Navigation – Plan du site
Articles

L’adessif dans l’expression de la possession en estonien

The Adessive for Expressing Possession in Estonian
Adessiiv omamise väljendamiseks eesti keeles
Suzanne Lesage

Résumés

Après une brève définition de la notion de possession et de possesseur, cet article présente les deux constructions permettant d’exprimer la possession en estonien qui mettent en jeu un argument à l’adessif. Nous nous intéressons particulièrement à la construction exprimant la possession présupposée dans laquelle le possesseur et le possédé constituent deux syntagmes indépendants sans relation d’inclusion (contrairement à la construction concurrente où le possesseur est au génitif). Enfin nous tenterons d’expliquer les différences d’usages entre la construction dans laquelle le possesseur est au génitif et celle où il est à l’adessif. Nous portons également notre attention sur les glissements de rôles sémantiques possibles du rôle de possesseur.

Haut de page

Texte intégral

1. – Introduction

  • 1  Konkreetsed käänded in EKG I, p. 54‑60.

1Parmi les 14 cas de l’estonien, on en distingue 11 – dits « sémantiques » ou « concrets »1 – qui sont sélectionnés pour des raisons sémantiques. Les syntagmes aux cas sémantiques sont le plus souvent des compléments circonstanciels (optionnels ou sous‑catégorisés par le verbe) et on peut souvent les gloser par des groupes adpositionnels. Parmi ces 11 cas sémantiques, on compte 6 cas dits « locaux » dont l’une des fonctions principales est l’expression des relations spatiales (localisation, destination, provenance). Ces cas s’organisent en deux séries, l’une référant à des lieux ouverts (cas dits « externes »), l’autre à des lieux fermés (cas dits « internes »).

Statique

Directionnel

Séparatif

Externe

Adessif

Allatif

Ablatif

Interne

Inessif

Illatif

Élatif

2Ces cas ont d’autres emplois, comme la localisation dans le temps (adessif, inessif), la cause (élatif), la matière dans laquelle est fait un objet (élatif), la rection de certains verbes, etc. L’adessif est très certainement celui qui a le plus d’emplois non locatifs. Par ailleurs, ces emplois s’éloignent très largement de son sens locatif et il est souvent impossible d’établir un lien entre le sens locatif et ces divers emplois (comme il peut être aisé de concevoir le lien entre l’expression locative et l’expression temporelle, ou entre l’expression de la provenance et celle de la matière dont un objet est fait).

  • 2  Voir l’exemple (56)c.

3Dans cet article, nous nous intéresserons aux adessifs référant à des possesseurs. En effet, l’adessif permet d’exprimer le possesseur aussi bien dans des relations de possession assertée (où la prédication consiste à exprimer la relation de possession ou d’expérience2) :

(1)

Mu‑l

on

raamat

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

livre.NOM.SG

J’ai un livre.

4que dans les relations de possessions présupposées (où la relation de possession ne relève pas de la prédication) :

  • 3  L’ordre des mots est plutôt celui que l’on rencontre à l’oral. Dans les écrits et la langue normée (...)

(2)

Mu‑l

raamat

on

laua‑l.3

moi.ADESS.SG

livre.NOM

être.PRS.3SG

table.ADESS.SG

Mon livre est sur la table/J’ai un livre sur la table.

5Dans ces deux types de construction, le statut sémantico-syntaxique des différents éléments est problématique. Par ailleurs, la relation de possession présupposée exprimée à l’adessif est en concurrence avec une construction dans laquelle le possesseur est exprimé au génitif. Quelle est la répartition de ces deux constructions ?

6Après avoir défini la notion de possession et de possesseur, nous analyserons les deux constructions permettant d’exprimer la possession qui mettent en jeu un argument à l’adessif. Nous nous intéresserons particulièrement à la construction exprimant la possession présupposée dans laquelle le possesseur et le possédé constituent deux syntagmes indépendants sans relation d’inclusion (contrairement à la construction concurrente où le possesseur est au génitif). Enfin nous tenterons d’expliquer les différences d’usage entre la construction dans laquelle le possesseur est au génitif et celle où il est à l’adessif.

7L’étude de ces constructions nécessite que nous portions notre attention aussi bien sur la langue parlée que sur la langue écrite car certaines constructions se sont très largement généralisées à l’oral ou dans les écrits informels que l’on trouve sur Internet, tandis qu’à l’écrit leur usage reste relativement contraint. Nous avons donc procédé de manière assez différente pour le traitement de ces deux registres. Pour le traitement de l’écrit, nous nous sommes principalement appuyées sur le corpus bilingue estonien-français4 qui réunit des textes littéraires et de sciences humaines ainsi que les traductions des débats du Parlement européen et de la législation européenne. Pour les constructions plus répandues dans la langue orale et les écrits relâchés, nous avons procédé à des recherches sur le corpus de langue estonienne parlée5 et sur un moteur de recherche. La très grande majorité des occurrences provenait de forums. Le petit corpus que nous avons constitué à partir des exemples ainsi trouvés nous a permis ensuite de formuler des hypothèses que nous avons vérifiées qualitativement (entretiens individuels effectués avec une dizaine de locuteurs).

2. – « Possession au sens strict » et « possession au sens large »

8Il existe, dans les langues, différents types de relations s’apparentant à la possession (terme pris dans une acception très large) et qui ont des manifestations linguistiques communes (l’expression avec le verbe avoir en français) ou des constructions propres (comme la possibilité de gloser par posséder ou faire partie de, etc.). Nous reprendrons, pour analyser les usages possibles de l’adessif, la typologie proposée par Martin Riegel (1984), que nous compléterons en nous inspirant notamment de celle réalisée par Inga Vendelin (1999), qui procédait à une étude comparée des pronoms possessifs en français et en estonien.

9La notion de possession au sens large peut renvoyer à :

2.1. – La relation de possession ou de jouissance

10La relation de possession (qui unit un possesseur et un objet) ou de jouissance (un détenteur et l’objet dont il a la jouissance ou l’usage, le locataire d’un appartement et son appartement, par exemple) : le possesseur/détenteur ne peut alors être qu’un être animé.

(3)

Ema‑l

on

raamat.

mère‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

livre.NOM.SG

Ma mère a/possède un livre.

(4)

Mis

kell

Ann

su‑l

buss

lähe‑b=ä?

quel.NOM

heure.NOM

Ann.NOM.SG

toi‑ADESS.SG

bus.NOM.SG

aller‑PRS.3SG

À quelle heure part ton bus, Ann ?

(5)

Su‑l

kampsun

on

must.

toi‑ADESS.SG

gilet.NOM.SG

être.PRS.3SG

sale.NOM.SG

Ton gilet (celui que tu portes) est sale.

2.2. – La relation d’appartenance de la partie au tout

  • 6  Riegel distingue les deux relations ensembliste et partitive, cependant, cette distinction ne nous (...)

11Appartenance dite parfois « partitive » ou « ensembliste » qui relie un objet et l’une de ses parties6.

(6)

Se‑l

auto‑l

on

ainult

kolm

ratas‑t.

ce‑ADESS.SG

voiture‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

seulement

trois.NOM.SG

roue‑PART.SG

Cette voiture n’a que trois roues.

2.3. – La relation entre des individus animés7

  • 7  Cette catégorie n’est pas proposée par Riegel, mais il nous semble légitime de l’ajouter, car, au (...)

12Comme les relations de parenté.

(7)

Mu‑l

on

õde.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

sœur.NOM.SG

J’ai une sœur.

