Navigation – Plan du site
Articles

La graphie du dialecte de Surgut du khanty hier et aujourd’hui

The Surgut Khanty Alphabet Yesterday and Today
Surguti handi tähestik eile ja täna
Agrafena Pesikova
Traduction de Eva Toulouze et Jean‑Léo Léonard

Résumés

Le khanty de Surgut, l’un des dialectes du khanty oriental, s’écrit depuis que N.I. Tereškin, en 1959, lui a donné un alphabet. Celui-ci est discuté dans le détail dans cet article, qui intervient dans le débat actuel sur l’écriture du khanty oriental et commente quelques traits caractéristiques de l’usage de cet alphabet aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, on a assisté à un débat sur la représentation graphique des sons des dialectes septentrionaux du khanty. Or pour le dialecte de Surgut du khanty, ce débat n’a pas eu lieu, les chercheurs travaillant sur la phonologie des dialectes orientaux se comptant sur les doigts d’une main. Il existe cependant une graphie pour les dialectes de Surgut, du Vah et du Vasjugan, élaborée en son temps par N.I. Tereškin, docteur en philologie, sur la base de l’alphabet cyrillique. Mis à part quelques avancées dans le domaine de la phonétique et de la graphie du dialecte de Surgut, cette graphie est toujours reconnue par les chercheurs étrangers qui ont travaillé sur les dialectes orientaux du khanty.

2Dans ses travaux établissant la graphie des dialectes orientaux, N.I. Tereškin est parti des principes de la graphie du russe tout en tenant compte des particularités des langues ougriennes de l’Ob’. Mais il devait tenir également compte des possibilités typographiques de l’Union soviétique. C’est pourquoi son système repose sur deux principes : le principe phonémique et le principe syllabique.

3D’après le principe phonémique, à tout phonème doit correspondre un graphème. Le principe syllabique part d’un ensemble de phonèmes au sein d’une syllabe, qui est écrit avec les graphèmes correspondants.

4De plus, en raison du caractère limité des lettres possibles dans les typographies soviétiques, plusieurs graphèmes représentaient des phonèmes différents, ce dont il sera question plus bas.

5À l’époque de N.I. Tereškin, le dialecte de Surgut connaissait 42 graphèmes, dont, entre autres, des caractères russes qui ne correspondaient pas à la langue khantye. C’était une contrainte de l’époque, liée à la situation politique du pays.

L’alphabet du dialecte de Surgut d’après N.I. Tereškin

Аа Äӓ Бб Вв Гг Дд Ее Ёё Жж Зз Ии Йй Әә Кк Ққ Лл Ӆӆ Мм Нн ң Оо Өө ӧ Пп Рр Сс Тт Уу Ӱӱ Фф х Цц Чч Ҷҷ Шш Щщ ъ Ыы ь Ээ Юю Яя

6Selon N.I. Tereškin, l’alphabet du dialecte de Surgut était composé des graphèmes vocaliques, tels que Аа Äӓ Ее Ёё Ии Әә Оо Өө ӧ Уу Ӱӱ Ыы Ээ Юю Яя, donc 14 paires de voyelles et ӧ hors corrélation, donc, en tout, 29 graphèmes ; des graphèmes consonantiques : Вв Йй Кк Ққ Лл Ӆӆ Мм Нн ң Пп Рр Сс Тт х Ҷҷ Шш, donc 14 paires de consonnes, ainsi que les graphèmes ӊ et х hors corrélation. En tout, 30 graphèmes.

  • Graphèmes de signes de ligature, 2 lettres : ъ, ь.

  • Graphèmes correspondant aux sons du russe : Бб Гг Дд Жж Зз Фф Цц Чч Щщ, donc 9 paires de consonnes.

7D’après N.I. Tereškin, les phonèmes <а> et <ө> correspondaient à <а>, <ӑ> soit <а>, <Ç> et <ө>, <>, soit <ë>, <ê> dans la mesure où la typographie du département de Leningrad des éditions scolaires (Učpedgiz) ne possédait pas de caractère correspondant aux phonèmes /ӑ/, //, /ў/. Les sons vocaliques précédés de yod <а>, <ӑ>, <о>, <ө>, <>, <у>, <ў> étaient représentés par les voyelles я, е, ё, ю.

8La lettre в représentait aussi bien un son bilabial que la labiodentale <v>. La lettre х également renvoyait à quatre sons, notamment <х> et <¢>.

