,
Patrie chérie.

Тӹньӹм яраташ лиэш
Дӓ вырсаш лиэш,
Тӹнь гишӓнет
Лыдышвлӓм сирӓш
Дӓ мырывлӓм мыраш лиэш,
Тӹньӹм мондаш лиэш
Дӓ шӱмӹштӹ урдаш лиэш,
Туан шачмы вел.
(1995)

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie des traductions :

Леэна Лаулаяйнен ”Алвар дон ӹмӹл” шайыштмаш (julkaistu U sem‑aikakausikirjassa)

Вейо Мерин пьеса ”Салтак Йокинен” (рукопись/käsikirja);

1999 : Эндель Нирк ”Эстон сӹлнӹшая” (Eesti kirjandus)

2003 : Астрид Линдгрен ”Ваштарсир Эмиль”, “Ваштарсир Эмильӹн у масаквлӓжӹ”

2003‑2004 : Мика Валтари ”Синухе” (III)

2004 : Астрид Линдгрен “Ваштарсир Эмиль тек соок ӹлӓ”

2005 : А.Х.Таммсааре ”Кугижӓ дон шӹжвӹк: миниатюрывлӓ, новеллывлӓ дон пьесывлӓ” (тӹнг эстон классикӹн пӓшӓвлӓжӹ) 321 lk

2005 : Алексис Киви ”Шӹм шӱмбел” (тӹнг финн классика роман)

2006 : Астрид Линдгрен ”Кужы Цылкаан Пеппи”

2006 : Туве Янссон ”Комета толеш” лӹмӓн тетя книгӓ, кышкы Мууми‑мӧмӧвлӓ гишӓн икӓнӓштӹ 3 книгӓм пыртымы (Kometjakten, Mumintrollet på kometjakt, Kometen kommer).

2006 : Минна Кант ”Анна Лиза” (финн роман)

2008 : Вӓйнӧ Линна ”Пӓлӹдӹмӹ салтак” (финн классика роман)

Haut de page

Notes

1  Titre en mari des collines : Цикмӓ – сӹлнӹшая дӓ культура журнал.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Valerij Alikov à Paris lors des Journées maries en novembre 2010
Crédits © Photo Eva Toulouze
URL http://efo.revues.org/docannexe/image/6830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Kuprina, « Nécrologie : Valerij Alikov (1960‑2016) », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 19 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://efo.revues.org/6830

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org