2.4 – La relation entre un individu et ses productions, ses activités, ses sentiments ou ses pensées

(8)

Se‑l

aasta‑l

ilmu‑s

ta‑l

esime‑ne

romaan.

ceDEM-ADESS.SG

année-ADESS.SG

paraître-PST.3SG

lui-ADESS.SG

premier-NOM.SG

roman.NOM.SG

Son premier roman est paru cette année.

2.5. – La relation entre un objet ou un être et ses caractéristiques

(9)

Ta‑l

on

hea

iseloom.

lui‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

bon.NOM.SG

caractère.NOM.SG

Il a bon caractère.

13Nous considérerons par la suite toutes les relations précédemment mentionnées comme des relations de possession au sens large. Nous ne dissocierons les différents aspects que lorsqu’ils sont traités différemment par la langue.

3. – Analyse syntaxique des constructions exprimant la possession

3.1. – Construction

  • 8  Il existe deux verbes exprimant la possession : omama, que l’on pourrait gloser par posséder, être (...)

14L’estonien ne connaît pas de verbe générique permettant d’exprimer la possession au sens large8. Pour exprimer cette notion, on a recours, comme nous avons pu le voir dans les exemples précédents, au verbe olema « être » à la troisième personne ayant pour arguments l’objet possédé au nominatif (son sujet grammatical, avec lequel il s’accorde), le plus souvent en position de rhème, en fin de proposition, et le possesseur à l’adessif, en position de thème, en début de proposition :

(10)

Mu‑l

on

korter.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

appartement.NOM.SG

Thème

Rhème

J’ai un appartement.

3.2. – Analyse syntaxique et sémantique

15L’objet possédé, le sujet grammatical de la phrase, peut être soit au nominatif soit au partitif. Un sujet singulier est au nominatif quand il réfère à une entité dénombrable (voir exemple [9]) et au partitif quand il réfère à un indénombrable.

(11)

Mu‑l

on

pappi.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

fric.PART.SG

J’ai du fric.

16Au pluriel, le sujet est au nominatif quand il réfère à toutes les entités de cette nature que possède le possesseur (quantité inclusive pour Metslang, 2012) comme l’illustre l’exemple suivant :

  • 9  Metslang, 2012, p. 86.

(12)

Selle‑l

kase‑l

on

juba

lehe‑d9.

ce‑ADESS.SG

bouleau‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

déjà

feuille.NOM.PL

Ce bouleau a déjà (toutes) ses feuilles.

17Le sujet est au partitif quand il réfère à une partie de ce que possède le possesseur (quantité non inclusive pour Metslang, 2012), comme nous pouvons le voir dans l’exemple suivant :

  • 10  Ibid.

(13)

Selle‑l

kase‑l

on

juba

leht‑i.10

ce‑ADESS.SG

bouleau‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

déjà

feuille.PART.PL

Ce bouleau a déjà quelques/des feuilles./Ce bouleau a déjà ses premières feuilles.

18Ainsi les phrases dites « attributives », dans lesquelles le possédé est un objet inaliénable, observent le schéma suivant :

19argument à l’adessif + copule (on/oli/olid) + partie du corps NOM.PL + adjectif NOM.PL

(14)

Mu‑l

on

käe‑d

puhta‑d.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3PL

main‑NOM.PL

propre‑NOM.PL

J’ai les mains propres.

  • 11  Nous avons développé ce point en 2.3.

20Cependant, même si la partie du corps et l’adjectif sont homocasuels, ils constituent deux syntagmes distincts (on peut d’ailleurs noter qu’en estonien, au sein d’un même syntagme nominal, l’adjectif, quand il n’est pas apposé, précède toujours le nom). Il s’agit en réalité d’une phrase de type sujet + copule + attribut du sujet à laquelle s’est ajoutée la référence au possesseur à l’adessif11. Il est d’ailleurs possible de pronominaliser le syntagme référant à la partie du corps sans pronominaliser l’attribut, comme nous pouvons le voir ci-dessous :

Mu‑l

on

käe‑d

puhta‑d.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3PL

main‑NOM.PL

propre‑NOM.PL

(15)

Su‑l

on

nad

mustad.

toi‑ADESS.SG

être.PRS.3PL

eux‑NOM.PL

sale‑NOM.PL

J’ai les mains propres. Les tiennes sont sales.

21Nous détaillerons par la suite cette notion de possession non assertée.

22Cette expression de la possession par une construction où l’objet possédé est sujet d’un verbe être sélectionnant comme argument un cas oblique pour exprimer le possesseur est très fréquente dans les langues indo-européennes. On peut notamment citer, en latin, la construction être + datif en variante libre avec le verbe habeo « avoir ».

  • 12  À l’époque classique, cette construction signifiant avoir la jouissance de est en distribution com (...)

(16)

Dom‑us

es‑t

patr‑i12.

maison‑NOM.MASC.SG

être‑PRS.3SG

père‑DAT.SG

Mon père a une maison.

23On peut également penser à la construction être + à SN en français.

Ce livre est à moi.

  • 13  À entendre au sens strict ici. Cette construction ne permet pas de référer aux expressions exprima (...)

24Dans ce dernier exemple, le choix de cette construction, au détriment du verbe avoir, dénote une volonté d’insister sur le possesseur13 et non sur l’objet possédé qui est alors thème. A contrario, en estonien, la construction possesseur à l’adessif + copule + possédé au nominatif n’est pas marquée sémantiquement, c’est l’expression la plus neutre.

25Les langues finno‑ougriennes, qui pour la plupart ne possèdent pas de verbe « avoir » ancien et réellement ancré dans la langue, ont recours à des cas locatifs pour exprimer la possession. On peut citer l’exemple suivant en finnois, qui met également en jeu un argument à l’adessif :

  • 14  Exemple cité par Tsedryk (2009), p. 119.

Riina‑lla

on

auto14.

Riina‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

voiture.NOM.SG

Riina a une voiture.

26Ou bien celui-ci en same du Nord, qui, disposant d’un système casuel plus restreint que l’estonien, fait appel au locatif pour exprimer la possession :

Mu‑s

lea

beana.

moi‑LOC.SG

être.PRS.3SG

chien.NOM.SG

J’ai un chien.

27Ce lien sémantique entre l’emploi de l’adessif pour référer à un possesseur et son sens locatif est en adéquation avec la théorie de Gruber (1965), qui adopte une approche localiste des rôles thématiques, et assimile ainsi le possesseur à un lieu dans lequel se trouve un objet (qu’il décrit comme le « thème »). Cette analyse est extrêmement proche de l’un des sens (sens locatif) du cas, mais elle n’est pas très satisfaisante car cette catégorie thème est très large et elle ne permet pas de faire de lien pertinent entre la sémantique et la syntaxe.

4. – La « dislocation » du syntagme possesseurpossédé

4.1. – Présentation

  • 15  Qui, comme dans de nombreuses langues telles que le latin, est le plus souvent omis quand le conte (...)

28L’estonien n’a pas de pronom possessif (à l’exception du possessif réfléchi oma). Le possesseur15 est donc exprimé par le pronom personnel au génitif placé devant le substantif, comme dans l’exemple qui suit :

(17)

minu/mu

kass

moi.GEN.SG

chat.NOM.SG

Mon chat.

  • 16  Nous entendons par dislocation un couple de syntagmes indépendants exprimant le possesseur à l’ade (...)
  • 17  Obligatoirement à l’écrit.