Аа

Өө

Уу

Вв

х

voyelle brève (ou relâchée) <ӑ>

voyelle brève <>

voyelle longue <ў>

consonne labiodentale <в>

consonne <х>

Нн

Тт

Ее

Ёё

Ёё

consonne <н>, l’apex de la langue touchant les alvéoles

consonne <т>, l’apex de la langue touchant les alvéoles

voyelle <э> après consonnes

voyelle <ө> après consonnes coronales <нь>, <ть>

voyelle <ө> après consonne médiopalatale <й>

consonne <н> du russe, l’apex touchant les dents

consonne <т> du russe, l’apex touchant les dents

voyelle <э> après consonne médiopalatale <й>

voyelle <> après consonnes palatales <нь>, <ть>

voyelle <> après consonne médiopalatale <й>

Юю

Юю

Ии

Яя

Яя

voyelle <у> après consonne médiopalatale <й>

aussi <ў> après consonne médiopalatale <й>

<и> après consonnes sauf prépalatales <н>, <т>, après lesquelles on notait ы

voyelle <а>

<ӑ> après consonne médiopalatale <й>

voyelle <у> après consonnes médiopalatales <нь>, <ть>

<ў> après consonne médiopalatale <й>

<и> après toutes consonnes dans les mots empruntés au russe

voyelle <а> après consonnes médiopalatales <нь>, <ть>

voyelle <ӑ> après consonnes médiopalatales <нь>, <ть>

9Comme nous le voyons dans ce tableau, les graphèmes а, ө, и renvoient chacun à deux sons. C’est le cas également du е. Quant aux lettres ё, ю, я, on les trouve dans quatre valeurs différentes.

10Aujourd’hui, la notation cyrillique des sons du dialecte de Surgut du khanty a quelque peu changé. D’après la théorie de Márta Csepregi (que je partage), les graphèmes devraient être :

  • les graphèmes proprement khantys : Аа Ӑӑ Äӓ Вв Ее Ёё Ии Йй Әә Кк Ққ Лл Ӆӆ Мм Нн Ңң Оо Өө Ӧӧ Пп Рр Сс Тт Ҳҳ Уу Ўў Ӱӱ Цц Чч Ҷҷ Шш Щщ Ъъ Ыы Ьь Ээ Юю Яя (38 paires de signes) ;

  • les lettres : Бб Гг Дд Жж Зз Фф Хх Цц empruntées au russe (8 paires de signes).

Correspondances actuelles entre les sons et les lettres

11Le phonème /а/ correspond à un son long ou tendu, il s’écrit а en début de mot, ainsi qu’à l’intérieur ou à la fin du mot après toutes consonnes, sauf les consonnes palatalisées médiopalatales <нь>, <ть>, <ӆь>. Dans ce cas, il s’écrira я.

Exemples : нянь « pain », тяс « montre », ӆяӆь « guerre ».

12La lettre я correspond au phonème <а> en début et fin de mot et après le phonème <й>.

Exemples : яңк « broche », ясәң « récit », ястәта « vers le renne ».

13Le phonème <ӑ> est un son court, qui s’écrit ӑ au début, à l’intérieur et à la fin du mot, après le phonème <й> et les consonnes médiopalatales, palatalisées.

Exemples : ӑвәӆ « traîneau », йӑвән « rivière », ньӑста « glisser », кӧтам « ma main », киӆа « lève-toi ! ».

14Le phonème <и> est un son long qui s’écrit и, il est situé à l’avant, à l’intérieur et à la fin du mot et s’associe avec toutes les consonnes : il figure après les labiales <м>, <п>, <в>, les prépalatales <т>, <ш>, <с>, <л>, <ӆ>, <н>, <р>, les médiopalatales <й>, <ҷ>, <ӆь>, <нь>, <нь>, <ть>, les postlinguales <к>, <қ>, <ң>, <ҳ>.

Exemples : иңәл « ébréchure », ими « femme », мис « traîneau de charge », кирип « bateau », соҳит « le long de », қури « cuve », йимәӆта « se couvrir le visage ».

15La notation du phonème <и> répond à certaines règles orthographiques avec les consonnes prépalatales <л>, <ӆ>, <н>, <т>, et médiopalatales <ӆь>, нь>, <ть>. Le problème est que le phonème <и> diffère du phonème russe <и> : en prononçant le son khanty correspondant, la partie centrale de la langue remonte davantage vers le palais que dans la prononciation du son russe <и>. C’est pourquoi dans la graphie du khanty, la signification de la lettre и diffère de celle de l’équivalent russe. D’après les principes orthographiques de N.I. Tereškin, la lettre и dans le khanty de Surgut peut figurer après les consonnes médiopalatales palatalisées <нь>, <ть>, alors qu’après les prépalatales dures <н>, <т> il est prévu d’utiliser, au lieu du и, la lettre ы, ce choix se justifiant par le petit nombre de mots dans lesquels cette combinaison figure.

Exemples : тиминт « tel, telle », нир « prix ».

