Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Simo Parpola : Etymological Dictionary of the Sumerian Language

(Part 1: Lexical Evidence; part 2: Semantic Analysis and Indices)
Publications of the Foundation for Finnish Assyriological Research, Helsinki, 2016.
Thierry Poibeau

Texte intégral

1L’ouvrage récent de Simo Parpola « Etymological Dictionary of the Sumerian Language » se compose de deux forts volumes (850 pages environ au total). Le premier est sous-titré « Lexical Evidence » et le second « Semantic Analysis and Indices ». Bien que cela n’apparaisse pas immédiatement à la lecture du titre, il s’agit en fait essentiellement d’un ouvrage consacré aux liens entre le sumérien et les langues ouraliennes.

  • 1  L’ouvrage de Parpola, bien qu’il s’agisse d’un dictionnaire d’une extrême technicité concernant un (...)

2On sait que le sumérien est généralement considéré comme un isolat, c’est-à-dire une langue dont on ne peut déterminer ni la famille, ni les ancêtres (c’est aussi le cas du basque ou de l’étrusque, pour prendre des exemples plus proches de nous). Les isolats ont évidemment toujours intrigué les linguistes, voire le grand public1, et suscité des tentatives de rapprochements divers et variés. De ce point de vue, Simo Parpola n’est pas le premier à essayer de rattacher le sumérien aux langues ouraliennes : différentes propositions avaient déjà été faites par le passé pour rattacher le sumérien au hongrois en particulier. On rappellera en outre les innombrables propositions faites pour rattacher le sumérien à d’autres langues comme le basque, les langues dravidiennes, voire le sino‑tibétain. Le prestige du sumérien, du fait notamment qu’il s’agit d’une des plus anciennes langues écrites connues, a favorisé la multiplicité des propositions de rattachement plus ou moins informées.

3La proposition actuelle de Simo Parpola retient malgré tout l’attention dans la mesure où elle vient d’un spécialiste reconnu du sumérien qui défend cette idée depuis de nombreuses années déjà (Simo Parpola avait notamment présenté une communication appelée « Sumerian: A Uralic Language » lors des 53e Rencontres assyriologiques internationales à Moscou, en juillet 2007). L’ouvrage dont nous parlons ici fait donc le bilan de nombreuses années de recherches sur le sujet et présente une masse d’informations qui va bien au-delà des tentatives de ce genre habituellement.

4Le premier volume est en effet constitué pour l’essentiel d’un dictionnaire de plus de 400 pages de propositions de rapprochements au niveau des mots (d’où le titre « Lexical Evidence ») entre les langues considérées. Ce dictionnaire est précédé d’une introduction où, hélas !, la méthode utilisée pour élaborer les rapprochements proposés est à peine esquissée. On sait qu’un élément clé pour la comparaison des langues est d’établir des points de correspondance au niveau des évolutions phonétiques, permettant d’expliquer comment les langues ont divergé ou plutôt comment, à partir de formes attestées, un étymon commun peut être posé. L’attente du lecteur en la matière est hélas ! douchée dès le début de l’introduction (p. xi) : « A detailed analysis of the phonological data falls out of the scope of this dictionary. »

5Vu l’importance de ce point (et la taille de l’ouvrage), on ne peut que regretter que Simo Parpola ait préféré publier un dictionnaire sans donner les éléments qui pourraient permettre de valider ou critiquer les rapprochements proposés. La suite de l’introduction explique pour l’essentiel la structure des entrées du dictionnaire, ce qui est utile mais n’apporte finalement pas grand-chose sur le plan méthodologique.

6Plusieurs points attirent toutefois le regard. Simo Parpola indique les correspondances entre notation écrite et réalisations phonétiques possibles pour le sumérien. Il n’y a évidemment pas de correspondance stricte entre écriture et réalisation phonétique, d’autant plus que le sumérien est écrit en cunéiforme. L’auteur indique d’ailleurs (p. xviii et xix) toute la difficulté pour restituer le sumérien de façon précise, par exemple :

[…] the current system of transliterating Sumerian is based on pronunciation indications in Sumero‑Akkadian lexical texts made with the help of syllabograms used for writing Old Babylonian and later Akkadian, and is thus incapable of expressing phonemes and phonological features not found in Akkadian […]

ou

[…] the sound system of Sumerian and the phonological shapes of Sumerian words can to some extent – but only partially – be reconstructed by studying early (3rd millennium BC) Akkadian loanwords from Sumerian, phonetic values of Old Akkadian syllabograms, syllabic spellings in ‘unorthographically’ written Sumerian texts, and the spelling of foreign names in Sumerian scripts […].