29Il est possible en estonien de thématiser le possesseur en disloquant16 le syntagme et en faisant apparaître le possesseur à l’adessif, le plus souvent en première position, en le séparant éventuellement17 du substantif auquel il se rattache. Dans ce cas, le possesseur constitue à lui seul un syntagme (à l’adessif) qui est un argument du verbe, et le possédé constitue un autre syntagme (au cas requis par la syntaxe). Dans un syntagme où le possesseur est exprimé au génitif, comme dans l’exemple (17), le syntagme nominal exprimant le possesseur est inclus dans le syntagme nominal, contrairement aux exemples suivants où le possesseur constitue un syntagme à part entière.

  • 18  Qui a la même valeur de vérité que :
    Mu                      pea                           valuta‑b(...)

(18)

Kas

su‑l

ela‑b

sõber

Läti‑s?

PARTC.INTER

toi‑ADESS.SG

vivre‑PRS.3SG

ami.NOM.SG

Lettonie‑INESS.SG

Est-ce que ton ami habite en Lettonie ?

(19)

Mu‑l

Pea

valuta‑b18.

moi‑ADESS.SG

tête.NOM.SG

faire.mal‑PRS.3SG

J’ai mal à la tête.

  • 19  Nous considérons ici les syntagmes ayant pour tête un pronom personnel comme des syntagmes nominau (...)

30Cette tournure est la manière la plus simple et la plus usitée pour exprimer la douleur ressentie par une partie du corps comme l’illustre l’exemple (19). L’usage de l’adessif en tête de proposition permet de thématiser uniquement le « possesseur » de la partie du corps, contrairement à la construction mettant en jeu un syntagme ayant pour tête un substantif au nominatif et contenant un syntagme nominal19 au génitif exprimant le possesseur qui thématise quant à lui le groupe possesseur/possédé. On comprend alors aisément pourquoi les locuteurs favorisent la construction mettant en avant le possesseur : quand on souhaite exprimer une douleur ressentie, on souhaite fixer comme cadre (en position de thème) la personne qui ressent la douleur, plus que la partie du corps douloureuse qui est l’information nouvelle (en position de rhème). Mais, comme le montre le premier exemple, cette construction a un emploi plus large qui ne se limite pas aux parties du corps. Remarquons tout d’abord que son usage est plus courant à l’oral et dans des écrits relâchés (notre étude de cet aspect a beaucoup reposé au début sur des occurrences trouvées sur des forums Internet).

31Notons par ailleurs que ce phénomène de dislocation s’étend à d’autres arguments au génitif qui ne sont des possesseurs ni au sens large ni au sens strict. En estonien, il est possible de créer des substantifs déverbaux dénotant des événements (action, états, processus) en ajoutant le suffixe ‑mine à la base verbale. L’agent, le patient, l’expérient, etc., du processus exprimé par le verbe (transitif ou intransitif) peut alors être exprimé au génitif antéposé.

  • 20  Pour les verbes transitifs, il est également possible d’exprimer l’objet, en le mettant au génitif (...)

(20)

minu

lahku‑mine

moi.GEN.SG

partir‑DV‑NOM.SG

mon départ

(21)

tema

joo‑mine20

lui.GEN.SG

boire‑DV.NOM.SG

le fait qu’il boive/son rapport à l’alcool

(22)

sinu

ole‑mine

toi.GEN.SG

être‑DV.NOM.SG

ton existence

  • 21  Remarquons également que certains possesseurs au sens large, comme ceux exprimant la relation entr (...)

32Dans ces exemples, on peut considérer que l’argument au génitif conserve le rôle sémantique qu’a un argument externe du verbe à une forme conjuguée. Ces arguments présentent cependant un comportement syntaxique proche de ceux des possesseurs (au sens large ou au sens strict)21. De même que pour les substantifs non déverbaux, il est possible de former deux syntagmes à partir de ces constructions, en créant un syntagme indépendant à l’adessif référant au sujet syntaxique du verbe quand il est à une forme finie.

(23)

Mu‑l

tule‑mine

võta‑b

aega.

moi‑ADESS.SG

venir‑DV.NOM.SG

prendre‑PRS.3SG

temps.PART.SG

Le fait que je vienne prend du temps/Je mets du temps à venir./Cela me prend du temps de venir.

33Dans cet exemple, le pronom mul réfère autant à l’agent dénoté par le verbe à une forme nominale tulemine qu’au bénéficiaire du processus exprimé par la locution aega võtma.

4.2. – La construction à possesseur externe

  • 22  Payne & Barshi, 1999.

34On distingue deux types de possessives : la construction dite « prédicative » dont nous venons de parler en 1.2 (voir exemple [24]) et la construction à possesseur externe22 évoquée notamment dans l’exemple (12) (voir exemple [25]), qui est caractérisée par une dislocation du syntagme possesseur‑possédé.

(24)

Mu‑l

on

raamat.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

livre.NOM.SG

J’ai un livre.

(25)

Ta‑l

on

juukse‑d

halli‑d.

lui‑ADESS.SG

être.PRS.3PL

cheveux‑NOM.PL

gris‑NOM.PL

Il a les cheveux gris.

35Dans la première phrase, la prédication consiste à expliciter la relation de possession (le possesseur est donc considéré comme interne à la relation sujet‑prédicat). Inversement, dans la seconde phrase, cette relation est secondaire et externe au prédicat : le prédicat se résume à une relation de type sujet‑attribut où le sujet est le possédé et l’attribut est l’adjectif postposé. Ainsi dans la première phrase, le rhème est le possédé (le thème est alors le possesseur à l’adessif), tandis que, dans la seconde phrase, ce n’est pas le possédé en lui-même qui est le rhème, mais le possédé dans l’état dans lequel il est. Dans la seconde phrase, la possession n’est pas le contenu asserté. Si l’on met la phrase à la forme négative ou à la forme interrogative, la négation ou l’interrogation ne porte pas sur la relation de possession.

(26)

Ta‑l

ei

ole

juukse‑d

halli‑d.

lui‑ADESS.SG

PART.NEG

être.BV

cheveux‑NOM.PL

gris‑NOM.PL

Il n’a pas les cheveux blancs.

(27)

Kas

ta‑l

on

juukse‑d

halli‑d?

PARTC.INTER

lui‑ADESS.SG

être.PRS.3PL

cheveux‑NOM.PL

gris‑NOM.PL

Est‑ce qu’il a les cheveux blancs ?

  • 23  Stalnaker, 1978.

36La possession est donc supposée23 (en arrière‑plan) dans l’exemple (26), tandis qu’elle est posée ou assertée dans l’exemple (25). Notons par ailleurs que ces constructions à possesseur externe sont très courantes dans l’expression d’une qualité d’un possédé inaliénable, comme dans l’exemple (26). Comme le possédé est défini (on suppose que chaque individu est doté par essence de cheveux, de bras, de dents, etc.), le sujet est au nominatif pluriel et déclenche l’accord du verbe, ce que nous ne pouvons voir qu’au passé.

(28)

Ta‑l

ol‑i‑d

juukse‑d

halli‑d.

lui‑ADESS.SG

être‑PST‑3PL

cheveux‑NOM.PL

gris‑NOM.PL

Il avait les cheveux gris.

4.3. – La construction possessive perfective

  • 24  Whorf, 1941.

37Liina Lindström et Ilona Tragel (2012) analysent la construction dite « possessive perfective », mettant en jeu un argument à l’adessif, pour rapprocher l’estonien des langues SAE (Standard Average European24). En effet, l’estonien, comme de nombreuses langues indo‑européennes, présente une construction possessive perfective comparable à la construction anglaise du type have + participe passé passif (PPP).

