Navigation – Plan du site
Articles

Note sur l’article d’Agrafena Pesikova, « La graphie du dialecte de Surgut du khanty hier et aujourd’hui »

Jean‑Léo Léonard

Texte intégral

1L’article d’Agrafena Pesikova est intéressant à plus d’un titre : sur le plan de la description phonologique, c’est une excellente contribution à la description d’une langue ob‑ougrienne du continuum dialectal khanty (ou hanty) ; sur le plan sociolinguistique, l’introduction et la conclusion nous donnent des informations précieuses et très sincères sur les problèmes rencontrés aujourd’hui dans la praxis de l’aménagement de la langue, notamment dans le domaine éducatif.

2Cependant, l’édition de ce texte a posé quelques problèmes de forme : le modèle descriptif utilisé par l’auteure utilise une terminologie qui n’est plus guère en vigueur chez les spécialistes francophones en phonologie (prélingual, médiolingual et postlingual). Sans totalement oblitérer ce choix, nous avons opté pour donner des équivalents mieux connus aujourd’hui : prélingual s’applique aussi bien à des articulations périphériques de type labial qu’à des articulations coronales (couronne alvéolaire) antérieures, donc prépalatales, tandis que médiolingual correspond à (médio)palatal, et postlingual, dans la terminologie utilisée par l’auteure, couvre la zone articulatoire vélaire (donc dorsale : dos de la langue) mais aussi uvulaire (appelée, en géométrie des traits, notamment, « gutturales »), mais que nous choisissons ici d’appeler postdorsales afin d’éviter des malentendus possibles, pour les lecteurs qui ne connaîtraient pas les débats contemporains sur les systèmes de traits.

3Le cadre général du consonantisme donné par János Gyula (1966) pour le dialecte oriental est le suivant :

Tableau 1 : Vocalisme du khanty Vakh (dialecte oriental), d’après Gyula, 1966, p. 23.

Prélinguales

Médiolinguales

Postlinguales

Labiales

Coronales

Palatales

Dorsales

Alvéo-dentales

Dorsales

Cacuminales

Vibrantes

Explosives

p

t

tj

k

Fricatives

w

j

X

Sifflantes

s [S]

Affriquées

Liquides

lj

z

r

Nasales

m

n

nj

n5

ŋ

4Mais, à en juger par l’article d’Agrafena Pesikova, le dialecte de Surgut semble enrichir cet inventaire, notamment par des segments postdorsaux (uvulaires).

5Le dialecte de Surgut étant un dialecte oriental, son vocalisme rappelle en partie celui du dialecte Vakh, décrit par János Gyula dans sa Chrestomathie (Gyula, 1966, p. 23) :

Tableau 2 : Vocalisme du khanty Vakh (dialecte oriental), d’après Gyula, 1966, p. 23.

Palatales

Vélaires

Étirées

Labiales

Étirées

Tendues

Hautes

i

y

ì

u

Moyennes

e

ë

o

Basses

æ

a

Relâchées

ə

ê

Ç /U/

ɤ

6En général, les dialectes khantys opposent des voyelles tendues (réalisées longues au Nord) à des voyelles relâchées, ou brèves, mais certains dialectes peuvent opposer trois classes de voyelles : longues, tendues et relâchées, notamment en fonction de la place dans le mot et en relation à l’accent.

7Le dialecte oriental est réputé pour avoir maintenu les voyelles labiopalatales (y, ë), et Björn Collinder signale pour les dialectes extrême-orientaux dans la série des voyelles moyennes mi-fermées (ou mi‑hautes), outre o et ë, une voyelle postérieure moyenne mi‑ouverte (ou mi-basse) ainsi qu’une voyelle antérieure moyenne mi‑ouverte (ê), qui doivent être considérées comme des phonèmes à part entière, et pas seulement comme des allophones (Collinder, 1957, p. 347). Selon lui, les voyelles longues étymologiques sont réalisées comme des longues dans les syllabes ouvertes (non entravées) en syllabe initiale de mots polysyllabiques, et sont ailleurs réalisées soit comme des mi‑longues, soit comme des brèves. La voyelle centrale moyenne de type schwa (ə) ressortit à une brève étymologique (Collinder, 1957, p. 347). En outre, le même auteur signale que les voyelles étymologiquement longues a, o, u tendent à être réalisées comme plus ouvertes, et donc davantage abaissées, du point de vue du timbre, que leurs équivalents étymologiques brefs. L’harmonie vocalique est bien préservée dans la partie orientale du domaine, mais a également été maintenue dans une large mesure au Sud et dans les variétés septentrionales les plus périphériques (Obdorsk).