16Mais il faut écrire non pas т<и>н, mais тын « prix, valeur », non pas н<и>пек mais ныпек « papier », non pas н<и>н mais нын « vous deux ».

17Il y a d’autres combinaisons de phonèmes compliquées à écrire, comme celle de <ӆь> et de <и>.

Exemples : ӆь<и>ӆьтьәҳтәта « réciter une incantation, dire une prière » ; ӆь<и>кәм, ӆь<и>кән, ӆь<и>к « j’ai tiré, tu as tiré, il a tiré » (au fusil).

18Ma pratique d’enseignement me montre que les élèves assimilent facilement la combinaison <ӆ> et <и> :

Exemples : ӆирәҳ « ouvert », Ӆимәң « Ljamin », ӆис « nœud », лин « eux deux », пӓӆи « île surélevée dans un marais ».

19La situation est bien meilleure avec la combinaison du phonème prélingual dur <л> et du son <и>, dans la mesure où le dialecte de Surgut ne connaît pas de paire mouillée pour le phonème <л>.

Exemples : липәк « renard arctique », лиңкәм « j’ai couvert », пыли « pelle », лимас « nénuphar ».

20Le phonème <ы>, une voyelle longue, est noté en toutes positions par la lettre ы. Il peut figurer au début et à l’intérieur d’un mot.

Exemples : ырап « méchant », ытәң « fort », ымӆа (pour les boissons), мыҷ « faute, accusation », қытьтя « rester », қырәҳ « sac », тьыңқитәта « taquiner, vexer », ӆьыньте « enfonce », пыҳәр, ҷымәӆ « peu ».

21Ce qui s’écrit ы en fin de mot, après les phonèmes <н> et <т>, se prononce <и>.

Exemples : қот<и> – қоты « depuis la maison », рыт<и> – рыты « de la barque », пын<и> – пыны « depuis la verrue », т<и>н<и> – тыны « de la valeur ».

22Le phonème <э> est une voyelle longue ; en début de mot ainsi qu’après les consonnes prépalatales <н>, <т>, <с>, <л>, <ӆ> il est marqué par э.

Exemples : эвәт « mont sacré », нэ « femme », тэми « ceci », Нэлиңки « Nelinki » (nom de femme), тэрәмня « village », нэви « blanc », сэл « poisson séché », лэк « route », ӆэв « tourbillon ».

23Après les consonnes labiales <п>, <м>, <в>, la bilabiale <р> et les dorsales et postdorsales <к>, <қ>, <ҳ>, <ң>, ce même phonème n’est pas noté э mais е.

Exemples : пев « bosse », мевныта « bâiller », веӆи « renne », рев « cendre », кер « poêle », пӑқем « ma poupée », сҳе « ton vêtement », сңе « ton coin ».

24Après les consonnes médiopalatales <нь>, <ть>, <ӆь>, <ҷ>, le phonème э est noté par la lettre е.

Exemples : ңеврем « enfant », невәр « écume », Немақө « Nemako » (nom d’homme), тенә « ainsi », ӆек « fourré près d’une rivière », ҷек « malheur ».

25En combinaison avec le son médiopalatal <й>, le phonème <э> se note е.

Exemples : eк « danse », ең « dix », енәк « banlieue », вуем « j’ai vu » (conjugaison non objective), вәем « j’ai pris » (conjugaison non objective), сӱем « mon bruit ».

26Le phonème <у> est une voyelle longue ; en début de mot et après les consonnes prépalatales dures <н>, <т>, <с>, <л>, <ӆ>, <ҷ>, ainsi qu’après les labiales <п>, <м>, <в>, la prélinguale <р> et les (post)dorsales <қ>, <ҳ>, <ң>, il est noté par у.

Exemples : yӆңәӆ « son début », ур « possibilité », нур « responsabilité », тур « gorge », сурты « animal âgé de deux ans », лумп « ski de chasseur », ӆуп « rame », пун « pelage », мунт « récemment », вутә « en haut », рупшәң « ébouriffé », қуйқө « homme », мәҳув « notre terre », пиңув « notre doigt », ҷуҳтәм « ma chute de neige ».

27Après les consonnes médiopalatales <нь>, <ть>, <ӆь>, le phonème у est noté ю.

Exemples : нюр « peau », тюрсэм « intérêt », ӆюӆьәм « je me suis levé », тюмәм « ma possibilité », тюнь « chance abondante », тюти « sein pendant l’allaitement ».

28Le phonème <у> combiné avec la médiopalatale <й> s’écrit aussi ю.

Exemples : юмпәң « aérien », юпӆипта « faire preuve de mauvais goût », вәйҳиюв « nous avons essayé de prendre », мәнҳиюв « nous avons essayé de partir », юңқрәм « j’ai rongé ».