I have done my exercises.

38Cette construction est grammaticalisée, mais l’estonien contemporain laisse voir les différentes strates de cette grammaticalisation (Hopper, 1991, p. 22).

39L’étape préliminaire à cette grammaticalisation, illustrée par l’exemple (35), présente une structure à possesseur externe de type : argument à l’adessif (référant à un possesseur animé) + olema (au présent ou au passé) + sujet au nominatif (référant au possédé) + le participe passé passif d’un verbe transitif.

(29)

Ta‑l

on

harjutus

teh‑tud.

lui‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

exercice.NOM.SG

faire‑PPP

Il a fait son exercice.

40À ce préstade de la grammaticalisation, le rôle sémantique de l’argument à l’adessif n’est que possesseur. Il peut être également interprété comme l’agent de l’action exprimé par le participe passé passif, mais ce rôle n’est pas systématique. La phrase décrit alors à la fois l’état de possession et l’action. Notons par ailleurs que, dans certaines phrases, comme dans l’exemple suivant, l’argument à l’adessif ne peut être interprété comme un agent.

  • 25  Nous reprenons ici l’exemple de Lindström et Tragel (2012), reposant sur l’estonien parlé, d’où la (...)

(30)

Ei, tema oli ni25 nagu orb.

Ta‑l

ikka

vanema‑d

ol‑i‑d

vist

tape‑tud.

lui‑ADESS.SG

tout.de.même

parents‑NOM.PL

être‑PST‑3PL

certainement

tuer‑PPP

Non, il était orphelin en quelque sorte, ses parents avaient probablement été tués.

41Dans ce deuxième cas, les deux faits décrits sont, d’une part, la possession et, d’autre part, une action à laquelle l’argument à l’adessif est étranger. Cette phrase ne laisse en aucun cas penser que le référent de l’argument à l’adessif a tué ses parents.

42Nous pourrions donc résumer la construction de la manière suivante :

Exemple

Ta‑l

on

harjutus

teh‑tud

Morphologie

SN à l’adessif

copule

SN au nominatif

PPP

Syntaxe

argument oblique

verbe principal

sujet

attribut du sujet

Sémantique

possesseur (possesseur externe) + autre rôle possible (agent, patient, etc.)

« possédé » (prédicat)

43Dans une première étape de la grammaticalisation, le verbe olema est considéré comme l’auxiliaire du participe et l’argument à l’adessif est systématiquement agent du verbe exprimé par le participe passé passif. La construction ne désigne plus deux événements mais simplement l’action exprimée par le participe.

(31)

Leena‑l

ol‑i‑d

looma‑d

toimeta‑tud.

Leena‑ADESS.SG

être‑PST‑3PL

animaux‑NOM.PL

occuper‑PPP

Leena s’était occupée des animaux.

  • 26  Dépend de la situation d’énonciation, qui n’est pas forcément linguistique, comme la situation de (...)

44Dans de tels exemples, seuls des éléments extralinguistiques26, tels que la connaissance d’un contexte plus large, permettent de déterminer si l’argument à l’adessif est simplement un agent ou s’il est également possesseur, et donc de déterminer quel stade de la grammaticalisation est illustré.

Exemple

Leena‑l

ol‑i‑d

looma‑d

toimeta‑tud.

Morphologie

SN à l’adessif

verbe olema

SN au nominatif

PPP

Syntaxe

argument oblique

auxiliaire

sujet

verbe principal

Sémantique

agent (autres rôles possibles ?)

patient (autres rôles possibles ?)

45La deuxième étape de la grammaticalisation consiste à utiliser cette construction avec des verbes transitifs sans objet ou même intransitifs.

(32)

Mu‑l

on

(õhtusöök)

söö‑dud.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

dîner.NOM.SG

manger‑PPP

J’ai mangé (mon dîner).

(33)

Mu‑l

On

poe‑s

käi‑dud.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

magasin‑INESS.SG

aller‑PPP

J’ai fait les courses.

  • 27  Dans l’exemple (33), nous ne considérons pas que l’argument à l’adessif soit le possesseur de poes(...)

46Dans cette construction, l’argument à l’adessif est toujours un agent. Il ne peut être considéré comme un possesseur, car le possédé n’est pas exprimé27.

47Une troisième étape de la grammaticalisation consisterait, selon Tragel et Lindström, en ce que l’argument à l’adessif réfère à un non‑animé, tout comme dans les langues SAE un inanimé peut être sujet de cette construction. Cependant, cet emploi n’est actuellement pas accepté par les locuteurs.

(34)

*Kohvri‑l

on

nurga‑s

seis‑tud.

valise‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

coin‑INESS.SG

rester‑PPP

La valise a fini de rester dans le coin.

4.4. – Les fonctions syntaxiques et les cas possibles du possédé dans les syntagmes « disloqués »

48Dans cette construction disloquée, le possédé peut occuper toutes les fonctions syntaxiques de la phrase : sujet (au nominatif), objet total (au nominatif pluriel ou au génitif singulier), objet partiel (au partitif), rection d’une postposition (au génitif), complément du nom (au génitif), complément de lieu (aux cas locaux), etc. Nous proposons ci-dessous une liste illustrée d’exemples, qui ne prétend pas être exhaustive.

4.4.1. – Le sujet (au nominatif)

(35)

Mu‑l

ema

tööta‑b

muuseumi‑s.

moi‑ADESS.SG

mère.NOM.SG

travailler‑PRS.3SG

musée‑INESS.SG

Ma mère travaille dans un musée.

(36)

Ta

sõ‑i

mu‑l

enne

ilusti

kõik.

lui.NOM.SG

manger‑PST.3SG

moi‑ADESS.SG

avant

bien

tout.NOM.SG

Le mien mangeait de tout avant.

49Dans ce dernier exemple, le possédé est un pronom.

4.4.2. – L’objet total (au génitif ou nominatif)

(37)

Keegi

pan‑i

mu‑l

auto

pihta.

quelqu’un.NOM.SG

mettre‑PST.3SG

moi‑ADESS.SG

voiture.GEN.SG

volé.ADV

Quelqu’un (m’)a volé ma voiture.

4.4.3. – L’objet partiel (au partitif)

(38)

Mu

kass

sõ‑i

mu‑l

toalill‑i.

moi.GEN.SG

chat.NOM.SG

manger‑PST.3SG

moi‑ADESS.SG

plante.d’intérieur‑PART.PL

Mon chat a mangé mes plantes d’intérieur.

4.4.4. – La rection d’une postposition (au génitif)

(39)

Põder

passi‑s

sõbra‑l

auto

ees.

élan.NOM.SG

regarder.fixement‑PAST.3SG

ami‑ADESS.SG

voiture.GEN.SG

avantADV

Un élan était planté devant la voiture de mon ami.

4.4.5. – Le complément du nom (au génitif)

(40)

Mu‑l

sõbra

isa

on

ainult

moi‑ADESS.SG

ami.GEN.SG

père.NOM.SG

être.PRS.3SG

seulement

4.4.6. – Le complément de lieu (à un cas local)

(41)

Kass

ol‑i

kogemata

mu‑l

auto‑sse

jää‑nud.

chat.NOM.SG

être‑PST.3SG

par.mégarde.

moi‑ADESS.SG

voiture‑ILL.SG

rester‑PPA

Le chat était resté par mégarde dans ma voiture.

50Remarquons par ailleurs, que cette construction n’exclut pas toujours la présence du possesseur au génitif. En effet, nous avons trouvé sur Internet quelques exemples où la référence au possesseur se fait de manière redondante : une fois à l’adessif et une fois au génitif.

