Navigation – Plan du site
Chroniques

Semaine seto, 18‑25 novembre 2015 à Paris

Lauren Hamon

Texte intégral

  • 1  Organisées par l’Adefo depuis 2009.

1Du 18 au 25 novembre 2015 s’est tenue à Paris la Semaine seto. Malgré les tristes événements intervenus quelques jours plus tôt dans la capitale française, toutes les manifestations de cette semaine culturelle seto ont eu lieu : concerts, ateliers artisanaux, colloque, exposition photographique, projections de films, lectures de poésie et de contes. Organisée par l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales), l’ambassade d’Estonie à Paris, l’association France‑Estonie et l’Adefo (Association pour le développement des études finno-ougriennes), cette Semaine, inscrite dans la série des « journées finno‑ougriennes1 », était l’occasion de s’intéresser à un petit peuple fort méconnu, à cheval entre Estonie et Russie, dont la culture singulière mérite qu’on s’y attarde.

2Cette Semaine seto a été ouverte par le concert du chœur Verska naase’ (Les femmes de Värska). Cet événement permettait de se familiariser avec la tradition chorale caractéristique de cette région estonienne, le leelo, chant traditionnel polyphonique, classé depuis 2009 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture). Ce concert a été le seul événement affecté par les attentats de la semaine précédente : cinq sur les neuf femmes de ce groupe ont préféré renoncer au voyage. Les quatre restantes ont bénéficié du soutien d’autres femmes setos présentes, Kauksi Ülle et Helju Majak, et des hommes setos. En effet, la conférence avait permis de rassembler une dizaine d’hommes setos qui tous chantaient dans des groupes différents. Ils se sont réunis pour enrichir le programme de ce concert de nombreux chants masculins.

3Le lendemain, le 19 novembre, c’est l’artisanat et la culture setos qui étaient à l’honneur. À l’ambassade d’Estonie étaient organisés simultanément deux ateliers : l’un d’artisanat et l’autre de cuisine. Dans le premier, les femmes setos ont présenté aux participants leurs costumes traditionnels avant de leur enseigner les techniques de tissage de plusieurs modèles de ceintures traditionnelles setos. Munis de crochets et d’aiguilles à tricoter, les participants ont pu constater que la pratique était loin d’être aisée. Les participants des deux ateliers ont pu se réunir à la fin de l’après-midi afin de déguster les spécialités réalisées en cuisine par l’atelier cuisine : soupes froides, fromage aux œufs et dessert.

4Le Setomaa a également été visible dans les locaux de l’Inalco pendant près d’un mois. En effet, l’exposition de photos de Jérémie Jung, Setomaa, un royaume sur le fil, a fait halte à Paris après un passage à Tartu. L’exposition a été également accompagnée d’une visite guidée animée par l’auteur des photographies, qui a permis notamment de découvrir le contexte et l’histoire de chaque photo.

5Le colloque, qui s’étalait sur deux jours, a permis d’aborder de nombreux sujets tels que l’histoire, la langue, la tradition orale, l’architecture, l’artisanat, les croyances, la cuisine, la littérature, la revitalisation de la culture seto.

6La première intervention, celle d’Antoine Chalvin, était destinée à présenter le peuple seto sous un aspect historique, depuis sa première mention écrite en 1831 jusqu’à sa situation à l’heure actuelle – territoire partagé entre deux pays, entre deux administrations différentes, tout en passant par l’estonisation des Setos au cours du xxe siècle et le développement de leur vie associative et culturelle.

7En second lieu ont été présentées par Andreas Kalkun les mères du chant, caractérisées par leurs qualités d’improvisation entre autres autobiographiques.

8La présentation suivante, des linguistes Karl et Renate Pajusalu, avait pour objet la langue seto. Y étaient notamment abordés les thèmes de l’appartenance finno‑ougrienne de la langue, sa place au sein des différents dialectes estoniens du Sud, la conservation de l’harmonie vocalique ainsi que de nombreux traits archaïques qui se sont perdus en estonien standard, les emprunts baltes, germaniques et slaves du seto, ainsi que ses spécificités phonétiques et morphologiques. Il a été également rappelé qu’il existe plusieurs variantes dialectales au sein même de la communauté seto : le seto du Nord, le seto du Sud et le seto de l’Est. Des exemples concrets illustraient l’emploi des trois pronoms démonstratifs ainsi que l’évolution de leur usage.

9Ensuite ont été présentés les résultats de l’enquête Eldia (European Language Diversity for All) sur l’emploi du seto dans les différents domaines de la vie quotidienne, administrative, etc., ainsi que sur la perception par les locuteurs de leurs compétences en langue seto.