29Le phonème <о> est une voyelle longue, notée о en début de mot et après toutes les consonnes.

Exemples : oӆәң « début », омәста « être (assis) », ноҳәр « pigne de cèdre », сос « hermine », мой « demande en mariage », қор « taureau », поңқ « amanite tue-mouches », торәҳ « cigogne », лот « endroit », ӆор « lac », йоҳ « gens », тьом « possibilité », ньоҳәӆ « bas », ҷопәңқа « vérité », ӆьоньть « neige ».

30Pour les mots empruntés au russe, N.I. Tereškin, dans les manuels du dialecte de Surgut du khanty, utilise la lettre о, bien que le son ainsi désigné présente des caractéristiques différentes. Rappelons que le phonème <о> du dialecte de Surgut se prononce à la racine de la langue, et occupe une position intermédiaire entre <а> et <ө> sans que les lèvres s’arrondissent, alors qu’en russe elles s’arrondissent.

31Le mot « kolkhoze » est prononcé : кӑлкөс par les Khantys de Surgut. Mais dans les manuels il s’écrit колхоз.

32Le phonème <ө> est une voyelle longue et figure en début de mot et après toutes les consonnes à l’exception des consonnes médiopalatales <й>, <нь>, <ть> ; il est noté par ө. Il se prononce <ө>, les lèvres sont arrondies.

Exemples : өң « embouchure », өңқ « résine », қөр « trouée (corridor) », нөмән « en haut », мөқ « petit », ӆөтта « acheter », төппә « seulement », Төли « Teli » (nom d’homme), ӆөнт « oie ».

33Après les consonnes médiopalatales <нь>, <ть>, <й> le son <ө> est noté par la lettre ё.

Exemples : й<ө>м – ём « merisier », нь<ө>рәм – нёрәм « toundra boisée », ть<ө>ри – тёри « seau ».

34Le phonème <> est une consonne brève, qui en début de mot et après toutes les consonnes est notée par la lettre .

Exemples : вәр « haut », рақ « vantard », пр « forêt », внт « taïga », қн « ventre », ӆв « os », ӆьвитәта « se débarbouiller », тьрасқө « marchand », ньӆ « nez », ӆң « été », пньть « bandeau ».

35Les phonèmes <ӓ> et <ӱ> sont des voyelles ultrabrèves, qui sont notées respectivement ӓ, ӱ en début de mot et après toutes les consonnes.

Exemples : äпәӆ « odeur », ӓви « petite fille », ӱӆта « chauffer (le poêle), ӱлак « bretelle », тӓвӆәксәта « se promener dans le noir », пӓңк « dent », тӱӆәҳ « hiver », пӱки « confident », ӆӱй « pus », рӱт « fils qui tombent quand on coupe un tissu », ӆьӓв « neveu », тьӱкнәң « courbe », йӓв « perche (poisson) », йӱта « arriver (à pied) ».

36Le phonème <ӧ> est une voyelle ultrabrève qui ne se rencontre qu’à l’intérieur d’un mot et qui est notée par la lettre ӧ.

Exemples : кӧт « main », вӧң « gendre », вӧв « force », ҷӓңкәӆта « devenir adulte », кӧпәӆ « revêche ».

37Les phonèmes extra-courts prélinguaux <ӓ>, <ӧ>, <ӱ> ne peuvent, en raison de la spécificité de leur prononciation, figurer après les consonnes (post)dorsales <қ>, <ң>, <ҳ>.

38Les descendants des Khantys du Kazym qui se sont installés définitivement dans le bassin du Tromjogan et qui se considèrent comme appartenant au groupe de cette rivière ne prononcent pas le son <ӱ> et le remplacent par <ә>.

39Au lieu de тӱӆәҳ ils prononcent тәӆәҳ, au lieu de йӱва – йәва, au lieu de кӱрәк – кәрәк.

40Le phonème <ә> est une voyelle ultrabrève qui peut figurer en début, à l’intérieur et en fin de mot, et peut s’associer avec n’importe quelle consonne. Il est noté par la lettre ә. Dans le dialecte de Surgut, c’est le son le plus fréquent.

Exemples : әнтәп « ceinture, taille », ньәӆә « quatre », тьәри « nœud », пәтә « fond », ӆьәки « état d’esprit malveillant», пәҳтә « noir », рәкәнта « s’envoler », сәй « langue de sable », ӆәҳ « queue ».

41Les phonèmes <в>, <м>, <п> sont des consonnes labiales auxquelles correspondent les lettres в, м, п. Dans le dialecte de Surgut, la lettre в correspond à deux sons différents : в – bilabial et в – labiodental.