(42)

Mu‑l

tööta‑b

seal

firma‑s

mu

lemmik‑taksojuht.

moi-ADESS.SG

travailler-PRS.3SG

ici

entreprise-INESS.SG

moi.GEN.SG

préféré-chauffeur.de.taxi.NOM.SG

Mon chauffeur de taxi préféré travaille dans cette entreprise.

  • 28  Le syntagme formé du pronom possessif est une forme expressive.

51Ce phénomène de dislocation d’un syntagme nominal réunissant un possédé et un possesseur en un syntagme au même cas que le syntagme d’origine et un autre à l’adessif n’est pas propre à l’estonien. En roumain, par exemple, il est très fréquent (il s’agit de l’usage le plus répandu, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral28) de substituer un pronom au datif à l’adjectif possessif. On obtient alors deux syntagmes nominaux : le possédé qui conserve sa fonction d’origine et le « possesseur » qui est alors un argument du verbe au datif.

  • 29  Exemple cité par Timoc‑Bardy, 1996, p. 242. Reglosé avec l’aide d’Anca Boca.

(43)

Îmi

iau

caiet‑u29.

moi.DAT.SG

prendre.PRS.1SG

cahier.ACC.NEU‑DET.DEF

J’ai pris mon cahier.

52Tout comme en estonien, la grande majorité des verbes accepte ce type d’argument. En revanche, le roumain ne peut substituer que des pronoms possessifs, tandis que l’estonien a la possibilité de remplacer n’importe quel syntagme au génitif qui exprime la possession. En estonien, ce phénomène s’étend également aux substantifs (voir exemple [40]), mais la dislocation des pronoms reste beaucoup plus fréquente. Selon Egor Tsedryk (2009), on retrouve un phénomène encore plus similaire en finnois, où il est également possible d’exprimer le possesseur au moyen d’un adessif comme l’illustre l’exemple suivant :

(44)

Jussi

istu‑i

Riina‑lla

auto‑ssa.

Jussi.NOM.

s’asseoir‑PST.3

Riina‑ADESS.

voiture‑ILL.

SG

SG

SG

SG

Jussi s’est assis dans la voiture de Riina.

53Cependant certains locuteurs finnois ne partagent pas l’interprétation d’Egor Tsedryk, du moins hors contexte, nous ne nous prononcerons donc pas sur la réalité du sens qu’il lui prête.

4.5. – Usages et valeurs sémantico‑aspectuelles

54Les trois sous‑parties suivantes s’appuient sur une étude que nous avons réalisée auprès de locuteurs natifs et qui est disponible en annexe.

4.5.1. – Usages

55Précisons tout d’abord que l’usage de ces structures est très variable selon les locuteurs. Certains emplois sont quasi systématiques quel que soit le locuteur ou le registre de langue utilisé. Ainsi on utilise presque toujours la construction adessif + valutab + partie du corps pour exprimer la douleur, même dans un registre soutenu ou courant.

56Pour d’autres usages, lorsque le possesseur est exprimé au génitif, la forme à l’adessif est souvent associée à un registre plus informel (certains locuteurs reconnaissent utiliser l’adessif à l’oral mais jamais à l’écrit, ou l’utiliser à l’oral avec leur supérieur hiérarchique mais avoir au recours au génitif à l’écrit pour s’adresser à la même personne).

  • 30  Il est cependant possible que cet usage de leur part s’explique par l’existence d’une construction (...)

57Une personne interrogée signale que cette manière de parler est propre aux jeunes, aux personnes peu cultivées et le plus souvent russophones30. Nous ne soutiendrons pas ce point de vue ici, car il nous semble qu’au contraire les russophones utilisent très peu l’estonien dans un contexte informel, que cette langue est leur langue d’étude ou de travail et que par conséquent ils ont une langue plus normée que celle des Estoniens natifs s’exprimant de manière relâchée. Leur usage est donc plus respectueux des normes établies et enseignées et ils ne s’aventurent pas à utiliser ce genre de construction. De même, les étrangers apprenant l’estonien, en Estonie ou ailleurs, ne semblent pas saisir et ni utiliser les nuances qu’offre l’emploi des syntagmes disloqués (en dehors des constructions canoniques comme celle utilisée dans l’exemple [19]).

4.5.2. – Valeurs sémantiques

  • 31  Nous nous appuyons sur la définition proposée par Claire Beyssade : « La structure de l’informatio (...)

58Cet usage de l’adessif n’est pas seulement une question de registre. Il semble que son emploi soit également motivé par la structure de l’information31 de la phrase. La dislocation du syntagme permet de thématiser l’élément à l’adessif. L’élément mis en avant est alors le possesseur et non plus le groupe possesseur‑possédé. On peut penser que cette promotion au statut de syntagme à part entière rapproche le possesseur du noyau de la phrase, le verbe, ce qui explique qu’il soit plus saillant. Il peut ainsi être un cadre pour la phrase. Les locuteurs ont donc plus souvent tendance à utiliser l’adessif pour parler du possesseur et non du possédé. Autrement dit, on utilise l’adessif au détriment du génitif lorsque le possesseur est le thème et que le possédé appartient au rhème. Cela explique donc que ce soit la construction utilisée pour exprimer la douleur : lorsque quelqu’un indique qu’il a mal quelque part, il souhaite avant tout mettre en avant qu’il est en train de souffrir, et non dire quelque chose sur la partie du corps douloureuse. De même, la majorité des locuteurs préfèrent la phrase :

(45)

Keegi

pan‑i

mu‑l

auto

pihta.

quelqu’un.NOM.SG

mettre‑PST.3SG

moi‑ADESS.SG

voiture.GEN.SG

volé.ADV

Quelqu’un (m’)a volé ma voiture.

59à la phrase suivante :

(46)

Keegi

pan‑i

mu

auto

pihta.

quelqu’un.NOM.SG

mettre‑PST.3SG

moi‑GEN

voiture.GEN.SG

volé.ADV

Quelqu’un (m’)a volé ma voiture.

60On peut supposer que cette préférence est, là encore, liée à structure de l’information : le locuteur ne souhaite pas indiquer qu’une voiture (qui est la sienne) a été volée, mais plutôt que, lui, se retrouve sans voiture. Ici le rôle sémantique de l’argument à l’adessif est autant possesseur qu’expérient. On assiste donc à une certaine mise en scène du possesseur. Il est également possible de relier cet aspect à l’usage sociolinguistique de l’adessif. Comme nous l’avons déjà évoqué, même si le possesseur peut être thématisé quelle que soit sa nature, en pratique, on constate que la majorité des possesseurs thématisés sont des premières personnes, principalement du singulier (dans ce cas il y a identité du locuteur et du possesseur). On peut donc supposer que la langue écrite et standardisée a tendance à préconiser un effacement relatif du locuteur, ce qui explique que l’on préfère dans un registre plus soutenu que le possesseur soit au génitif, sauf dans les cas où, même dans l’usage normé, il est manifeste que l’on parle du possesseur et non du possédé comme dans les constructions exprimant la douleur.

4.5.3. – Valeurs aspectuelles

  • 32  Nous avions bien conscience que notre panel de locuteurs natifs était très faible et qu’il faudrai (...)

