Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Константин ЗАМЯТИН, Анника ПАСАНЕН, Янне СААРИКИВИ: Как и зачем сохранять языки народов России? [Konstantin Zamjatin, Annika Pasanen, Janne Saarikivi : Comment et pourquoi préserver les langues des peuples de Russie ?]

Eva Toulouze
Référence(s) :

Константин ЗАМЯТИН, Анника ПАСАНЕН, Янне СААРИКИВИ: Как и зачем сохранять языки народов России? [Konstantin Zamjatin, Annika Pasanen, Janne Saarikivi : Comment et pourquoi préserver les langues des peuples de Russie ?], Helsinki, 2012, 179 p.

Texte intégral

1Les trois auteurs de ce livre ont fait le choix de proposer un texte simple, destiné aux populations autochtones de Russie : son objectif est de répondre à des questions que leurs ressortissants se posent à propos de leurs langues et de faire disparaître un certain nombre de préjugés tenaces.

2Le livre est donc écrit en russe. Il est caractérisé par son accessibilité. Il ne fait guère appel au jargon linguistique, ni même à la règle sacro­sainte des références bibliographiques. Les auteurs livrent les résultats d’enquêtes scientifiques, sans pour autant avoir besoin de prouver leur érudition. Les idées qu’ils présentent ne sont guère originales ; elles expriment une idéologie « politiquement correcte » dans le milieu finno-ougriste, mais en argumentant et en s’efforçant de contourner l’écueil du manichéisme.

3L’ouvrage passe en revue les différentes problématiques afférentes aux questions linguistiques. Il s’interroge sur la notion de langue mater­nelle et, en explicitant les différentes interprétations possibles de cette notion, révèle la difficulté de tirer des conclusions à partir des résultats des recensements. Il souligne que le bilinguisme (et le multilinguisme) est non seulement répandu mais bénéfique aux populations. J’attire notamment l’attention sur un développement court mais efficace ayant pour but de démontrer que le bilinguisme influe sur les capacités de pensée et les façonne. Les difficultés auxquelles se heurtent les Finno-ougriens de Russie ne viennent-elles pas en grande partie du fait qu’ils vivent dans un milieu où la pensée est monolingue ?

4Parmi les qualités qui méritent d’être soulignées figure la portée de l’appareil d’exemples. Les auteurs ne se limitent pas à emprunter leurs exemples à la Russie, terrain familier à leurs lecteurs potentiels, mais ils vont les chercher dans le monde entier. C’est une démarche didac­tique digne d’éloges. Le lecteur finno-ougrien de Russie découvre ainsi que ses problèmes, ses dilemmes, ne sont pas uniques au monde, et que les réponses possibles (et existantes) sont de types divers. Ainsi, en élargissant les horizons du lecteur, les auteurs stimulent-ils leur réflexion autonome critique.

5De plus, cet ouvrage se veut une ressource militante pour la diversité des langues. Il contient des documents (document de l’UNESCO sur le niveau de la menace pesant sur les langues par exemple) ou des com­mentaires de documents, puisqu’il présente la législation en vigueur dans la République de Russie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Toulouze, « Константин ЗАМЯТИН, Анника ПАСАНЕН, Янне СААРИКИВИ: Как и зачем сохранять языки народов России? [Konstantin Zamjatin, Annika Pasanen, Janne Saarikivi : Comment et pourquoi préserver les langues des peuples de Russie ?] », Études finno-ougriennes [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 14 février 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://efo.revues.org/897

Haut de page

Auteur

Eva Toulouze

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Logo Centre de recherches Europes-Eurasie | Inalco
  • Revues.org