Exemples : вңқ « terrier », вопита « suivre (une trace de bête », мӱвәӆи « que », пувӆәм « joue », пӑвӆәмта « se bousculer ».

42Mais dans les mots d’emprunt, elle correspond au son <в> labiodental.

Exemples : ванна « bain », революция « révolution », варнак « prisonnier », звонитӆәта « résonner ».

43Les phonèmes <л>, <ӆ>, <н>, <р>, <с>, <т>, <ш> sont des consonnes prépalatales et sont respectivement notés par les lettres л, ӆ, н, р, с, т, ш.

44Le phonème <н> diffère du son russe н. Si, en russe, ce son est prononcé de telle sorte que le bout de la langue touche les dents, dans le dialecte khanty de Surgut, il touche les alvéoles.

45Les phonèmes <л>, <с>, <ш> ne connaissent pas de paire mouillée aux phonèmes <ӆ>, <н>, <т>. Les phonèmes <ӆь>, <нь>, <ть>, <й>, <ҷ> sont des consonnes médio-linguales respectivement notées par ӆь, нь, ть, й, ҷ.

46Le phonème <ть> est utilisé dans les parlers du Jugan, du Pim et de l’Agan. Dans le parler du Tromjogan ce phonème se transforme en un son mouillé <ч>.

Exemples : пәтя – пәча « bonjour », тенә – ченә « ainsi », тьыңқитәта – чиңқитәта « taquiner », тьорәс – чорәс « mer », тьрас – чрас « mille ».

47Dans le parler de l’Agan, dans les clans Ajpin et Sardakov, le phonème <ть> devient ц. Les membres des autres clans (Tyrlyn, Sopočin, Pokačev, Tylčyn) prononcent ce son <ть>.

48Le son russe <ц> est dur, alors que le <ц> des Ajpins est mouillé et, de même que <ть>, il est soumis aux règles d’association avec les autres sons.

49Les phonèmes consonantiques antérieurs (prélinguaux) et médiolinguaux (palataux) peuvent figurer en début, à l’intérieur et en fin de mot. Il en va autrement pour les phonèmes consonantiques d’articulation dorsale et postdorsale (postlinguaux).

50C’est ainsi que les phonèmes <к>, <қ>, <ң>, <ҳ> sont des consonnes postlinguales, notées respectivement par к, қ, ң, ҳ. De par les caractéristiques de leur prononciation, ce sont soit des consonnes superficielles <к>, <ң> soit des consonnes profondes <қ>, <ҳ>. Si les sons <к> et <қ> peuvent figurer en début, à l’intérieur et à la fin d’un mot, les phonèmes <ң> et <ҳ> ne peuvent pas figurer en début de mot.

Exemples : поңқ « amanite tue-mouches », паң « doigt », қӑйәм « pâturage », кӓккәң « avec des pierres », қӑҳӆи « généreux », қққә « loin », ньӑққәң « amusant ».

51Les consonnes postlinguales superficielles et profondes se comportent différemment quand elles sont associées à des voyelles extra-brèves. Les voyelles ultrabrèves ne se rencontrent ni avant ni après les consonnes postlinguales profondes <қ> et <ҳ>, à l’exception de <ә>.

Exemples : кәҳән « bouton », пӑққән « deux garçons » мальчики, сӑқәт « fourrures », сиҳәт « golfe », пӑңқәт « mailles de filet ».

52Avant la consonne postlinguale superficielle <ӊ> on peut trouver les voyelles ultrabrèves <ӓ>, <ә>, <ӧ>.

Exemples : пӓңкләк « colonne vertébrale », сәӊке « bats ! », вӧӊән « ton gendre ».

53Après la consonne postlinguale superficielle <к> on peut aussi trouver les voyelles ultrabrèves <ӓ>, <ә>, <ӧ>.

Exemples : кӓви « coucou », кӧт « main », кӧӆ « mot », кӓккәӊ « pierreux ».

54Le phonème <ӑ> est un son court, qui s’écrit ӑ au début, à l’intérieur et à la fin du mot, après le phonème <й> et les consonnes médiopalatales, palatalisées.

Exemples : ӑвәӆ « traîneau », йӑвән « rivière », ньӑста « glisser ».

Conclusion

55J’ai fondé mes travaux concernant la phonétique et la graphie du dialecte de Surgut du khanty sur les œuvres de N.I. Tereškin. Tout au long des années, j’ai moi-même identifié quelques sons prononcés par mes conationaux. Dans les années 1990, j’ai donné des cours aux enseignants de khanty et je suis intervenue également sur ces questions devant des étudiants hongrois. Mais des atermoiements bureaucratiques ne me permettent pas de publier mes recherches dans le domaine de la phonétique et de la morphologie du dialecte de Surgut de la langue khantye. Jusqu’ici, ces travaux sont à l’état de manuscrits.