61Les résultats de l’enquête menée auprès de neuf locuteurs natifs (voir en annexe) laisseraient penser qu’à l’oral et dans les écrits relâchés, l’adessif puisse avoir une valeur aspectuelle ou, devrait-on dire, une connotation aspectuelle dans un certain nombre de cas32. En effet, pour près des deux tiers des personnes interrogées, l’emploi de certains possesseurs à l’adessif associé au passé permettrait d’exprimer l’habitude dans le passé, tandis que les phrases équivalentes dans lesquelles le possesseur est au génitif exprimeraient des actions ponctuelles, souvent plus récentes. Considérons les exemples suivants :

(47)

Mu

ema

triiki‑s

pesu.

moi.GEN.SG

mère.NOM.SG

repasser‑PST.3SG

linge.PART.SG

Ma mère a repassé le linge.

(48)

Mu‑l

ema

triiki‑s

pesu.

moi‑ADESS.SG

mère.NOM.SG

repasser‑PST.3SG

linge.PART.SG

Ma mère repassait le linge.

62Les locuteurs interrogés ont tendance à répondre que la première phrase décrit une action récente (quand on leur demandait de donner un contexte possible d’utilisation de la phrase, ils ajoutaient souvent l’adverbe eile « hier » ou le syntagme täna hommikul « ce matin »), les locuteurs parlant français traduisaient pour la plupart par un verbe au passé composé. La seconde phrase semblait plutôt renvoyer à une habitude dans le passé (quand on leur demandait de donner un contexte possible d’utilisation de la phrase, ils ajoutaient souvent la proposition kui olin laps « quand j’étais enfant ») et les locuteurs parlant français traduisaient pour la plupart par un verbe à l’imparfait. Par ailleurs, avec d’autres phrases au passé, les locuteurs avaient tendance à choisir la phrase comportant un argument à l’adessif lorsque celle-ci comportait un adverbe itératif (comme ikka « toujours ») et à choisir celle où le possesseur était au génitif quand cette dernière comportait un élément indiquant que l’action était ponctuelle, comme l’illustrent les exemples suivants :

(49)

Mu (génitif) isa ütles eile, et tal on auto katki.

?Mul (adessif) isa ütles eile, et tal on auto katki.

Mon père a dit hier que sa voiture était cassée.

(50)

(?)Mu (génitif) isa ikka ütles, et pääsuke toob päevasooja.

Mul (adessif) isa ikka ütles, et pääsuke toob päevasooja.

Mon père disait toujours que l’hirondelle apporte le printemps.

63Cette valeur aspectuelle que certains locuteurs attribuent à l’adessif pourrait être due à une contamination du sens du pronom personnel de première personne du pluriel à l’adessif meil, comme dans l’exemple suivant :

(51)

Mei‑l

protokolli‑b

tavaliselt

koosolek‑uid.

sekretär

nous‑ADESS.PL

faire.le.procès.verbal‑PRS.3SG

habituellement

réunions‑PART.PL

secrétaire.NOM.SG

Chez nous, c’est la secrétaire qui fait le compte rendu des réunions.

  • 33  On observe un fonctionnement similaire avec le pronom de deuxième personne du pluriel teil, et dan (...)
  • 34  Cette valeur n’est pas systématique. Notons, par exemple, que dans l’exemple  le sens de la phrase (...)

64En effet, dans les phrases où il est employé avec un présent gnomique ou au passé exprimant une habitude, meil33 signifie souvent « chez nous », « dans notre famille », « en Estonie », etc. Si cette hypothèse est valide, il est intéressant de constater que l’attribution aspectuelle se fait dans des sens contraires : pour meil, l’interprétation du pronom à l’adessif va dépendre de la valeur du verbe, inversement, dans une phrase comportant un pronom ou syntagme à l’adessif, c’est le pronom qui peut34 attribuer la valeur aspectuelle au verbe.

65L’idée que l’aspect puisse être exprimé par le cas de l’un des arguments du verbe peut paraître étrange, un tel phénomène a pourtant déjà été bien décrit en estonien comme dans d’autres langues fenniques à propos des cas de l’objet. En effet, en estonien comme en finnois, l’aspect perfectif/non perfectif peut être exprimé, non par le verbe, mais par le cas de l’objet.

(52)

Ma

kudu‑si‑n

kampsuni‑t.

moi.NOM.SG

tricoter‑PST‑1SG

pull‑PART.SG

OBJET PARTIEL

Je tricotais un pull.

Ma

kudu‑si‑n

kampsuni.

moi.NOM.SG

tricoter‑PST‑1SG

pull.GEN.SG

OBJET TOTAL

J’ai tricoté un pull.

66De même, l’estonien ne connaissant pas de futur, la différence entre le présent et le futur peut reposer sur le choix du complément d’objet.

(53)

Ma

koo‑n

kampsuni‑t.

moi.NOM.SG

tricoter‑PRS.1SG

pull‑PART.SG

OBJET PARTIEL

Je suis en train de tricoter un pull.

Ma

koo‑n

kampsuni.

moi.NOM.SG

tricoter‑PRS.1SG

pull.GEN.SG

OBJET TOTAL

Je tricoterai un pull.

Conclusion

67D’un point de vue sémantique, il est souvent peu aisé de déterminer le rôle des arguments à l’adessif. Dans des phrases référant à une relation de possession comme dans l’exemple (54), les rôles des arguments sont clairs : celui qui est à l’adessif est un possesseur et celui qui est au nominatif est le possédé.

(54)

Mu‑l

on

raamat.

moi‑ADESS.SG

être.PRS.3SG

livre.NOM.SG

J’ai un livre.

68Cependant, on ne peut pas considérer que les rôles sémantiques que peuvent prendre les arguments à l’adessif sont uniques (comme nous l’avons vu dans les constructions possessives perfectives). Il s’agit plutôt d’un continuum partant du possesseur, au centre, pour aller à l’expérient, à l’agent, au patient, etc., où chaque étape de grammaticalisation éloigne du centre. Considérons par exemple les phrases suivantes : 

(55)

a) Mu käed on külmad.

b) Mul käed on külmad.

c) Mul on käed külmad.

Mes mains sont froides./J’ai les mains froides.

  • 35  Cet ordre des mots est possible à l’oral. Dans les écrits et la langue normée, le verbe est préfér (...)

69Dans la phrase (a), le possesseur est exprimé au génitif. L’accent porte donc sur les mains, ou plus exactement, sur le couple possédé‑possesseur. Cette phrase renvoie simplement à l’état dans lequel sont les mains et est par conséquent assez peu utilisée à la première personne (on peut tout à fait imaginer un contexte où il serait possible de l’utiliser à la troisième personne : une infirmière qui parle au médecin d’un patient). Dans la phrase (c), où l’on peut voir illustrée la construction à possesseur externe, l’argument à l’adessif réfère au possesseur et on peut donc considérer qu’il s’agit de son rôle sémantique. Cependant, on ne peut pas considérer que cet élément n’est qu’un possesseur et que son emploi est strictement équivalent à celui du génitif. En effet, comme nous l’avons vu, l’usage de l’adessif permet de mettre en avant le possesseur et d’en faire l’élément central de la phrase. Ainsi le possesseur n’est plus présenté seulement comme un possesseur, mais également comme un expérient, qui fait l’expérience du froid par ses mains. La phrase (b) est grammaticalement possible35, elle suit strictement le schéma de la phrase de l’exemple (36). Cependant cette phrase est rejetée par la plupart des locuteurs natifs et on n’en trouve presque aucune occurrence sur Internet, y compris dans des écrits relâchés. On peut penser que pour certaines expressions extrêmement courantes exprimées par une construction figée, comme illustrée dans l’exemple (55c), seule cette dernière s’est répandue dans l’usage et a de fait rendu impossible l’usage d’une construction à possesseur disloqué comme dans l’exemple (b).