7Il est presque étonnant que l’auteur ne s’étende pas davantage sur ces différents points : cette grande incertitude phonétique rend toute reconstruction très hasardeuse dès le départ.

  • 2  On rappellera ici Boë, Bessière et Vallée, 2003, à propos du projet de M. Ruhlen visant à établir (...)

8L’auteur indique ensuite des changements phonologiques survenus en sumérien, qui compliquent encore la tâche ou qui, à l’inverse, permettent de proposer une multitude de formes reconstituées possibles à partir d’une forme attestée et donc ultérieurement de multiplier les rapprochements avec des langues diverses, ouraliennes ou autres2. On relèvera ainsi (p. xix) :

Sumerian was subject to many types of long-term phonological changes known from other languages, such as voicing of consonants in voiced environments; fricativization of stops; lenition of consonants before vowels, rhotacism and consonant graduation at junctures […].

9Toutes ces évolutions phonétiques et phonologiques sont effectivement bien attestées en linguistique générale et sont donc aussi possibles, voire probables, dans le cas du sumérien, mais cela implique au minimum de savoir à chaque fois de quoi l’on parle : quand ont eu lieu ces différents changements, comment s’enchaînent-ils, etc. ? Dès lors, il est aussi important de savoir, pour une forme donnée, à quelle époque elle est attestée et comment elle peut être reliée à un étymon possible en respectant les différentes règles posées. Ce type d’indication manque cruellement dans le dictionnaire de Simo Parpola.

10L’introduction (p. xxi) se poursuit en élaborant un tableau de correspondances entre langues, qui permettrait ainsi de jeter les bases d’une histoire du proto-ouralien qui intégrerait le protosumérien, voire le protonostratique (le nostratique désignant une hypothétique macrofamille regroupant toutes les langues d’Eurasie). Tout cela ne reposant sur aucune base concrète (le nostratique étant lui-même une conjoncture linguistique), on s’abstiendra de le commenter.

11Ces éléments permettent de mieux apprécier la suite du dictionnaire, à savoir les 400 pages de rapprochements entre sumérien, langues ouraliennes et souvent d’autres langues encore. Vu de loin, le projet semble solide : pour près de 3 000 formes du sumérien, l’auteur propose des rapprochements avec des langues ouraliennes, ce qui peut sembler massif et tenir lieu de preuve. Mais tous les rapprochements reposent sur une base phonétique des plus incertaines (un grand nombre d’autres possibilités d’évolution seraient imaginables), pour des racines très réduites (la plupart des mots considérés sont composés de trois lettres ou moins).

12Comme déjà indiqué, les rapprochements reposent sur une base phonétique dont l’histoire n’est pas expliquée. Il est donc possible d’appliquer telle ou telle règle en fonction des rapprochements visés, alors que la méthode exigerait de faire l’inverse. Enfin, l’auteur compare directement le sumérien avec l’ensemble des langues ouraliennes, voire avec d’autres langues (indo‑européennes, dravidiennes, etc.), ce qui montre à notre avis indirectement la faiblesse de l’entreprise. Si on est optimiste et favorable au projet de Simo Parpola, on peut imaginer qu’on tient là l’image imparfaite mais prometteuse d’une protolangue commune, proto‑ouralien voire nostratique. Mais le lecteur plus critique remarquera plus simplement que la combinatoire des évolutions possibles et des règles appliquées à des racines courtes permet de rapprocher un peu tout et n’importe quoi de manière indistincte. La méthode comparative est donc loin d’être appliquée avec rigueur, ce qui explique en partie les critiques très directes des spécialistes de la question.