Tableau de la graphie contemporaine du dialecte de Surgut du khanty

Аа

Ӑӑ

Ӓӓ

Вв

Ее

Voyelle longue <а>

Voyelle brève <ӑ>

Voyelle ultrabrève <ӓ>

Son bilabial

<в>

<э> après consonnes

Son labiodental

<в>

<йэ>

Ёё

Ии

Йй

Әә

Кк

Son <ө> après médio-linguale <й>

Voyelle longue <и> après toutes consonnes sauf les prépalatales <н>, <т>, après lesquelles on écrit ы

Voyelle <й>, avant <ӑ>, <ӓ>, <ә>, <о>, <>, <ў>, <ӱ>,

Voyelle ultrabrève <ә>, avant et après toute consonne

Consonne dorsale superficielle <к>

voyelle <ө> après médio-linguales <нь>, <ть>

Marque la voyelle <и> du russe, le bout de la langue touchant les dents

Ққ

Лл

Ӆл

Мм

Нн

consonne uvulaire <қ>

consonne <л>

consonne latérale sourde <ӆ>

consonne <м>

Consonne <н>

Consonne <л> dans les emprunts au russe

consonne <н> dans les emprunts au russe

Ӊӊ

Оо

Өө



Ӧӧ

sonante dorsale <ӊ>

voyelle longue <о>

voyelle longue <ө>

voyelle brève <>

voyelle ultrabrève <ӧ>

Пп

Рр

Сс

Тт

Уу

consonne <п>

consonne <р>

consonne <с>

consonne <т>

voyelle longue <у>

consonne <т> dans les emprunts au russe

Ўў

Ӱӱ

Ҳх

Чч

Ҷҷ

Voyelle brève <ў>

Voyelle ultrabrève <ӱ>

Consonne postlinguale profonde <ҳ>

Consonne mouillée <ч>

Consonne dure<ҷ>

Шш

ъ

Ыы

ь

Ээ

Consonne chuintante <ш>

Signe dur séparateur

Voyelle longue <ы>

Signe mou séparateur

Consonne longue <э>

Voyelle <и> après consonnes prépalatales <н>, <т>

Mouillure des médio-linguales <нь>, <ть>

Юю

Яя

Бб

Гг

Дд

Association de <йу>

Association de <йа>

Consonne sonore <б>

Consonne sonore <г>

Consonne sonore <д>

<у> après consonnes médiopalatales <нь>, <ть>

<а> après consonnes médiopalatales <нь>, <ть>

Жж

Зз

Фф

Хх

Цц

Consonne sonore <ж>

Consonne sonore <з>

consonne <ф>

consonne <х>

consonne <ц>

Щщ

consonne <щ>

56On voit dans ce tableau que les lettres в, л, н, т ont deux valeurs : en tant que sons à proprement parler khantys et en tant que sons du russe dans les mots d’emprunt.

57Toutes les voyelles palatales е, ё, ю, я jouent un double rôle : d’une part elles marquent la mouillure de la consonne, d’autre part elles marquent l’association de la consonne médio-linguale й avec les voyelles а, э, ө, у.

Par exemple : on prononce пев, et non пэв « pomme de pin » ;
веӆи, et non вэӆи « renne » ;
кеняр,et non кэняр « pauvre » ;
меми, et non мэми « ours » ;
рев, et non рэв, « cendre » ;
кер, et non кэр « poêle, four ».
Пәтяр « sorbier », тёӊқәӆтәта « goûter », неврем « enfant », нюки « emplacement d’une tente », моньтят « avec un conte », тюты « et ainsi ».

58Ainsi, nous aboutissons à cet alphabet à proprement parler khanty de Surgut :

Аа Ӑӑ Äӓ Вв Ее Ёё Ии Йй Әә Кк Ққ Лл Ӆӆ Мм Нн Ңң Оо Өө  Ӧӧ Пп Рр Сс Тт Уу Ўў Ӱӱ Ҳҳ Чч Ҷҷ Шш Ъъ Ыы Ьь Ээ Юю Яя

59Lettres empruntées au russe :

Бб Гг Дд Жж Зз Фф Хх Цц Щщ.

60Ainsi, 37 paires de signes représentent les sons originels du dialecte de Surgut, alors que 9 paires de signes représentent les lettres empruntées au russe, ce qui fait en tout 46 paires de signes.

61Tous les manuels de l’époque soviétique sont écrits dans la graphie proposée en son temps par N.I. Tereškin.

Problèmes de la diffusion du dialecte de Surgut dans les établissements d’enseignement des « raïon » de Surgut, Nižnevartovsk et Neftejugansk

  • 1  En khanty : Хӑнты ясӑӊ.