70Cette diversité des rôles sémantiques de l’adessif se retrouve dans d’autres constructions mettant en jeu des adessifs qui pourtant ne réfèrent pas à des possesseurs mais plutôt à des expérients.

Haut de page

Bibliographie

Aavik Johannes, 1924, Keeleuuenduse äärmised võimalused (Les possibilités extrêmes de la rénovation de la langue), Tartu : Istandik, réimprimé en 1974, Stockholm : Eesti Keele ja Kirjanduse Instituut, 174 p.

Beyssade Claire, 2007, « La structure de l’information dans les questions : quelques remarques sur la diversité des formes interrogatives en français », Linx, bulletin du Centre de recherches linguistiques de Paris X‑Nanterre, Nanterre : Centre de recherches linguistiques de Paris X, Thème et thématisation : Questionnements réciproques entre linguistique et didactique (55), p. 173‑193. Internet : http://linx.revues.org/470 [consulté le 28.03.2017].

Chalvin Antoine, Rüütli Malle & Talviste Katre, 2011, Manuel d’estonien, Paris : L’Asiathèque, 254 p.

Erelt Mati et al., 1993, Eesti keele grammatika II : Süntaks (EKG II) (Grammaire estonienne II : syntaxe), Tallinn: Eesti Teaduste Akadeemia Keele ja Kirjanduse Instituut, 464 p.

Erelt Mati et al., 1995, Eesti keele grammatika I: Morfoloogia, Sõnamoodustus (EKG I) (Grammaire estonienne I : morphologie et formation des mots), Tallinn: Eesti Teaduste Akadeemia Eesti Keele Instituut, 659 p.

Erelt Mati & Metslang Helle, 2006, “Estonian Clause Patterns: From Finno‑Ugric to Standard Average European”, Linguistica Uralica, 4, pp. 254‑266.

Gruber Jeffrey S., 1965, Studies in Lexical Relations, Thèse de doctorat, MIT ; repris dans Gruber Jeffrey S., 1976, Lexical Structures in Syntax and Semantics, Amsterdam: North‑Holland, pp. 1‑210.

Hopper Paul J., 1991, “On Some Principles of Grammaticization”, in Traugott Elizabeth C. & Heine Bernd (eds.), Approaches to Grammaticalization, vol. 1, Amsterdam: John Benjamins, pp. 17‑36.

Klavan Jane, Kesküla Kaisa & Ojava Laura, 2011, “The Division of Labour Between Synonymous Locative Cases and Adpositions: The Estonian Adessive and the Adposition Peal ‘on’”, in Kittilä Seppo, Västi Katja & Ylikoski Jussi (eds.), Studies on Case, Animacy and Semantic Roles, Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins, pp. 111‑134.

Lindström Linda & Tragel Ilona, 2006, „Mul on saba : adessiivsest omajakonstruktsioonist” (J’ai une queue : sur la construction possessive à l’adessif), in Kerge Krist & Sepper Maria‑Maren (eds.), Finest Linguistics: Proceedings of the Annual Finnish and Estonian Conference of Linguistics, Tallinn, May 6‑7, 2004, Tallinn: TLÜ, pp. 386‑399.

Lindström Linda & Tragel Ilona, 2007, „Eesti keele impersonaali ja seisundipassiivi vahekorrast adessiivargumendi kasutuse põhjal” (Étude sur les relations entre l’impersonnel et le passif en estonien sur la base de l’usage des arguments à l’adessif), Keel ja Kirjandus, pp. 532‑553.

Lindström Linda & Tragel Ilona, 2010, “The Possessive Perfect Construction in Estonian”, Folia Linguistica, 2, pp. 371‑400.

Metslang Helle, 2013, Grammatical Relations in Estonian: Subject, Object and Beyond, Dissertationes philologiae estonicae Universitatis Tartuensis, 33, 442 p.

Metslang Helle, 2009, “Estonian Grammar Between Finnic and SAE: Some Comparisons”, Language Typology and Universals (Sprachtypologie und Universalienforschung), pp. 49‑71.

Pajusalu Renate, 2009, Sõna ja tähendus (Mot et signification), Tallinn: Eesti Keele Sihtasutus, 207 p.

Riegel Martin, 1984, « Pour une redéfinition linguistique des relations dites de “possession” et d’“appartenance” », L’Information grammaticale, no 23, p. 3‑7.

Sausy Lucien, 1977, Grammaire latine complète, Paris : Fernand Lanore, 372 p.

Stalnaker Robert, 1978, “Assertion”, Context and Content, Oxford University Press, 1999, pp. 78‑95. Originally published: Syntax and Semantics, 9.

Stalnaker Robert, 1973, “Presuppositions”, Journal of Philosophical Logic, 2, pp. 447‑457.

Swiggers Pierre, 1983, « La possession en perspective », in Seiler Hansjakob, Possession as an Operational Dimension of Language (Language Universals Series, 2), Tubingen: G. Narr, L’Information grammaticale, no 29, p. 45‑47.

Timoc‑Bardy Romana, 1996, « Appartenance implicite vs appartenance explicite en roumain », Faits de langues, no 7, La relation d’appartenance, p. 241‑250.

Tsedryk Egor, 2009, « Fusion symétrique et alternances ditransitives », Linguistic Insights, Studies in Language and Communication‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬, vol. 71, Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/New York/Oxford/Wien: Peter Lang, p. 197.

Vendelin Inga, 1999, les Possessifs en français et en estonien : étude de traductions, Mémoire, Université de Tartu, Département de philologie germanique et romane, 70 p.

Whorf Benjamin Lee, 1941, Language, Culture, and Personality: Essays in Memory of Edward Sapir, Edited by Leslie Spier, A. Irving Hallowell, Stanley S. Newman, Menasha, Wisconsin: Sapir Memorial Publication Fund, pp. 75‑93.

EKSS = Eesti keele seletav sõnaraamat (Dictionnaire explicatif de l’estonien), http://www.eki.ee/dict/ekss/ [consulté le 28.03.2017].

Haut de page

Annexe

Annexes

Liste des abréviations (dans les gloses)

1

1re personne

2

2e personne

3

3e personne

ACC

accusatif

ADESS

adessif

ADV

adverbe

ALL

allatif

BV

base verbale

COM

comitatif

COMP

comparatif

CONJ

conjonction

DAT

datif

DEM

adjectif ou pronom démonstratif

DET.DEF

déterminant défini

DV

suffixe de dérivation pour former des substantifs déverbaux

ELAT

élatif

FACT

suffixe factitif

GEN

génitif

ILL

illatif

INESS

inessif

INFI

premier infinitif (infinitif dit en « ‑ma »)

INFII

deuxième infinitif (infinitif dit en « ‑da »)

INTER

interrogatif/interrogative

LOC

MASC

locatif

masculin

NEG

négatif/négative

NEU

neutre

NOM

nominatif

P.REFL

pronom réfléchi

P.REL

pronom relatif

PART

partitif

PARTC

particule

PDEM

pronom démonstratif

PL

pluriel

POSS

possessif

POSTPO

postposition

PPA

participe passé actif

PPP

participe passé passif

PRS

présent

PST

passé

REFL

réfléchi

SG

singulier

Questionnaire

Questionnaire36 utilisé au cours d’entretiens individuels menés auprès de neuf locuteurs natifs afin de déterminer les valeurs aspectuelles supposées de l’adessif et de déterminer de manière plus précise les contextes sociolinguistiques d’utilisation.