13Le second volume reprend le matériel exposé précédemment sur une base sémantique. L’auteur s’attache en effet à montrer les rapprochements possibles entre langues sur une base sémantique, ce qui permet en creux d’obtenir une image imparfaite de la culture suméro‑ouralienne. Le vocabulaire décrivant la faune ou la végétation peut par exemple donner une idée de l’endroit où aurait vécu un hypothétique peuple suméro‑ouralien. L’entreprise rappelle par certains aspects celle d’Émile Benveniste qui, dans le Vocabulaire des institutions indo‑européennes, cherchait à donner une image du monde indo‑européen en partant uniquement du vocabulaire attesté dans ces langues, sans recours à l’archéologie ou à quelque autre science que ce soit. L’entreprise de Simo Parpola est donc intéressante mais repose sur une base discutable, comme on l’a vu, alors que l’ouvrage d’Émile Benveniste reposait sur une base ferme et toujours valable aujourd’hui pour l’essentiel.

14On pourra donc s’abstenir d’acquérir le dictionnaire de Simo Parpola qui vise de toute manière un lectorat extrêmement spécialisé. Il n’en reste pas moins un instrument d’étude intéressant de par sa taille et sa systématicité : on doit au moins reconnaître à l’auteur le mérite de fournir un maximum de données permettant de vérifier, critiquer ou appuyer son hypothèse d’un rapprochement entre sumérien et langues ouraliennes. Un travail nécessaire, si l’auteur souhaite que son ouvrage soit davantage pris en considération par la communauté, serait de fournir plus de détails (règles appliquées, datation précise) quant à l’évolution linguistique des formes étudiées. Cela dit, même avec ce genre de détails, il restera toujours une grande part d’incertitude quant à la prononciation réelle du sumérien, ce qui a pour conséquence que ce type de proposition tient à notre avis plus de la conjecture que de la réalité scientifique. Il faut donc considérer qu’en dépit de sa taille et de la masse de données amassées, ce dictionnaire n’apporte guère de nouveauté quant aux liens possibles entre le sumérien et les langues ouraliennes.

Haut de page

Bibliographie

Boë Louis‑Jean, Bessière Pierre & Vallée Nathalie, 2003, “When Ruhlen ‘Mother Tongue’ Theory Meets the Null Hypothesis”, Proceedings of the XVth International Congress of Phonetic Sciences, Barcelona.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage de Parpola, bien qu’il s’agisse d’un dictionnaire d’une extrême technicité concernant une langue ancienne peu connue du grand public, a eu droit à un article au titre ambitieux dans le Helsingin Sanomat : ”Uusi teoria suomen kielisukulaisuudesta voi mullistaa koko kielitieteen” (Une nouvelle théorie sur la parenté linguistique du finnois peut révolutionner toute la linguistique), http://www.hs.fi/kulttuuri/a1468554065084 [consulté le 28.03.2017]. Dans cet article, les spécialistes interrogés (Johanna Laakso, Ulla‑Maija Forsberg et Juha Janhunen) disent tout le mal qu’ils pensent de la théorie de Parpola, tandis que le grand public, à travers les commentaires, montre son intérêt pour ce qui est présenté comme une nouvelle théorie. Cela est anecdotique mais typique de ce type de propositions.

2  On rappellera ici Boë, Bessière et Vallée, 2003, à propos du projet de M. Ruhlen visant à établir une langue originelle unique sur une base de données attestées. Dans cet article, les auteurs montraient que Ruhlen utilisait des règles si lâches pour rapprocher les langues entre elles que cela revenait à procéder à des rapprochements « au hasard » (la fameuse « hypothèse nulle », dite aussi « random chance » par les auteurs). Il est à craindre que la proposition de Parpola ne souffre dans une certaine mesure du même défaut, même si on ne peut le démontrer ici scientifiquement, contrairement à ce qu’avaient fait Boë et ses collègues dans l’article cité plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Poibeau, « Simo Parpola : Etymological Dictionary of the Sumerian Language  », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 19 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://efo.revues.org/6954

Haut de page

Auteur

Thierry Poibeau

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org