62Depuis 1996, tous les matériaux d’enseignement, la littérature, les pages spéciales du journal Hanty jasan1 sont écrits dans la langue des Khantys de Surgut avec les lettres proposées par N.I. Tereškin et l’ajout de Ӑӑ, , Ўў, Ққ, Ӆӆ, Ҳҳ, Ҷҷ.

63C’est en 2001 seulement qu’avec l’aide de l’informaticien de « Barsova gora » (Surgut, directeur N.V. Šatunov) Maksim Popadkin, a été installé un programme de polices pour le dialecte de Surgut du khanty dans l’ordinateur de la filiale de Surgut de l’Institut ob‑ougrien de recherches appliquées, puis dans l’ordinateur de « Hanty jasan ».

64Depuis 2010, la police PT Serif figure parmi les polices informatiques. Elle a facilité considérablement la transcription des textes de tradition orale, et a permis de composer des manuels et des œuvres littéraires dans la langue des Khantys de Surgut.

65Mais elle n’a pas permis de résoudre les sempiternels problèmes que pose la diffusion du dialecte de Surgut dans les établissements des raïon de Surgut, Nižnevartovsk et Neftejugansk, où habitent traditionnellement les Khantys de Surgut. Ceux-ci utilisent leur langue maternelle non seulement dans la vie de tous les jours, mais dans les institutions officielles, telles que les administrations des raïon et des zones rurales, les tribunaux, les organes de la justice, de la culture (musées, bibliothèques, centres de loisirs, centres artistiques), les écoles-internats. Sur la base d’une enquête menée par l’Institut ob‑ougrien auprès des autochtones sur la connaissance de leur langue maternelle, plus de 90 % des Khantys de Surgut déclarent parler leur dialecte. Nous mentionnerons ici quelques-uns des problèmes rencontrés :

  1. L’absence de nouveaux manuels et dictionnaires dans le dialecte de Surgut du khanty. Il existe bien des ouvrages vieillis sur cette langue (jusqu’à la cinquième classe), des éditions des années 1980‑1990. Dans la première décennie du xxie siècle, à l’initiative du Département d’éducation et de politique de jeunesse du gouvernement de HMAO‑Jugra, ont été encore publiés des manuels standard (pour les classes 1‑4) dans la langue des Khantys de Surgut analogues à ceux publiés dans le dialecte de Kazym pour les enfants ne maîtrisant pas leur langue maternelle. Dans une situation où 90 % de la population utilise quotidiennement la langue maternelle, je considère que la publication de ces manuels pour débutants n’était pas pertinente.
    Il est scientifiquement prouvé de nos jours que chaque groupe de dialectes du khanty est une langue à part, avec sa composition phonétique particulière, ses formes grammaticales, sa sémantique propre. Il est pratiquement impossible de parvenir à une unification. Les manuels disponibles dans les différents dialectes illustrent bien cette absence de correspondances. Les dialectes de l’Est sortent des limites du système des dialectes du Nord. Par exemple, les abécédaires des dialectes de Surgut et du Vah ne peuvent guère être construits sur le modèle des manuels pour le dialecte de Šuryškar. La grammaire de la langue des Khantys de l’Est ne peut être formatée dans le système de la langue des Khantys du Nord. C’est pourquoi les auteurs des manuels standard ne sont pas satisfaits de cet ensemble d’ouvrages pour les quatre premières classes en dialecte de Surgut, construits sur le modèle des manuels de V. N. Solovar en khanty de Kazym. Nous considérons que les manuels de Valentina Nikolaevna sont excellents pour la langue concernée, mais que son modèle ne convient pas au dialecte de Surgut.

  2. L’Institut ob‑ougrien de recherches appliquées travaille sous l’égide du Département d’éducation et de politique de la jeunesse et, qu’il le veuille ou non, joue le rôle d’un institut de développement de l’éducation à part entière. Cette situation a des aspects à la fois positifs et négatifs.

    1. Elle est positive, dans la mesure où les personnes qui maîtrisent la linguistique khantye et les auteurs des manuels et des dictionnaires en khanty travaillent pour l’essentiel dans l’institut susnommé et non pas dans l’Institut pour le développement de l’éducation.

    2. Elle est négative, dans la mesure où l’Institut ob‑ougrien a ses objectifs et ses missions : étudier la langue, l’économie, la culture, l’ethnographie des peuples autochtones, alors que l’Institut pour le développement de l’éducation a d’autres objectifs, qui sont de résoudre les problèmes qui se posent dans l’éducation et dans les établissements d’éducation. De plus, ce dernier institut ne dispose pas suffisamment de cadres qualifiés, capables d’éditer des manuels et des dictionnaires dans les dialectes khantys orientaux ; il ne dispose pas non plus de résultats relatifs aux études sur les dialectes du Vah et de Surgut.