Öösel oli sadanud värsket lund ja hommikul avastasite, et keegi oli teie auto peale lume sisse nalja pärast kirjutanud suurte tähtedega „müüa. 100 eurot”. kumba lauset te kasutaksite rääkides sellest loost oma headele sõpradele?
Keegi pani täna hommikul ühika ees mul auto müüki.
Keegi pani täna hommikul ühika ees minu auto müüki.

Olete oma sõbraga ja näete kohviku aknast veidralt riietatud vanaprouat. Mida ütlete sõbrale?
Aga nagu mul vanaema ütleb „mida vanem eit, seda roosam kleit”.
Aga nagu mu vanaema ütleb „mida vanem eit, seda roosam kleit”.

Mida ütlete sõbrale?
Mu isa ütles eile, et tal on auto katki.
Mul isa ütles eile, et tal on auto katki.

Mida ütlete sõbrale?
Mu isa ikka ütles, et pääsuke toob päevasooja.
Mul isa ikka ütles, et pääsuke toob päevasooja.

Mida ütlete sõbrale?
Peeter ei saa tulla, tal viidi ema haiglasse.
Peeter ei saa tulla, ta ema viidi haiglasse.

Mida ütlete sõbrale?
Peeter ei saa tulla, tal on ema haiglas.
Peeter ei saa tulla, ta ema on haiglas.

Mida ütlete sõbrale?
Mul ema käis poes.
Mu ema käis poes.

Mida ütlete sõbrale?
Mul ema läks poodi.
Mu ema läks poodi.

Mida ütlete sõbrale?
Mul ema triikis pesu.
Mu ema triikis pesu.

Haut de page

Notes

1  Konkreetsed käänded in EKG I, p. 54‑60.

2  Voir l’exemple (56)c.

3  L’ordre des mots est plutôt celui que l’on rencontre à l’oral. Dans les écrits et la langue normée, le verbe est préférentiellement en deuxième position.

4  Corpus parallèle estonien‑français de l’Association franco‑estonienne de lexicographie, http://corpus.estfra.ee [consulté le 28.03.2017].

5  Suuline kõne korpus : http://www.cl.ut.ee/suuline/Korpus.php?lang=et [consulté le 28.03.2017, lien devenu inaccessible aujourd’hui].

6  Riegel distingue les deux relations ensembliste et partitive, cependant, cette distinction ne nous a pas paru pertinente dans notre recherche.

7  Cette catégorie n’est pas proposée par Riegel, mais il nous semble légitime de l’ajouter, car, au vu des tests qu’il propose (gloser l’expression de la possession par le verbe « posséder »), il ne nous semble pas pertinent de rattacher cette catégorie à aucune autre.

8  Il existe deux verbes exprimant la possession : omama, que l’on pourrait gloser par posséder, être détenteur de, mais qui peut également être utilisé pour référer à une relation de possession au sens large (Erelt & Metslang, 2006, p. 259‑260). Par ailleurs, Johannes Aavik, 1924, p. 167), grand réformateur de la langue estonienne, a proposé le verbe evima, mais celui-ci n’a jamais été réellement adopté par les locuteurs.

9  Metslang, 2012, p. 86.

10  Ibid.

11  Nous avons développé ce point en 2.3.

12  À l’époque classique, cette construction signifiant avoir la jouissance de est en distribution complémentaire avec la construction être + génitif qui signifie être le propriétaire de (Sausy).

13  À entendre au sens strict ici. Cette construction ne permet pas de référer aux expressions exprimant la possession au sens large.
– Les trois côtés sont au triangle.
– Deux frères sont à moi.
– Un bon caractère est à lui.

14  Exemple cité par Tsedryk (2009), p. 119.

15  Qui, comme dans de nombreuses langues telles que le latin, est le plus souvent omis quand le contexte n’est pas ambigu.

16  Nous entendons par dislocation un couple de syntagmes indépendants exprimant le possesseur à l’adessif et le possédé au cas requis par la syntaxe, équivalant à un syntagme au cas requis par la syntaxe ayant pour tête le possédé et comprenant un syntagme au génitif exprimant le possesseur. Cette construction n’a pas de rapport avec la dislocation syntaxique (clivée).

17  Obligatoirement à l’écrit.

18  Qui a la même valeur de vérité que :
Mu                      pea                           valuta‑b
moi.GEN              tête.NOM.SG             faire.mal‑PRS.3SG
J’ai mal à la tête.

19  Nous considérons ici les syntagmes ayant pour tête un pronom personnel comme des syntagmes nominaux, car leur comportement syntaxique est très semblable.

20  Pour les verbes transitifs, il est également possible d’exprimer l’objet, en le mettant au génitif et en l’antéposant. Dans ce cas, ce qui correspond à l’argument externe n’est pas exprimé.

21  Remarquons également que certains possesseurs au sens large, comme ceux exprimant la relation entre un individu et sa production, s’inscrivent en réalité, non pas dans une relation de possession, mais dans une relation d’agent à patient.

22  Payne & Barshi, 1999.

23  Stalnaker, 1978.

24  Whorf, 1941.

25  Nous reprenons ici l’exemple de Lindström et Tragel (2012), reposant sur l’estonien parlé, d’où la graphie qui s’écarte de la norme orthographique.

26  Dépend de la situation d’énonciation, qui n’est pas forcément linguistique, comme la situation de production, la connaissance du monde (savoir si ces animaux appartiennent à Leena ou non), et non des données que nous exposons hors contexte.

27  Dans l’exemple (33), nous ne considérons pas que l’argument à l’adessif soit le possesseur de poes « le magasin » (même dans le cadre d’une relation de possession au sens large reliant une personne et le lieu qu’elle fréquente). Cette phrase ne signifie pas qu’il s’est rendu dans « son magasin » mais simplement qu’il a fait les courses.

28  Le syntagme formé du pronom possessif est une forme expressive.

29  Exemple cité par Timoc‑Bardy, 1996, p. 242. Reglosé avec l’aide d’Anca Boca.

30  Il est cependant possible que cet usage de leur part s’explique par l’existence d’une construction similaire en russe (la préposition u).

31  Nous nous appuyons sur la définition proposée par Claire Beyssade : « La structure de l’information concerne la relation entre ce qui est dit et la manière dont cela est dit, entre ce qui est dit et les moyens syntaxiques ou prosodiques utilisés pour le dire » (Beyssade, 2007, p. 174).

32  Nous avions bien conscience que notre panel de locuteurs natifs était très faible et qu’il faudrait, dans le cadre d’un travail centré sur cette dimension, poursuivre les recherches, développer nos questionnaires et augmenter le nombre de participants à l’enquête.

33  On observe un fonctionnement similaire avec le pronom de deuxième personne du pluriel teil, et dans une moindre mesure pour neil (pronom de troisième personne du pluriel).

34  Cette valeur n’est pas systématique. Notons, par exemple, que dans l’exemple  le sens de la phrase exclut absolument l’idée de répétition et que cette interprétation n’est donc pas possible. Nous dégageons ici des nuances fines que nous tentons d’expliquer. Nous ne prétendons pas donner des règles grammaticales partagées par tous les locuteurs.

35  Cet ordre des mots est possible à l’oral. Dans les écrits et la langue normée, le verbe est préférentiellement en deuxième position.

36  Élaboré avec l’aide de Viivian Jõemets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Lesage, « L’adessif dans l’expression de la possession en estonien », Études finno-ougriennes [En ligne], 48 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://efo.revues.org/7317 ; DOI : 10.4000/efo.7317

Haut de page

Auteur

Suzanne Lesage

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org