8Nous avons donné ailleurs un échantillon de changements phonétiques de type « chaînes de propulsion et de traction » dans Jean‑Léo Léonard (2011), à partir de l’intéressante recherche exploratoire réalisée en 2007 par Jaakko Häkkinen. Dans une telle modélisation, les voyelles considérées comme « relâchées » par les auteurs « classiques » (Steinitz, Collinder) sont réinterprétées comme pharyngalisées. La figure 1 donne une idée des changements survenus dans le diasystème khanty depuis le proto‑ouralien, et contribue à illustrer la complexité des phénomènes.

Figure 1

Figure 1

De l’ouralien oriental au protomansi

(D’après les données de Jaakko Häkkinen 2007, p. 85‑86)

9Outre les travaux incontournables de Wolfgang Steinitz (1980, p. 151‑157, 273‑280), on se référera à János Gulya (1984) pour le khanty septentrional, Gert Sauer (1984) et Edith Vértes (1984) pour le khanty méridional. Il est impossible d’entrer davantage dans les discussions relatives aux propriétés structurales des dialectes (ou langues) khantys, étant donné la complexité des faits et la richesse des débats.

10Dans sa version initiale, l’article d’Agrafena Pesikova indiquait indistinctement les phonèmes, les allophones et les graphèmes entre crochets. Nous avons préféré unifier en utilisant des crochets pointus, qui ont ici pour fonction de ne pas préjuger de la valeur du segment, qui se déduit des explications de l’auteure. Il aurait été fastidieux de translittérer les données, et nous avons donc maintenu les formes en cyrillique. Afin de clarifier certaines notations, nous avons eu recours à l’API quand cela nous a semblé nécessaire.

11Nous espérons que ces quelques lignes et orientations contribueront à rendre plus accessible la très dense contribution d’Agrafena Pesikova, fondée à la fois sur une profonde connaissance du système du dialecte khanty en question, mais aussi sur une praxis de linguistique appliquée pour cette langue qu’on peut pratiquement considérer comme une sous-famille de la branche ob‑ougrienne, par l’intensité de sa diversité interne.

Haut de page

Bibliographie

Collinder Björn, 1957, Survey of the Uralic Languages, Uppsala: Almqvist & Wiksells.

Gulya János, 1966, Eastern Ostyak Chrestomathy, The Hague/Bloomington: Mouton & Co./Indiana University.

Gulya János, 1984, „Zur Phonologie des Šuryškar‑Ostjakischen“, in Hajdú Péter & László Honti (eds.), Studien zur phonologischen Beschreibung uralischer Sprachen, Budapest: Akadémiai Kiadó, pp. 103‑110.

Häkkinen Jaakko, 2007, Kantauralin murteutuminen vokaalivastavuuksien valossa, mémoire de master, dir. Tapani Salminen, Université d’Helsinki. URL : https://www.academia.edu/3493833/Kantauralin_murteutuminen_vokaalivastaavuuksien_valossa_2007a_[consulté le 28.03.2017].

Léonard Jean‑Léo, 2011, « Chaînes de traction ouraliennes et typologie phonologique », 4e Journée d’études en linguistique finno‑ougrienne, Paris III CIEH&CIEFi, 2 avril 2010, Cahiers d’études hongroises, 2012, no 18, p. 139‑156.

Sauer Gert, 1984, „Der Vokalismus des süd ostjakischen Irtysch‑Dialekts“, in Hajdú Péter & László Honti (eds.), Studien zur phonologischen Beschreibung uralischer Sprachen, Budapest: Akadémiai Kiadó, p. 129‑150.

Steinitz Wolfgang, 1980, Ostjakologische Arbeiten, IV, Budapest: Akadémiai Kiadó.

Vértes Edith, 1984, „Vokalphoneme im Nizjam‑Ostjakischen“, in Hajdú Péter & László Honti (eds.), Studien zur phonologischen Beschreibung uralischer Sprachen, Budapest: Akadémiai Kiadó , p. 129‑150.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende De l’ouralien oriental au protomansi
Crédits (D’après les données de Jaakko Häkkinen 2007, p. 85‑86)
URL http://efo.revues.org/docannexe/image/7116/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean‑Léo Léonard, « Note sur l’article d’Agrafena Pesikova, « La graphie du dialecte de Surgut du khanty hier et aujourd’hui » », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 20 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://efo.revues.org/7116 ; DOI : 10.4000/efo.7116

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org