    3. Par ailleurs, un autre facteur a des effets négatifs sur la diffusion des dialectes de l’Est dans la pratique : dans son activité, le Département de l’éducation et de la politique de jeunesse préfère miser sur les dialectes du Nord du khanty, négligeant les dialectes de l’Est dans les écoles et les établissements d’enseignement supérieur.

  3. L’absence de cadres compétents concernant les dialectes orientaux. Sur la base des cours de phonétique et de morphologie du dialecte de Surgut que j’ai donnés à Budapest au début des années 1990, Márta Csepregi, docteur en linguistique, a édité en hongrois toute une série de travaux sur le dialecte de Surgut, et a formé 14 spécialistes qui, non seulement connaissent ce dialecte en théorie, mais qui, en outre, parlent fort bien cette langue. Si le Département, l’université d’Iougrie et l’Institut de développement de l’éducation ne parviennent pas à faire face à leur mission, je propose de travailler avec les Hongrois spécialistes de la langue des Khantys orientaux. Ces trois établissements n’ont pas pour mission (nous le savons) de former des cadres compétents sur ces dialectes. De plus, l’université de Iougrie a réduit de manière générale ses travaux sur les langues ougriennes de l’Ob’.

  4. L’Institut ob‑ougrien n’est pas en mesure de travailler à implanter les dialectes orientaux dans la pratique des autochtones pour toute une série de raisons :

    1. La première est la spécialisation étroite non seulement de chaque section de l’institut, mais également des personnes qui y travaillent. Par exemple, un spécialiste en langue n’a pas le droit de collecter des matériaux ethnographiques ; une personne qui maîtrise bien l’écrit dans son dialecte mais qui n’est officiellement diplômée que de l’enseignement secondaire n’est pas autorisée à transcrire les textes de tradition orale de ses proches.

    2. L’absence de moyens techniques modernes. Si tant est qu’il y en ait dans les filiales de l’Institut ob‑ougrien, ce sont des anciens modèles, incapables de faire face aux tâches que s’est fixées l’institut, par exemple, la numérisation des enregistrements audio et vidéo ou le transfert de matériaux d’un informateur à un autre. À la filiale de Surgut, il n’existe qu’un seul ordinateur, un modèle de 1998. Il va de soi que cet équipement ne permet pas de composer un manuel de qualité pour le dialecte de Surgut.

  5. L’absence de budget pour former des cadres spécialistes des dialectes orientaux du khanty. Sans la participation des institutions de l’État, il n’est guère possible de diffuser les dialectes orientaux dans les établissements d’enseignements des raïon de Surgut, Nižnevartovsk et Neftejugansk. Nous avons besoin d’un plan national sur la recherche et l’élaboration de manuels, de livres de lecture, de dictionnaires et d’ouvrages didactiques.

  6. Faute de moyens budgétaires, il est pratiquement impossible d’élaborer et d’éditer de nouveaux ouvrages qui n’ont pas vieilli du point de vue des valeurs véhiculées.

Haut de page

Bibliographie

Pesikova, 1999 = Песикова Аграфёна Семёновна, «История создания шрифта для сургутского диалекта хантыйского языка», Ханты ясанг, http://www.khanty‑yasang.ru/article/65 (consulté le 2 février 2017).

Tereškin, 1958 = Терёшкин Николай Иванович, О некоторых особенностях ваховского, сургутского и казымского диалектов хантыйского языка, Ленинград.

Tereškin, 1959 = Терёшкин Николай Иванович, Букварь для подготовительного класса хантыйской начальной школы (на языке сургутских ханты), Ленинград.

Tereškin, 1959 = Терёшкин Николай Иванович, Перевод букваря на языке сургутских ханты для подготовительного класса хантыйской (сургутской) начальной школы, Ленинград.

Tereškin, 1966 = Терёшкин Николай Иванович, Хантыйский язык, Москва.

Tereškin, 1975 = Терёшкин Николай Иванович, Учебник для подготовительного класса (на языке сургутских ханты), Ленинград.

Tereškin, 1975 = Терёшкин Николай Иванович, Букварь для подготовительного класса (на языке сургутских ханты), Издание 2‑е, исправленное и дополненное, Ленинград.

Tereškin, 1981 = Терёшкин Николай Иванович, Словарь восточнохантыйских диалектов, Ленинград.

Haut de page

Notes

1  En khanty : Хӑнты ясӑӊ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agrafena Pesikova, « La graphie du dialecte de Surgut du khanty hier et aujourd’hui  », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 20 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://efo.revues.org/7111 ; DOI : 10.4000/efo.7111

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org