10L’intervention suivante, celle de Nele Reimann, mettait l’accent sur l’enseignement de la culture et des traditions setos à l’école. Traditionnellement, celui-ci se faisait dans le cadre familial pour la langue, comme pour les coutumes, les croyances, les chants, l’histoire et les instruments de musique. Cela n’est plus vrai aujourd’hui et la transmission n’étant plus assurée à travers les générations, un enseignement dans les écoles se développe. On essaie d’impliquer les enfants dans leur culture et leur langue maternelle, notamment à travers les chorales. Dans les jardins d’enfants, il n’est pas rare de consacrer une journée par semaine à la langue seto. Plus tard, il est proposé aux élèves une heure de culture ou de langue seto : mais ce temps très restreint n’est pas suffisant pour développer vraiment la pratique de la langue. Les supports d’enseignement en langue seto existent mais sont peu fournis. L’intervenante souligne le paradoxe entre un intérêt croissant des gens pour leurs origines et leurs valeurs traditionnelles et une désertification massive des campagnes au profit de la vie urbaine où la diversité des cultures est niée.

11Ensuite ont été présentés les traits majeurs de la tradition orale locale seto avec les principaux lieux sacrés du territoire seto, qu’ils soient situés dans les milieux naturels ou liés aux événements historiques du pays.

12Les dernières interventions clôturant la journée visaient à décrire les habitations traditionnelles setos (Ahto Raudoja), les bijoux caractéristiques en argent (Evar Riitsar) et les missions ethnographiques réalisées par le musée de l’Homme en territoire seto dans les années 1930 (Tatiana Fougal).

13La seconde journée du colloque s’est ouverte avec une présentation, par Paul Hagu, de Peko – à la fois divinité, héros de l’épopée nationale et roi du royaume seto. Y ont été décrits les rites en lien avec le dieu de la fertilité et ses liens avec Pellonpekko, divinité d’autres peuples fenniques, la création du héros de l’épopée seto par Anne Varbana, la chanteuse seto la plus productive avec plus de 150 000 vers à son actif, grâce à Paulopriit Voolaine et la création du vice-roi du royaume seto, l’Ülemsootška, inspiré des Finnskogar en Norvège.

14Ensuite, une intervention d’Heiki Valk a présenté la pierre sacrée de saint Jean, aujourd’hui située sur la frontière russo‑estonienne. S’il n’en reste aujourd’hui plus que la pierre de Miikse, elle était autrefois entourée d’un cimetière médiéval, d’un chêne sacré et d’une source. C’est un endroit sacré où l’on vient toujours faire des offrandes et demander de l’aide.

15La troisième intervention de la journée a montré le rôle de l’orthodoxie dans l’identité des Setos, leur christianisation pacifique et l’importance de l’orthodoxie dans les grands événements. Elle a été présentée par Zacharias (Jaan Lepik, lui-même prêtre orthodoxe).

16Venait ensuite une présentation de la nourriture seto traditionnelle (hélas sans dégustation !)

17Les présentations suivantes retraçaient l’histoire du mouvement seto et le rôle du vice-roi des Setos (Aare Hõrn). Grâce à l’intervention de l’Ülemsootška du moment, Jane Vabarna, on a appris notamment quelles promesses elle avait faites lors de sa désignation et comment les anciens vice-rois lui apportent leur aide dans sa mission de représentation.

18L’intervention suivante, faite par Kauksi Ülle, présentait la littérature seto, de ses débuts jusqu’à aujourd’hui.

19Le colloque fut clôturé par une intervention sur les émissions de radio en langue seto avec la description des évolutions des programmes ces dernières années (Mirjam Nutov).

20Toutes les interventions durant ce colloque ont fait l’objet d’une traduction simultanée en français ou en estonien.

21Chacune des deux journées de colloque a été suivie de la projection d’un film : le premier soir Taarka, qui retrace la vie de la chanteuse Hilana Taarka (film d’Ain Mäeots) et le second soir Seto saaja’ 2009 (« Une noce seto », d’Aado Lintrop), documentaire retraçant un mariage traditionnel seto.

22Un après-midi de lecture de poèmes setos a été également organisé dans le cadre de cette semaine. Kauksi Ülle et Andreas Kalkun ont ainsi lu plusieurs de leurs poèmes, traduits en français par Antoine Chalvin et présentés au siège du PEN‑club. Cette journée s’est terminée par un concert du groupe Kiiora.

23La Semaine seto s’est terminée par une séance bilingue de contes setos, racontés par Terje Lillmaa et Marie Chiff’mine.

Haut de page

Notes

1  Organisées par l’Adefo depuis 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lauren Hamon, « Semaine seto, 18‑25 novembre 2015 à Paris », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://efo.revues.org/6912

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org